Serenia Academy

La Serenia Academy est la plus prestigieuse école de magie qui soit. Nous vous attendions, entrez donc...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une cellule, un monstre et un ange (PV Arya)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alexandre Alkyl



Messages : 22
Points RP : 0
Date d'inscription : 01/02/2013
Age : 24
Localisation : nowhere that you need to know

Feuille de personnage
Race: Vampire
Classe: Université
Votre fiche: http://URL-DE-VOTRE-FICHE

MessageSujet: Une cellule, un monstre et un ange (PV Arya)   Mar 28 Mai - 1:56

«Ça brûle… Arg!»

Je sans ma respiration haletante… Mes pupilles prennent la couleur du sang alors que je me traine péniblement. Je serre les dents, alors que ma gorge se sert et qu’une sensation infernale de soif me prend. J’ai si soif… Si soif… Cela fait maintenant deux semaines que je n’ai pas bu une seule goutte de sang. Je n’en peux plus… J’ai rencontré une femme, elle est la directrice de cette école. Je lui ai confié mon lourd secret. Je n’avais plus le choix. Toutefois, je me suis abstint de tout lui révéler. Elle m’a fait construire une pièce isolée pour contenir le monstre en moi. Même si elle me dit de boire, je ne veux rien entendre. Alors que nous arrivons dans le gymnase, elle me fait entrer dans cette salle isolée. Elle doit faire vite, son odeur me parait de plus en plus alléchante et je n’en suis plus très loin de me laisser tenter par cet arôme qui me parait soudainement si douce.

Les grandes portes se referment, tous les murs et ce qui m’entoure ont été spécialement conçus pour tolérer la force d’un être surhumain comme moi. Je l’entends me dire qu’elle repassera demain, puis le silence… Je ferme un moment les yeux et je tente de me concentrer sur autre chose. La douleur qui me ronge de l’intérieur est complètement insoutenable. Je pose les yeux sur la pièce, elle est de la grandeur d’une chambre normale. Dans un coin, un lit est installé, mais c’est tout ce qui se trouve dans la pièce. Elle sait que je ne serais surement pas contrôlable et que je finirais par briser tout ce qui se trouve ici. Je ne peux me consoler qu’en pensant que personne ne se trouve ici, avec une bête aussi dangereuse.

Je laisse retomber mon corps contre le mur, puis doucement je glisse jusqu’à m’asseoir sur le sol. Je glisse doucement mes mains dans mes cheveux en venant porter mon visage à mes genoux. Je serre tellement la mâchoire que mes lèvres se fendent sous la pression de mes canines. Je me sens seul, je voudrais pleurer, mais mes yeux ne versent aucune larme. Je voudrais tellement la serrer dans mes bras et pourtant ses choses ne me sont plus permises. Je sens mon esprit soudainement devenir flou, je perds le contrôle…

¤Où suis-je? J’ouvre les yeux, je ne vois qu’un miroir. Dans celui-ci j’y vois le reflet d’un monstre… Il me regarde et il rit. Il semble me dire qu’il a gagné. Je me sens vide… Soudainement le miroir se fracasse et sa main griffue attrape ma nuque et soudainement je n’arrive plus à respirer… Je tente de me déprendre de toute mes forces, mais rien ne parvient à défaire sa poigne. Soudainement, une lumière m’aveugle. Je la vois alors, elle est là et je ne suis pas le seul à la remarquer… Il me relâche et soudainement le monstre se dirige vers elle… Je me redresse alors soudainement et j’hurle pour attirer son attention. Je crie de toute mes forces!....¤

«ARYA!»

Je suis essoufflé… J’ouvre les yeux et je regarde autour de moi… Le lit qui avait été n’est plus qu’un ramassis de plus et de drapé étendu sur le sol de la pièce. Mes lèvres son retrousser dévoilant mes crocs et de longs ongles son soudainement apparut à mes mains. Je sursaute, effrayer par ma propre apparence. Soudainement, je me sens en colère, en colère contre tout. Ce n’est pas juste… Ce n’est pas juste!

«GAAAAHHH!!!!»

Je hurle en donnant un grand coup contre le mur qui je le sais bien ne cèdera pas. Je respire fortement et je soulève mon regard vers le plafond. Je suis furieux… Furieux contre cette femme et contre moi. Je me laisse alors retomber parmi les débris de ce qui était mon lit. Les plumes volent dans la pièce et viennent me recouvrir. J’ai soif… J’ai si soif… Mes par-dessus tout, je me sens si seul… Je réussis doucement à me calmer, mes pupilles reprennent leur teinte violacée et mes griffes disparaissent. Seul mes crocs demeurent et demeureront toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arya Mistrale
Ex Graphiste


Messages : 188
Points RP : 0
Date d'inscription : 21/06/2009
Age : 23
Localisation : Demande et tu l'sauras uu~uu

Feuille de personnage
Race: Hybride
Classe: Université
Votre fiche: http://URL-DE-VOTRE-FICHE

MessageSujet: Re: Une cellule, un monstre et un ange (PV Arya)   Mer 29 Mai - 0:28

Cela fait maintenant bien deux semaines qu'Alexandre était revenu, qu'il t'avais rejeté et que tu devais vivre avec. Autant dire que la vie te parait bien plus noire maintenant qu'avant son retour. Tu avais essayé durant ces jours de croiser son regard, te trouver une réponse, mais il ne faisait que t'éviter ou te lancer un regard glacial. Tout espoir de rester amis semblait s'éloigner jour après jour. Tu es triste, inconsolable. C'est la troisième fois que tu le perds et tu as l'impression qu'il t'est impossible de le retrouver cette fois-ci. Il te manque tellement. Tu te sens seule, détestée et abandonnée. Mais Alex n'est pas le seul de tes soucis. Depuis qu’officiellement vous n'étiez plus amis, tu subis sans relâche les attaques de ces filles qui te jalousaient. Après tout, il ne viendra pas à ton secours, elle pouvait faire ce qu'elles voulaient. Dès qu'elles pouvaient te faire du mal, elles le faisaient et tu pouvais difficilement lutter seule. Tu commences à ressentir de la colère envers Alex. C'est de sa faute si ta vie est devenu un enfer. Tu ne comprends pas qu'il puisse t'avoir laissée comme ça...

Aujourd'hui, l'une des leadeuses du groupe de filles qui ne pouvait pas te voir j'approche vers toi. Tu sens immédiatement qu'elle a une mauvaise idée derrière la tête. Une mauvaise idée que tu vas subir à tous les coups. Tu vois ce sourire faussement gentil qui t'es adressé, la démarche faussement innocente qu'elle arbore vers toi. Elle s'arrête devant ton bureau. Tu fais mine de ne pas l'avoir vue et fait semblant d'être plonger dans la résolution d'un de ces affreux problème de mathématique. Elle claque sa main sur ta table. Sur ton cahier. Pour que tu lui prêtes attention. Et la première pensée qui te vient à l'esprit c'est que tu détestes Alex de te faire subir cela sans les savoir.

« Arya, comme tu es si gentille, j'aurai besoin de ton aide pour un service. Je suis bloquée si tu ne m'aides pas. »

Tu lèves la tête de ton cahier, arbore un de tes faux sourires, tu ne peux pas sourire pour de vrai. Tu ne peux plus. Tu voudrais lui crier d'aller se faire voir. Mais tu ne peux pas. Tout le monde vous regarde. Lui refuser ce service si gentiment demander te ferait perdre bien plus que d'accepter sa requête.

« Mais bien sûre, en quoi puis-je t'aider ? »

« Oh tu es adorable ! Eh bien vois-tu j'ai oublié mon porte-feuille au gymnase ce matin pendant le cours de sport. Mais je vais avoir cours et je sais que tu n'as pas mon option. Tu pourrais aller me le chercher avant que le gymnase ferme ? J'ai peur de me le faire voler ou de ne pas pouvoir le récupérer avant longtemps. Tu comprends ? »

« Oui, y a pas de soucis bien sûre. »

Tu te lèves en silence, tu attrapes ton sac, et te dirige vers le gymnase. Tu n'as pas le choix. Tu dois faire ce qu'elle te demande. Peut-être qu'en te pliant à leur volonté, elle finira par t'accepter et arrêter d'être inutilement jalouse. Tu arrives rapidement à destination. Tu entres dans le bâtiment, tu vois un porte-monnaie au milieu de la salle, tu vas pour le prendre. Et à peine tes doigts frôles le tissu que tu entends un grand CLAQUE. Elles t'ont enfermée dans le gymnase. C'était tellement prévisible. Tu ne prends même pas la peine de vérifier toutes les portes. Tu sais qu'elles sont toutes fermées. Tu jetes ton sac au sol, frustrée, en colère. En colère contre toi-même de les laisser te faire ça, en colère contre Alex qui t'as abandonné et en colère contre ces filles stupides qui ne pensent qu'à te blesser.

Sous l'effet de la colère tu tapes violemment ton pied sur le sol, sauf que ce dernier ne le touche pas. Ton pouvoir s'est activé sous la colère de tes émotions. Et voilà que tu traverses le sol. Tu tombes. Pas de bien haut, mais tu t'es égratigné les genoux. Comme si tu n'avais pas assez de problème comme cela... Tu regardes un instant l'endroit ou tu as encore atterri à cause de cette fichue magie. C'est une grande pièce sombre. Il n'y a pas de fenêtre et tu n'y vois pas grand chose. Il te semble apercevoir un lit au fond. Mais il est complètement en morceau. Soudain un sentiment de peur s'empare de toi. Tu ne devrais pas être ici. Tu n'es pas seule. Une voix te crie te t'en aller, tu ne sais pas d'où elle vient, mais elle semble anxieuse et cela t'inquiètes encore plus. Tu te lèves péniblement. Tu as fait une mauvaise chute tout de même. Soudain tu l'aperçois. Il y a quelqu'un d'autre dans cette pièce. Et malgré la pénombre, ton cœur sait de qui il s'agit.

« Alex ? »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://syphony-og-ages.forumactif.com/forum.htm
Alexandre Alkyl



Messages : 22
Points RP : 0
Date d'inscription : 01/02/2013
Age : 24
Localisation : nowhere that you need to know

Feuille de personnage
Race: Vampire
Classe: Université
Votre fiche: http://URL-DE-VOTRE-FICHE

MessageSujet: Re: Une cellule, un monstre et un ange (PV Arya)   Mer 29 Mai - 17:03

J’ai l’horrible impression que ma tête est un chantier de guerre. J’ai du mal à concentrer mes pensées sur autre chose. Je sens doucement le vent tourner dans ma cage thoracique et provoquer un grondement faible hors de mes lèvres. Je n’en peux plus… Je comprends un peu plus pourquoi certains vampires deviennent fous… Mes il pourrait ce nourrie d’autre chose… Même si moi je me répugne même à l’idée de manger un animal. Je ne connais pas encore bien cette race, ou plutôt je ne les jamais connus à ce point! Se mettre dans la peau de son ennemie, je crois que je le fais un peu trop bien. Soudaine, alors que mes pensées voyagent dans l’espoir de faire partir la douleur, j’entends un bruit sourd dans la pièce. Mon cœur s’emballe! Mais qui? Pourquoi une personne était ici…?

« Alex ? »

Mon esprit se brouille d’un seul coup. Non pas elle… Pourquoi! Je me soulève doucement et je repousse les plumes qui sont sur moi, je ne la regarde pas. Mais alors, une odeur parvient à mon nez… Un doux arôme, une odeur si alléchante… Ma gorge me crie sa soif et je porte ma main à celle-ci. Je ravale ma salive avant de soulever légèrement les yeux vers elle. Je vois alors… Du sang. Un brasier horrible s’allume dans mon ventre et me torture de mille mauxs. Je recule rapidement avant de heurter mon dos contre le mur. De ma main droite, je tente de couvrir mon nez. Tout à coup, je me dis que si elle reste… J’ai peur que ce que je craignais n’arrive.

«SORS D’ICI! TU M’ENTENDS! SORT!»

Mes mots sont dits d’une façon dit d’une façon froide et mes yeux ont l’air horrifié… Je ne sais plus ce qui va se passer. Je sens mes lèvres se retrousser et mes canines se dévoiler. Toutefois, je cache celle-ci de ma main. Ma respiration est rapide et saccader. Je crois lui faire peur, non je sais que je lui fais peur… Elle ne sait pas ce qui se passe… Je vois bien qu’elle voudrait accomplir mon désir et sortir, mais ses pouvoirs ne s’activent pas selon ses désirs…

Une douleur atroce me prend alors au ventre. Je pousse une plainte avant de me laisser retomber à même de ce qui reste du lit. De ma main libre, je viens poser une forte pression sur l’endroit de ma douleur. Pourquoi? Pourquoi le destin veut-il toujours me faire autant souffrir, pourquoi vouloir m’enlever tout ce qui mes importants.

«Ouvrez la porte… Ouvrez-la… Arg…»

Mon visage se crispe dans une expression de douleur. Je n’en peux plus. La seule idée qui me vienne en tête pour la sauver est qu’elle m’achève… Si un de nous doit se sacrifier, ce ne sera certainement pas elle. Non pas après tout ce qu’elle avait fait pour moi.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arya Mistrale
Ex Graphiste


Messages : 188
Points RP : 0
Date d'inscription : 21/06/2009
Age : 23
Localisation : Demande et tu l'sauras uu~uu

Feuille de personnage
Race: Hybride
Classe: Université
Votre fiche: http://URL-DE-VOTRE-FICHE

MessageSujet: Re: Une cellule, un monstre et un ange (PV Arya)   Jeu 30 Mai - 0:27

Quelque chose cloche. Tu le sais. Tu le sens. Cette pièce noire sous le gymnase, la présence d'Alex, cette atmosphère inquiétante. Tout est bizarre, maléfique, effrayant. Il a l'air très mal en point, mais il a l'air horrifié de te voir. Ça te blesse. On dirait qu'il ne supporte pas de te voir. Pourtant il avait l'air d'avoir besoin d'aide. Elle pourrait l'aider elle, mais il semble ne pas vouloir entendre parler de toi. Il recule. Il se bouche le nez. Tu ne comprends pas le sens de ses gestes. Tu veux aller vers lui pour savoir s'il va bien. Pour l'aider, mais il te cri violemment et froidement de partir. Tu te figes. Il ne t'a jamais hurlée dessus comme cela. Même lorsqu'il t'a rejetée. Ça ne lui ressemble pas. Tu n'es pas sûre de ce que tu devrais faire. Mais le ton et la force qu'il avait employé pour te dire de t'en aller réussirent à te convaincre de lui obéir. Tu te diriges sans un mot vers la porte. Tu poses ta main sur la poignée, mais elle est bloquée. La porte est fermée. Et Alex ne semble pas avoir les clés. Tu tenterais bien de passer à travers, mais tu sais que cela ne marchera pas. Alors tu te retournes. Tu allais lui répondre que même si tu le voulais tu ne peux pas partir, mais une plainte de souffrance t'interrompes dans ta lancé. Elle vient d'Alex. Pendant que tu étais occupé avec la porte, il s'était allongé dans les restes de ce qui avait été un lit. Il souffre au ventre. Tu le vois. Et cela t'es insupportable.

Tu veux l'aider, mais lui tout ce qui l'importe c'est que tu sortes d'ici. Il n'y a cependant personne pour t'ouvrir la porte. Tu ne peux pas partir, malgré l'insistance de ses paroles, tu ne peux pas faire ce qu'il veut. Même si tu l'avais voulu. De toute façon tu ne peux pas le laisser seul dans cet état. Pourquoi était-il enfermé dans cette pièce à souffrir. Pourquoi personne ne l'aidait. Pourquoi n'y avait-il qu'elle. Est-ce que cela avait un quelconque rapport avec son comportement dernier envers toi. Tant de questions. Mais des réponses que tu auras difficilement vu son état. Le voir ainsi te rend triste. Tu ressentirais presque sa douleur.

Sans crier garde, sans même t'en rendre compte, tu te diriges vers lui et en quelques secondes tu es à ses pieds. Tu t'accroupis pour être à sa hauteur, t'es genoux, dont tu remarques seulement maintenant qu'ils sont en sang à la hauteur de son visage. Tu regrettes la jupe qu'on vous oblige à porter en uniforme. Si tu avais mis un pantalon ce matin, tu ne saignerais pas. Enfin tu n'avais pas mal. Cela ne semblait pas si grave. Tu poses une main sur son épaule. Tu as peur. Une voix en toi te crie que c'est de la folie, que tu devrais rester éloignée. Il est vrai qu'Alex n'avait pas la même aura que d'habitude, mais il semblait tant souffrir, tu ne peux pas rester indifférente à cela. Malgré ce qu'il t'a fait. Tu l'aimes, et tu continueras toujours de l'aimer.

« Alex ça va ? Qu'est-ce qui t'arrive ? »

Malgré le danger que tu sens, tu ne peux enlever cette expression perplexe, cette expression de petite fille perdue. Tu ne comprends pas ce qui lui arrive depuis son retour. Il a tellement changé...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://syphony-og-ages.forumactif.com/forum.htm
Alexandre Alkyl



Messages : 22
Points RP : 0
Date d'inscription : 01/02/2013
Age : 24
Localisation : nowhere that you need to know

Feuille de personnage
Race: Vampire
Classe: Université
Votre fiche: http://URL-DE-VOTRE-FICHE

MessageSujet: Re: Une cellule, un monstre et un ange (PV Arya)   Jeu 30 Mai - 3:37

Je me sens confus, je ne sais plus sur quoi m’attarder. Je tente de changer mes idées, mais je sais que je ne pourrais pas tenir comme cela indéfiniment. Je resserre ma main située sur mon ventre. Mon visage est toujours crispé par la douleur. Soudainement, je sens ses longs cheveux de sois contre mon visage. Sa petite main délicate vient se poser sur mon épaule. Je me sens bien, je me sens pratiquement calme… Mais soudainement, mon regard se pose sur ses genoux frêles qui sont au niveau de mon visage. Je vois les minces filaments ensanglanter qui coule de sa peau pâle comme la neige. Je ravale une fois de plus ma salive, puis doucement la main qui était située sur mon ventre vient se loger au creux des reins d’Arya. Mon instinct me guidait, comme un animal qui ne réfléchit pas avant d’attaquer sa proie, mais qui le fait tout simplement. Ma main si large en comparaison de sa taille fine… Tous mes sens sont en éveil et je la sens plus que jamais auparavant. Doucement je susurre, ignorant même les paroles qu’elle a soufflé sur ma condition.

«Arya… »

Je ne suis plus là, mon esprit est parti ailleurs. Je désire la posséder en entier, je désire son sang… Je souffle toujours sur ce même ton bas et saccader

«Tu saignes…»

Doucement, je viens de mes lèvres embrasser la plaie se trouvant sur son genou. Mes lèvres s’humectent de ce précieux liquide. Je glisse doucement ma langue sur mes lèvres pour en savourer le délicieux nectar. Mes yeux sont alors parcourus d’un reflet rougeâtre. Je redresse mon visage pour contempler le sien. Ma main qui avait été sur mon visage et qui est retombée pour longer le long de mon corps se glisse alors parmi sa douce tignasse. Je caresse doucement de mon pouce sa joue délicate et soyeuse. M’agenouillant de façon fluide, je me redresse pour amener mon visage à sa hauteur. Je la contemple dans les yeux, sans dire le moindre mot. Mon visage se rapproche alors soudainement du sien. Je souffle sur un ton de désir encore une fois son prénom. Doucement, je viens alors masquer mon visage dans sa nuque, mon souffle caressant sa peau. J’hume son doux parfum et je sens monter en moi la plus forte des envies. Elle peut entendre mon souffle qui s’accélère, ma main sur sa taille qui se resserre doucement, mon autre main contre son visage qui la rapproche de moi. Mes lèvres se retroussent alors pour dévoiler mes crocs et mes yeux deviennent totalement ensanglantés. Je me rapproche, soudainement je pose mes crocs contre sa peau. À peine on telles frôlées sa nuque que déjà perle une goutte de sang.

J’entends alors sa voix… Je reprends mes sens et découvre avec horreur ce que je m’apprête à faire. Je redresse spontanément mon visage en l’éloignant de moi en la prenant par les épaules et tendant mes bras au maximum. Je la regarde déconcerter. Je la relâche et me lève d’un seul bond avant de me retrouver de l’autre côté de la pièce en à peine un battement de cil. Respirant fortement et appuyant une de mes mains sur ma tempe pour me dire que ce n’est qu’un cauchemar, je finis par souffler.

«Tu comprends maintenant… Je suis… Dangereux… Elle m’a eueJe suis un monstre.»

Je serre la mâchoire, je souffre de savoir que maintenant, elle ne me verra plus jamais comme avant. Je souffre de savoir qu’elle me verra comme moi je les ai toujours vues. Mais, maintenant il est trop tard. Je me risque à lui lancer un regard pour voir sa réaction. Je crains le pire et pourtant je sais à quoi m’attendre.

«Si on ne peut pas te faire sortir d’ici rapidement… Je vais devoir…»

Je la regarde et je sais que tu peux lire la suite de mes pensées dans mon regard. Nous allons devoir me faire quitter ce monde. Soudainement, je sens encore une pression me ronger et je me crispe une nouvelle fois de douleur. Un grondement sourd et puissant parcourt alors ma cage thoracique. L’animal devient fou. Mais, y a-t-il vraiment des nouveaux nés vampire qui ne boivent pas une goutte durant deux semaines entières? Peut-on mourir de faim? Je l’espère et rapidement. Sinon peut-être que ce jeune forcé ne fait que devenir folle encore plus la bête. Je pose mon regard une nouvelle fois sur elle, je la regarde et mon regard malgré la douleur redevient tendre. Je n’ai plus à lui mentir, sais terminer…

«Je ne t’ai jamais abandonné… Je voulais te protéger… De moi…»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arya Mistrale
Ex Graphiste


Messages : 188
Points RP : 0
Date d'inscription : 21/06/2009
Age : 23
Localisation : Demande et tu l'sauras uu~uu

Feuille de personnage
Race: Hybride
Classe: Université
Votre fiche: http://URL-DE-VOTRE-FICHE

MessageSujet: Re: Une cellule, un monstre et un ange (PV Arya)   Jeu 30 Mai - 23:55

Il ne répond pas à ta question. Il ne semble pas t'entendre. Il semble totalement ailleurs; dans un autre monde. Cela t'inquiète, tu ne comprends pas ce qui lui arrive. Tu ne comprends pas ses réactions. Tu voudrais tellement l'aider. Il a l'air de tellement souffrir. Soudain, tu sens sa main se poser sur ta hanche, il prononce ton nom. Il a un ton que tu ne lui connais pas, à la fois désireux, bas et saccadé. Tu ne peux réprimer un léger rougissement qui vient teinter tes joues. Sans crier gardes ses lèvres s'échouent sur ton genou ensanglanté. Elles l'embrassent, lèche la plaie, puis il passe sa langue sur celle-ci. Tu lâches un petit cri de surprise face à toute cette action. Tu n'imaginais pas qu'il puisse te faire quelque chose de si... intime comme cela. Ce n'est pas normal. Puis, tu aperçois la lueur rougeâtre dans ses yeux, ce pourrait-il que... Non. Tu ne pouvais pas le croire. C'était impossible.

Soudain tu sens son autre main se glisser dans tes cheveux, il caresse ta joue, s'agenouille si bien que son visage est maintenant à la hauteur du tiens. Il te fixe, tu le fixes avec tes beaux yeux bleus azur. Il ne dit rien, tu ne dis rien. Tu ne sais pas quoi dire. Tu ne réalises pas encore complètement ce qu'il se passe. Il rapproche son visage du tiens. Tu as l'impression qu'il veut t'embrasser et lorsque ton nom sort à nouveau de ses lèvres de cette voix rauque, tu ne peux empêcher ton visage de s'empourprer de nouveau. Mais il ne t'embrasse pas. Il vient loger son visage dans le creux de ton cou. Tu sens son souffle contre ta peau. Tu ne sais pas comment réagir. Tu ne comprends pas ce qu'il lui prend tout à coup. Il y a deux semaines c'est limite s'il ne te jetait pas le plus noir des regards et maintenant... Il devenait tout intime avec elle.

« A... Alex ? »

Puis tu les sens contre ta peau, et tu comprends. Tu sens cette point qui à peine frôle ta peau de porcelaine qu'un filet de sans s'en échappe. Tu vois ces yeux complètement rouge maintenant, ce regard sanglant que tu as pu tellement croiser à force de côtoyer le quotidien dangereux d'Alex. Il était devenu l'un d'entre eux... Et... Il allait te mordre. Tu te glaces sur place. Une paire primaire s'empare de toi, mais Alex semble retrouver ses esprits, il s'éloigne de toi. En un rien de temps il est à l'autre bout de la pièce. Tu comprends pourquoi il a voulu mettre tant de distance entre vous. Il pense qu'il est un monstre, il est devenu ce qu'il a toujours détesté. Et tu sais qu'il serait capable de mourir plutôt que te vouloir te faire du mal. Tu le vois dans ses yeux. Tu ne peux pas l'accepter. Tu veux le protéger. Tu comprends tous ses agissement maintenant et tu le connais, il ne veut pas boire, il lutte contre son instinct. Mais tu n'as pas peur de lui. Qu'il soit un vampire ou non. Tu as peur c'est vrai. Tu as eu peur qu'il te morde. Mais il a su se contrôler. Tu as confiance en lui. Tu te relèves, tu le regardes dans les yeux à l'autre bout de la pièce, tu t'approches de lui.

« C'est vrai... Tu as fait ça pour me protéger ? Je savais que tu ne pouvais pas m'abandonner comme ça sans raison... Tu marques une pause. Le silence s'installe entre vous, mais tu le brises de nouveau. Alex. Je ne vais pas te laisser te faire du mal... Je me fiche que tu sois un vampire. J'ai confiance en toi, tu ne me feras pas de mal. »

Et tout en disant cela, tu es à sa hauteur, tu poses ta main frêle sur son visage, tu caresses sa joue comme il l'a fait avec toi, ton regard est plein de tendresses.

« Je veux t'aider Alex. Et s'il le faut le te donnerait mon sang. Mais tu ne dois pas te laisser mourir comme ça. Je ne veux pas. J'ai besoin de toi. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://syphony-og-ages.forumactif.com/forum.htm
Alexandre Alkyl



Messages : 22
Points RP : 0
Date d'inscription : 01/02/2013
Age : 24
Localisation : nowhere that you need to know

Feuille de personnage
Race: Vampire
Classe: Université
Votre fiche: http://URL-DE-VOTRE-FICHE

MessageSujet: Re: Une cellule, un monstre et un ange (PV Arya)   Ven 31 Mai - 4:56

J’ai peur, peur de ce que je pourrais faire. À elle, celle que j’aime tellement que je pourrais tout donner. Je ne m’attends pas au pardon, je ne demande rien de sa part. Je souhaite tout simplement la savoir en sécurité. Mais, avec moi il n’y a plus rien de sécuritaire. Je la vois se rapprocher de moi, alors que nos regards se soutiennent. Je voudrais reculer, mais le mur m’empêche de partir plus loin. Je ressens aussi cette sorte de gravitation qui me ramène toujours dans ses bras. Dans sa voix, je peux entendre le soulagement et la joie de savoir que je ne la déteste pas. Mais, je ne comprends pas… Pourquoi ne me traite-t-elle pas comme un monstre? Pourquoi continue-t-elle à s’approcher de moi alors que je l’ai presque mordu. Un court silence alors s’installe entre nous. Mais rapidement tu le combles en poursuivant ton avancé et tes paroles.

«Alex. Je ne vais pas te laisser te faire du mal... Je me fiche que tu sois un vampire. J'ai confiance en toi, tu ne me feras pas de mal. »

Cette annonce me rend profondément heureux et m’effraie à la fois. Je ne peux pas d’écrire comment ses mots me font du bien. Mais à la fois, je ne comprends pas… Pas comment elle peut accepter, comment elle peut se ficher que je sois devenue un monstre. Elle a donc autant de confiance aveugle envers moi? Même après les regards froids, les méchancetés dites, elle n’a pas douté? Je voudrais lui dire que je lui fais confiance et qu’elle pourra soigner cette chose, mais rien ne pourra soigner cette infection que m’a transmise cette femme.

Mes pensées se coupent lorsque sa main douce vient se poser contre ma joue. Je n’ai pas réalisé le moment où elle est arrivée aussi près de moi. J’aime le contacte de sa peau contre la mienne, même si sa proximité me meurtrit de l’intérieur et fait hurler le monstre en moi. Je pose mon regard dans le sien, il est tendre… Ce regard que j’aime tend… Soudainement, la phrase qu’elle me dit me glace le sang. Mon visage se fait horrifié par la seule pensée que tu es pus envisager cette option.

«Tu n’y penses pas!»

M’exclamais-je sans pouvoir contrôler mon timbre de voix qui a pris un octet de trop. Je suis légèrement paniqué et énervé de voir qu’elle souhaite si facilement remettre sa vie entre les doigts d’un potentiel danger mortel.

«J’ai aussi besoin de toi… Besoin de te savoir en sécurité… Je ne prendrais jamais ce risque Arya… Jamais.» Je le dis sur un ton doux, mais déterminer, avant d’enchainer. «Il faut que tu tentes de sortir, ne t’inquiète pas pour moi…»

Malgré mes paroles, je voudrais la garder avec moi. La garder et la blottir dans mes bras comme je le faisais si souvent. Je glisse doucement ma main sur la sienne qui se trouve sur ma joue. De mon autre main, je viens doucement caresser sa chevelure, avant de laisser doucement sa mèche glisser en se faufilant entre mes doigts. Mon regard se plante dans le sien. Se souvient tel de notre dernière conversation, avant mon changement? Avant mon départ…? Je relâche doucement sa main et je m’éloigne doucement en posant mon regard sur la porte. De nouveau je la contemple en espérant l’avoir convaincue de tenter de sortir. Car mon corps ne le supportera plus longtemps. Il tente déjà depuis bien trop longtemps de se contenir. Je crois que malgré mes tentatives pour le masquer, ma douleur se lit sur les traits de mon visage tendus par la souffrance. Que se passera-t-il si je succombe? Peut-être que je ne pourrais jamais reprendre le contrôle? Si j’avais été moi-même, je ne peux m’empêcher de penser que j’aurais t’en aimer me retrouver dans une situation pareille avec elle. Que nous deux…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arya Mistrale
Ex Graphiste


Messages : 188
Points RP : 0
Date d'inscription : 21/06/2009
Age : 23
Localisation : Demande et tu l'sauras uu~uu

Feuille de personnage
Race: Hybride
Classe: Université
Votre fiche: http://URL-DE-VOTRE-FICHE

MessageSujet: Re: Une cellule, un monstre et un ange (PV Arya)   Sam 1 Juin - 0:09

Tu es si heureuse de le retrouver comme avant. Proche de toi, tu souris lorsque tu sens sa main sur la tienne. Tu as tellement eu peur de le perdre, tu ne laisseras pas cette histoire de vampire te l'enlever. Jamais. Tu l'aideras, s'il le faut tu lui donneras ton sang. Tu as peur. Bien sûr que tu as peur, c'est quelque chose que tu ne connais pas. Mais la peur de le perdre est bien plus forte que celle de te sacrifier pour lui.

Tu savais qu'il allait dire ça. Tu savais qu'il allait dire non, mais tu ne voulais pas le perdre. On dit que certains vampires qui résistent trop à l'appelle de leur soif devienne fou. Tu ne veux pas que ça lui arrive. Tu ne sais pas si c'est vrai. A dire vrai, tu ne connais pas grand chose de ces créatures, mais tu sais qu'elles ont besoin de ce sang. Tu sais qu'il a besoin du sang chaud dans tes veines. Il en meurt t'envie et il en souffre. Tu le lis sus ses traits. Tu veux l'aider .Tu ne veux pas partir. Tu ne peux pas l'abandonner dans sa souffrance.

« Mais si tu en prends ne serait-ce qu'un tout petit peu... Ça calmerait cet... instinct... non ? Et puis... J'ai confiance en toi je te l'ai dit. Et dans le pire des cas... Tu sais que mon pouvoir me sauve toujours si je suis en danger de mort. Tu ne peux pas me faire de mal Alex. »

Tu n'es pas certaine de ton coup, tu bluff à moitié. Mais c'est vrai, tes pouvoirs t'ont toujours tiré d'affaire lorsqu'il s'agissait de situation dangereuse, comme si un ange gardien prenait soin de les activer et de les faire marcher à ta place. Tu n'as jamais compris pourquoi ni comment. Mais tu sais que c'est comme ça. Tu ne sais pas si tu es capable de te sauver si Alex perd le contrôle, mais tu ne veux pas qu'il s'inquiète. Et puis tu ne penses même pas qu'il puisse complètement perdre le contrôle, tout à l'heure il s'est arrêté. Tu crois en lui. Et si lui peut croire en toi comme toi tu crois en lui, alors tu te dis que rien ne peut vous arriver.

De toute manière tu es coincée, tu essaies de passer en phase depuis tout à l'heure, mais rien ne répond. Ce n'est pas comme si cela te surprenait, tes pouvoirs ne t'ont jamais obéis. Cependant, tu n'es pas fâché. Même si tu finis toujours dans des situation pas croyable, c'est grâce à eux que tu as rencontrer Alexandre, que vous vous êtes liés et que maintenant vous êtes si proche. Et pour rien au monde tu souhaiterais que cela soit autrement. Doucement tu te hisses sur la pointe des pieds, tu attires son visage vers le tiens, et tu l'embrasses sur la joue. Il est si grand maintenant que tu as bien eu du mal à y arriver. Rien à voir avec le petit garçon à peine plus grand qu'elle la première fois qu'ils se sont vu. Il a tellement changé, physiquement, il a grandit et maintenant c'est un vampire, mais au fond de lui même c'est toujours le même Alex que tu as connu ce jour de pluie avec qui tu es allé dans un karaoké.

« N'est-ce pas plus simple de faire ça ? On sortira de cet endroit lugubre ensemble après. Tu devrais croire en toi comme moi je crois en toi. Tu ne peux pas me faire de mal... Et puis... de toute façon je n'arrive pas à passer en phase dans l'immédiat et plus je reste ici, plus tu te retiens, et plus tu deviendras violent. J'ai raison non ? »

Tu lui fais un triste sourire. Tu sais comme ça doit être difficile pour lui. Tu maudis cette satanée femme qui l'a rendu ainsi. Toujours à lui en vouloir, à gâcher sa vie. Alex n'avait pas besoin de cela. Mais tu dois rester forte et calme pour lui. Tu dois lui montrer que tout ça ne veut rien dire pour toi. Que quoiqu'il sera, tu seras toujours là à ses côtés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://syphony-og-ages.forumactif.com/forum.htm
Alexandre Alkyl



Messages : 22
Points RP : 0
Date d'inscription : 01/02/2013
Age : 24
Localisation : nowhere that you need to know

Feuille de personnage
Race: Vampire
Classe: Université
Votre fiche: http://URL-DE-VOTRE-FICHE

MessageSujet: Re: Une cellule, un monstre et un ange (PV Arya)   Ven 21 Juin - 18:41

La voir aussi heureuse me trouble et me remplit de joie. Je ne comprends pas comment elle peut m’accepter ainsi… Pourtant, je ne voudrais pas le contraire. Je savais qu’elle n’abandonnerait pas sa folle idée. Elle est aussi têtue que je le suis, à mon grand regret. Elle me dit que se pouvoir la sauve toujours. Peut-être, mais si cette fois-ci il ne fonctionnait pas? Je ne pourrais jamais me permettre un tel risque. Pourtant, je sais que je ne pourrais pas infiniment te dire non, que tu ne me laisseras pas de dire non. Je pose mon regard sur le sien et je vois cette pointe de crainte, mais aussi cette confiance en moi qui brille dans ses yeux.
Je voudrais me laisser convaincre par ses encouragements, mais une part de moi continue de me souffler que c’est trop risqué. Mes songes se balade de tous les côtés et je ne sais plus trop quoi faire, continuez de résister à la faim qui me ronge en espérant pouvoir résister jusqu’au matin, au risque de devenir fou et lui faire du mal… Ou volontairement lui faire du mal en espérant pour me contrôler pour que tout deux nous tentions de vivre? Franchement, j’aurais aimé qu’elle me dise la vérité avec une assurance incroyable! Mais, elle comme moi, ne savions pas si cela allait fonctionner à cent pour cent.
Alors que mon regard est toujours plongé dans le sien et que mes pensées voyagent aussi vite que la lumière… Elle saisit mon visage de ses deux mains délicates pour me forcer à la regarder vraiment. Je la vois alors se soulever sur la pointe des pieds, elle est si petite, si fragile. Instinctivement, je penche légèrement mon visage vers l’avant, comme-ci je m’apprêtais à écouter un secret qu’elle voulait me souffler.  Je sens alors ses lèvres contre ma joue et mon cœur semble donner un coup dans ma poitrine glacé. Elle se met alors à me souffler sur un ton calme et doux la dure vérité. Plus on restera longtemps ici et plus je deviendrais violent… Je plonge mon regard dans le sien et j’y lis un mélange d’émotion que je ne peux classifier.
«Arya je…»
Les mots ne semblent pas vouloir sortir de ma bouche, il s’étouffe et ils sont pénibles à prononcer. Je sais qu’elle à raison, mais je ne peux pas me résoudre à lui faire du mal de mon plein gré… Je serre la mâchoire, mais je ne quitte pas son regard un seul instant.
«Ne regarde pas…»
Je ne veux pas qu’elle me regarde alors que je me dicter par ce nouvel instinct. Je me dégoute, mais je ne peux que capituler ou ce sera notre perte. Je la regarde encore une fois, j’attends inconsciemment son consentement. Lorsqu’elle me le donne, je me rapproche un peu plus d’elle. Je ne souhaite pas la mordre comme une vulgaire proie. Si je la mordais dans le cou, je m’emporterais probablement et j’avais peur de la brouiller sous cette nouvelle force qui est mienne. Doucement, je pose un genou au sol, comme un chevalier devant sa princesse. Je prends doucement son bras frêle, en le frôlant à peine de bouts des doigts. Je glisse doucement mes lèvres contre son poignet. Sa peau est douce et chaude. Mon regard se soulève alors vers elle, un bref instant… Puis doucement, je viens poser un baiser à l’endroit même où l’instant suivant je viens planter mes crocs.
Soudainement, tout flanche… Le sang immerge dans ma bouche comme un nectar divin. Je sens mes veines prendre en feu et ma soif en réclamer plus. Ma vision se brouille et devient noir. Je ne sang que le goût du précieux liquide couler dans ma gorge. Ma respiration s’accélère et plus je bois plus mon regard semble se remplis de rouge. Comme si le sang montait jusqu’à mes rétines. J’ai soif, j’en veux plus… Toujours plus… Soudainement, une plainte de douleur. Je constate alors que sous mes doigts, la peau si chaude me parait beaucoup plus tiède maintenant. Mes paupières clignent quelquefois avant que mes pupilles ne reprennent leur éclat violacé. La brume se disperse et je la vois à nouveau. Elle est plus pâle que d’ordinaire. Horrifié par moi-même je retire prestement mes crocs de son frêle poignet. Je me redresse rapidement avant d’entourer mes bras autour d’elle et de la serrer doucement contre moi. Sans le réaliser, je ne cesse de prononcer son prénom en boucle.
«Arya, arya, arya…»
Je caresse doucement sa joue en éloignant ses mèches soyeuses de son visage de porcelaine.
«Je suis désolé…»
Ma voix est presque tremblante de colère contre moi-même et de crainte face à sa situation. Je me suis arrêté certes… Mais à quel prix? Elle avait dû souffrir par ma faute. La gardant dans mes bras, je ferme les paupières en venant déposer un long baiser sur son front.
«Je ne te laisserais plus souffrir… Je te protégerais, je resterais avec toi, je ne partirais plus. Je te le jure…»

(Voilà encore désoler pour le temps!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une cellule, un monstre et un ange (PV Arya)   Aujourd'hui à 5:39

Revenir en haut Aller en bas
 
Une cellule, un monstre et un ange (PV Arya)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [résolu] script A-RPG (VX) probleme d''activation d''interrupteur quand mort du monstre
» Un "ange" à la couronne.
» La FIC dont VOUS êtes le MONSTRE !!
» [Résolu] chara monstre
» Forum RPG d'ange contre démons

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Serenia Academy :: Corbeille : archives du forum :: RP terminés/abandonnés-
Sauter vers: