Serenia Academy

La Serenia Academy est la plus prestigieuse école de magie qui soit. Nous vous attendions, entrez donc...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Event] Noriko&Balthamos

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
PNJ Random

avatar

Messages : 3
Points RP : 0
Date d'inscription : 29/12/2012

MessageSujet: [Event] Noriko&Balthamos   Sam 29 Déc - 18:28



♫ Oh Oh Oh ♫




Le Bal de Noël



Il est vrai que la vie n'est pas toujours rose à la Miwashi School, des disputes, des séparations, des disparitions. D'innombrables mystères qui entourent cette école. Mais pas ce soir. Parce que ce soir est spécial. C'est un soir où on tente d'oublier tout conflit, de se concilier avec chacun. La magie de Noël. Dans un monde où la magie est une réalité, prétendre qu'elle n'existe pas serait de mauvaise foi. On se réunit, on oubli nos différents et on célèbre les festivités de Noël ensemble.

A la Miwashi School la dernière idée de notre cher directrice a été d'organiser ce somptueux bal qui ne fait pourtant pas rêver tout le monde. On se réunit, on désigne un partenaire au hasard et on passe la soirée ensemble dans la meilleure entente possible. Bien évidemment il y a parfois quelques problèmes. Mais on veille à ce que tout se déroule pour le mieux. Le but de cette école est d'intégrer les différentes races entres elles et il n'y a pas meilleur moyen que ce genre d'évènement. Du moins c'est ce que la directrice avance. Mais quelque soit le partenaire qui te sera désigner tu devrais passer l'ensemble de la soirée avec et échanger un cadeau avec lui.

Pour l'occasion, le réfectoire a été aménagé pour être en mesure d'accueillir la réception. De magnifique guirlandes aux couleurs bleu et argent pour représenter les couleurs de l'hiver. Un grand sapin au milieu de la pièce dans les mêmes tons. Un buffet sur de longues tables le long des murs de la salle. Les cuisiniers se sont surpassés ce soir. Foie gras, huître, chaperon, bouchée, bûche de noël et autres mets délicieux. Les élèves ont même tous le droit à un verre de champagne. Mais seulemet un. Une petite estrade sur la droite où l'on aperçoit le DJ de la soirée. Qui sait les surprises que ce dernier nous réserve. Pour l'instant des chants de noël traditionnel passent en fond.

Alors toi qui n'a pas choisi ton partenaire, tu es peut-être déçu. Tu voulais peut-être être avec ce beau prof là-bas dans le coin. Mais tu n'es pas la chanceuse qui est avec lui. Tu as peut-être une personne désagréable, complètement à l'opposer de toi, mais c'est Noël. Il te faut oublier tes différents et profiter un maximun de cette nuit. Tu n'as pas le choix. Et cela te semble bien plus facile à dire qu'à faire... Pourtant la soirée vient à peine de commencer.

Un rencontre que l'on peut redouter, mais tu n'échappes pas à la règle Noriko et toi aussi tu participes à ce bal. C'est ton idée. C'est ton école. Et comme c'est toi qui doit montrer l'exemple, tu te diriges d'un pas assuré vers ton partenaire l'air sûre. C'est toi qui commencera la danse.




Miwashi School © Modèle de fiche de présentation made by Noriiko Shimazu. Merci de respecter le travail produit!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naomi Owen
Fondatrice
avatar

Messages : 237
Points RP : 2
Date d'inscription : 20/04/2009
Age : 24
Localisation : Bureau de la directrice

Feuille de personnage
Race: Sirène
Classe: Directrice
Votre fiche: http://serenia-academy.myogame.net/t1605-naomi-owen-directrice-de-la-serenia-academy

MessageSujet: Re: [Event] Noriko&Balthamos   Sam 29 Déc - 22:56

Et voila, c’était officiel : ça faisait un an quasiment jour pour jour que j’étais arrivée dans la Miwashi School, pour respecter ma part de l’engagement qui me liait à ces monstres. C’était drôle de me dire que j’avais passé un an ici. Un an sans le voir ne serait-ce que quelques minutes. Un an que j’attendais qu’ils le libèrent. Un an que je piétinais mes valeurs et que je surveillais tout ce qui se passait dans l’enceinte de l’école. Cependant, tout n’était pas noir : je m’étais découvert une véritable passion pour l’enseignement, et aussi étrange que cela puisse paraître, j’aimais les responsabilités que le poste de directrice me permettaient d’assumer.

Sans m’en rendre compte, j’avais évolué en un certain sens : j’avais appris à vivre seule. Non pas que son absence ne me manquât pas, bien au contraire, il ne se passait pas un jour sans que sa présence me manque et m’asphyxie un peu plus. Mais j’avais appris que même sans lui, j’étais capable de vivre, d’exister par mes propres moyens. Ces dix dernières années, je n’avais vécu qu’à travers lui, j’avais toujours vécu pour l’amour, pour construire mon avenir avec lui. Là, j’étais forcée d’avancer par moi-même, de me relever seule. Je n’existais pas qu’à travers l’amour : j’avais mon existence propre, j’étais une personne à part entière. Chose dont j’avais toujours doutée depuis mon enfance. Depuis toute petite, j’étais persuadée que j’étais invisible pour tout le monde, sauf pour lui. Et c’était grâce à lui que je m’étais sentie vivre. J’avais peur que puisqu’il n’était plus là, mon existence ne signifie plus rien. Des gens avaient besoin de moi, cette école avait besoin de moi. Je me levais tous les jours parce que je devais satisfaire ces monstres, mais aussi et surtout parce que l’école avait besoin de mon aide et que j’étais peut-être l’une des rares personnes à pouvoir empêcher le pire de se produire.

Et voila. J’allais passer la soirée seule, comme lors de mon dernier anniversaire, où j’avais soufflé ma 27ème bougie. C’était Noël ce soir. Cette fête était magique, y compris pour les élèves. Enfin, je n’allais pas vraiment passer la soirée seule : j’avais pensé à organiser un bal pour Noël. Bal un peu particulier, puisque tous les participants se verraient attribuer un compagnon, compagnon avec lequel ils seraient forcés de passer toute la soirée. Ce serait une occasion parfaite pour permettre aux différentes races de se rapprocher. Je participerai également à ce bal. Je n’étais pas sûre que ce soit une bonne idée, mais il le fallait : j’allai devoir montrer l’exemple. Je n’aurai pas l’air très crédible si moi-même je refusai de participer. Et puis, si je passais la soirée seule, je ne ferai que ressasser le passé. Voila ce que je me disais en me préparant pour le bal et en emballant le cadeau que j’avais choisi. Ça non plus, je n’étais pas sûre que ça irait, mais il le fallait.

J’inspectai mon armoire et je me décidai à m’habiller d’une paire de bas noirs translucides que j’avais remontés le plus haut possible de manière à ce qu’on les confonde avec de simples collants, d’une jupe grise froufroutée et d’un débardeur noir, par-dessus lequel j’ajoutais un cache-cœur noir. Pour compléter ma tenue, je pris des escarpins noirs ainsi qu’un duffle-coat noir pour me protéger du froid de l’extérieur, le temps que je rejoigne le réfectoire, endroit où se déroulait le bal et qui avait été spécialement décoré pour l’occasion. Une fois arrivée dans la cantine, je déposais mon duffle-coat dans les vestiaires, espace aménagé pour que chaque participant puisse déposer les vêtements encombrants. Je pris le cadeau emballé dans un papier bleu, orné d’un ruban blanc. Je pris connaissance des couples qui avaient été formés. Mon compagnon pour la soirée serait Balthamos Reaper, le nouveau professeur de l’école, arrivé il y a peu. J’avais vu son dossier et l’avait validé, acceptant par la même occasion qu’il rentre dans la Miwashi School.

Je cherchai donc mon partenaire pour la soirée. J’aurai tant aimé que ce soit Izaya… Et à l’instant précis où je songeais à lui, je vis un homme blond de dos. Je me dirigeai vers lui d’un pas assuré, ne sachant alors pas à quoi m’attendre. Ce devait être mon compagnon. Une fois assez proche de lui, je lui demandai, alors que je n’avais pas encore vu son visage :

«_ Vous êtes bien Balthamos Reaper ? Je suis Noriiko Shimazu, votre compagne pour la soirée. »

_________________
"I only miss you when I'm breathing, I only need you when my heart is beating.
Without your love don't know how I survive, it's you that's keeping me alive..."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://serenia-academy.myogame.net
Balthamos Reaper

avatar

Messages : 30
Points RP : 0
Date d'inscription : 23/12/2012
Age : 25
Localisation : Penser fort et vous aller me trouver!

Feuille de personnage
Race: Humain
Classe: Professeur
Votre fiche: http://URL-DE-VOTRE-FICHE

MessageSujet: Re: [Event] Noriko&Balthamos   Dim 30 Déc - 3:55

Une soirée qui s’annonçait pleine de rebondissements. Je venais il y a peu de remettre ma candidature en t’en que professeur à la Miwashi-School. Quoi de mieux pour espionner l’ennemie que de l’infiltrer de l’intérieur? Et voilà que j’apprends qu’un bal est mis sur pied pour faire en sorte que les races tentent de s’aimer… Malgré le fait que je trouve l’idée d’une idiotie remarquable! Je me suis tout de même inscrit, question de me fondre dans le lot et me faire voir d’un bon œil! Il n’y a rien de plus utile que la perception que les gens ont de vous. Alors que je ne trouvais pas la situation déjà suffisamment saugrenue… Voilà que j’apprends que ma partenaire pour la soirée n’est nul autre que la délicieuse Noriko… Le pantin de mes plans et la vipère qui s’accroche désespérément au déchet qu’est devenue ma lignée. Le fait de nous voir si ressemblent lui et moi, me dégoute d’ailleurs. Mais, peut-être cela pourra t’être à mon avantage!

Dong! Dong! Dong!

Les trois coups de mon horloge retentir à mes oreilles comme le bruit d’un carillon mélodieux. Il était finalement leur de la voir pour la première fois face à face! Non pas qu’elle ne m’ait jamais vue… Toutefois, notre dernière rencontre n’était pas sous ma forme originale, mais plutôt ma forme d’enfant. Debout, statufier devant la glace, je contemplais mon reflet en me demandant qui était la personne face à moi. Il y a bien longtemps que je n’ai pas revêtis mon véritable visage… Je passe une main nonchalante dans mes cheveux pour les peigner légèrement vers l’arrière, tout en laissant quelque mèche rebelle retomber sur les côtés de mon visage. Je défripe ma chemise blanche et ajuste mon veston noir de façon pratiquement instinctif et théâtral. Je laisse quelque bouton défait de ma chemise question de ne pas sembler trop propre ou coincé. J’enfile alors mes souliers noirs et mon veston long de couleur grise, d’un tissu léger et qui ne fais pas trop chique. Un dernier coup d’œil pour admirer mon reflet et dans un coup de vent j’empoigne mes lunettes qui viennent rendre mon apparence éternellement jeune un peu plus mature. Je n’oublie pas de glisser le cadeau dans mon veston. Un cadeau… Quelle ironie! Si elle savait qu’au bout du compte, le seul cadeau que je lui souhaite est un cadeau empoisonné.


Clac! Clac! Clac!


Je descends les marches avec l’aisance d’un félin. Au bous de quelque minute je suis rendue dans la salle, les gens commence à si attroupé et il ne me reste plus cas la trouvé. Mais quelque chose au fond de moi me dit que je n’en aurais aucunement besoin. Je glisse ma main sous mon veston pour tâter le présent au papier argenté et aux rubans d’un rouge rubis. Malgré la conception qu’on se fait des hommes et l’emballage de cadeau, le mien est somptueusement enrubanner comme-ci je l’aurais fait faire par un autre. Mon esprit divague, je suis un penseur, je suis un lunatique… Je les regarde parler et danser, la nausée me monte au nez… Je veux tous les tuer… Mais un jour le moment viendra et je sais que pour gagner une partie d’échec, il faut se montrer patient de ne pas se précipiter sur le roi, il faut d'abord éliminer la reine!


«_ Vous êtes bien Balthamos Reaper ? Je suis Noriiko Shimazu, votre compagne pour la soirée. »


En parlant du loup… Je ferme les yeux en une fraction de seconde à peine, puis… Je revêtis mon masque de la soirée… Celle de l’homme parfait… J’ouvre les paupières, cela na durer à peine une fraction de seconde, rien de remarquable à l’œil uniquement. Je me retourne et la gratifie d’un sourire charmant. Je remarque aussitôt sa surprise et son malaise en voyant mon visage… Je ne peux m’empêcher de penser *Je sais à qui tu penses* mon sourire ne s’en fait que plus sublime. Je viens doucement cueillir sa main et embrasser le dos de celle-ci avant de dire.


«_C’est bien moi, vous avez un talent remarquable pour reconnaitre les gens simplement par leur nom!»

Je relâchais sa main d
oucement avant de la contempler de mon regard d’un bleu miroitant. Puis je soufflais en sachant déjà très bien sa réponse, mais pour lire le malaise et la souffrance une fois de plus sur ses traits.


«_Qui as-t-il? Vous ne semblez pas bien… Auriez-vous vu un fantôme?»


Je me délectais de sa réaction, je sentais que cette soirée serait formidable, puisque la simple vision de mon visage suffisait à la bouleverser.


Dernière édition par Balthamos Reaper le Mar 1 Jan - 22:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naomi Owen
Fondatrice
avatar

Messages : 237
Points RP : 2
Date d'inscription : 20/04/2009
Age : 24
Localisation : Bureau de la directrice

Feuille de personnage
Race: Sirène
Classe: Directrice
Votre fiche: http://serenia-academy.myogame.net/t1605-naomi-owen-directrice-de-la-serenia-academy

MessageSujet: Re: [Event] Noriko&Balthamos   Dim 30 Déc - 18:00

Dieu du ciel… J’avais décidé de participer à ce bal pour montrer l’exemple. Cependant, si j’avais su ce qu’il allait se passer, j’aurai sans doute refusé de venir et je serai sûrement restée au lit avec un livre comme seule compagnie. Quelle idée stupide j’avais eue ! Il y a quelques fois où je ferais mieux de tourner sept fois ma langue dans ma bouche avant de parler. Ce n’était que le début de la soirée, et pourtant, je sentais que la soirée ne serait pas simple pour mon cœur. Qu’est-ce qui me faisait dire cela ? J’avais repéré dans la foule un homme blond de dos, et j’avais pensé à juste titre qu’il était mon compagnon de bal, Balthamos Reaper. Je m’étais avancée vers lui sans me douter un instant de la surprise que le destin me réservait, et je lui avais demandé s’il était bien celui que je pensais qu’il était.

C’est là qu’il s’était retourné, un sourire de circonstance aux lèvres. Je crus rêver… Alors que je pensais justement à Izaya, le voila qui apparaissait devant moi. Balthamos était le sosie parfait de celui pour lequel je me battais : il avait les cheveux blonds et les yeux bleus tout comme lui. La forme de son visage et sa peau à l’aspect parfait étaient les mêmes également. C’était lui… Izaya… Je manquai de faire tomber le cadeau que je tenais tant mon cœur tambourinait contre ma poitrine. C’était si troublant… Quelle surprise…

«_C’est bien moi, vous avez un talent remarquable pour reconnaitre les gens simplement par leur nom!»

Avait-il dit après avoir gratifié ma main d’un baiser. Ma surprise fut encore plus grande lorsqu’il parla pour me confirmer qu’il était bien mon compagnon pour la soirée. Le timbre de sa voix… il était quasiment similaire à celui d’Izaya ! Cela ne fit qu’augmenter ma surprise. Je ne savais pas quoi faire, je ne savais pas comment réagir… Il était impossible que ce soit lui… Mais la ressemblance était frappante… J’étais trop troublée pour dire quoi que ce soit. Un sentiment de malaise immense m’envahit, à tel point que j’en oubliais tout ce qui m’entourait et que mon cerveau ne se focalisa que sur une chose : la ressemblance entre Balthamos et Izaya.

«_Qui as-t-il? Vous ne semblez pas bien… Auriez-vous vu un fantôme?»

Plus il me fixait de ses yeux bleus, plus mon cœur s’emballait. Son regard… il était aussi perçant que celui d’Izaya. Et puis, les questions qu’il me posa se frayèrent un chemin jusqu’à mon cerveau. Je compris alors que j’étais tellement bouleversée que cela se voyait sur mon visage. Jusqu’ici, jamais aucune émotion n’avait transparu sur mon visage. Je m’étais toujours appliquée à conserver un visage neutre et inexpressif, faisant dire aux élèves que je ne pouvais rien ressentir. Et il avait fallu d’à peine quelques secondes pour que tous les efforts que j’avais fournis soient anéantis. Il avait suffi que quelqu’un ressemble à mon bien-aimé pour que je perde toute contenance.

Qu’est-ce que je pouvais faire maintenant ? Honnêtement, je ne savais pas. Plus aucun de mes membres ne répondaient, et pourtant, je mourrai d’envie de prendre mes jambes à mon coup pour pouvoir cacher mon désarroi. Il me fallut quelques secondes avant d’être en mesure de répondre aux questions de mon compagnon, d’une voix blême empreinte de souffrance que je ne me connaissais pas :

«_ Je… je vais bien. Je… j’ai simplement eu… une sorte de malaise. Je me sens déjà mieux. »

Je baissai les yeux afin d’éviter de croiser à nouveau son regard similaire à l’être que j’aimais. Je me rappelai alors du cadeau que j’avais emporté en voyant le paquet bleu cerclé d’un ruban blanc entre mes mains. J’avais vraiment tout oublié, car je ne me souvenais plus non plus du moment que j’avais prévu pour remettre mon cadeau à mon compagnon de soirée. Mais ce paquet m’embarrassait tout à coup. Je me risquai alors à demander, en relevant la tête mais en évitant soigneusement de croiser ses yeux :

«_ Ce malaise m’a vraiment perturbé… Souhaitez-vous que nous échangions nos cadeaux maintenant ou préférez-vous attendre les 12 coups de minuit pour respecter la tradition ? »

J’en venais à espérer que la soirée finisse au plus vite, afin que je puisse m’enfuir et m’enfermer dans ma chambre. Je ne savais pas comment j’allai faire pour rester maître de moi-même jusqu’à la fin. Je ne savais même pas si je serais capable de finir la soirée. Mon cœur manquait d’exploser à chaque seconde qui passait. J’étais au bord de la crise, tant cela faisait mal de me tenir ici, avec cet homme qui ressemblait trait pour trait à celui que je ne pouvais pas voir depuis des mois.

À présent qu’il avait vu mon visage exprimer des émotions que je souhaitais cacher, il était inutile de me recomposer un visage serein. J’en étais de toutes manières incapable à l’heure actuelle…

_________________
"I only miss you when I'm breathing, I only need you when my heart is beating.
Without your love don't know how I survive, it's you that's keeping me alive..."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://serenia-academy.myogame.net
Balthamos Reaper

avatar

Messages : 30
Points RP : 0
Date d'inscription : 23/12/2012
Age : 25
Localisation : Penser fort et vous aller me trouver!

Feuille de personnage
Race: Humain
Classe: Professeur
Votre fiche: http://URL-DE-VOTRE-FICHE

MessageSujet: Re: [Event] Noriko&Balthamos   Mar 1 Jan - 22:53

Je ne pus m’empêcher de sourire de plus belle face à la douce mélancolie de cette situation. Son visage troublé ne faisait que m’enchanter. Je pouvais lire sur ses traits troublés qu’elle désirait fuir au plus vite, mais il était hors de question que je la laisse filer ainsi! Je m’amuserais pleinement ce soir qu’elle le désire ou non. La musique retentissait dans la salle, les ‘‘couples’’ se trémoussaient sur la piste peu à peu… La luminosité de l’endroit cachait bien les ténèbres à l’intérieur des gens. Je la voyais tenter de s’éclipser à mon regard, c’était donc ce qui la torturait le plus? Soit… Je jouerais de cet atout majeur au long de la soirée jusqu’au point de la faire fondre en larme. Montre-moi les tourments de ton cœur, jusqu’à ce que tous puissent les lires sur ton visage de glace et qu’enfin il sache que tu n’es qu’une simple femme…


«_ Je… je vais bien. Je… j’ai simplement eu… une sorte de malaise. Je me sens déjà mieux. »


J’affichais un mince sourire réconfortant, la comédie ayant été toujours mon point fort depuis des millénaires! Elle détournait toujours son regard, moi à son contraire je la poursuivais du mien. Je voulais qu’elle plonge ces yeux dans les miens, je voulais qu’elle se souvienne et qu’elle souffre. Plonger quelque peu trop profondément dans mes pensées je l’entendis alors me dire.


«_ Ce malaise m’a vraiment perturbée… Souhaitez-vous que nous échangions nos cadeaux maintenant ou préférez-vous attendre les 12 coups de minuit pour respecter la tradition ? »


Quoi? Je relâchais la pression qui s’était créée dans ma main, alors que j’envisageais toutes les solutions de la soirée qui s’offrait à moi pour la bouleverser. Se moquait telle de moi? Elle espérait vraiment que je lui réponde que nous pouvions nous les remettre maintenant comme cela, elle aurait une bonne excuse pour quitter plus tôt!? Il en était hors de question. Je souris de plus belle en venant porter une main réconfortante et empreinte de douceur sur son épaule frêle… Si je l’avais voulue, j’aurais pu lui torde la nuque en un seul coup… Mais la vengeance est douce… Je voulais la savourer pleinement, après l’avoir profondément torturé.


«_Si vous sentez que ça va mieux, alors rien ne presse pour les présents! Attendons à minuit, cela sera plus amusant!»


Je me penchai légèrement mon torse vers l’avant pour abaisser mon regard au niveau du sien qui me fuyait, maintenant elle n’avait pas le choix de me regarder dans les yeux.


«_M’accorderiez-vous une danse Noriko…? Pardon cela ne vous dérange pas que je vous appelle par votre prénom?»


Oui je prenais un malin plaisir à la faire souffrir… Elle qu’il aimait… Je me suis dit que l’appeler par son prénom, sur le même ton doux qu’il devait le faire allait probablement la choquer mille fois plus. Je me doutais que si je l’appelais madame la directrice ou encore Shimazu, cela n’aurait pas le même impact qu’en l’appelant tendrement par son prénom. Je dégageais ma main rassurante de son épaule, la fixant toujours directement dans les yeux. De mon plus beau sourire, je l’invitais de ma main à la prendre et venir danser avec moi. Le moment et la situation jouaient tous en ma faveur. Une douce valse résonnait dans la salle, alors que les gens dansaient en son rythme. Certains regards étaient lancés en notre direction, alors que nous paressions comme le plus parfait des contes de fées au milieu de la piste. Mais ce que tous ne savaient pas, c’est que je suis en vérité non pas le prince charmant, mais le vilain sorcier qui aux douze coups de minuit fera sombrer la belle princesse dans un sommeil éternelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naomi Owen
Fondatrice
avatar

Messages : 237
Points RP : 2
Date d'inscription : 20/04/2009
Age : 24
Localisation : Bureau de la directrice

Feuille de personnage
Race: Sirène
Classe: Directrice
Votre fiche: http://serenia-academy.myogame.net/t1605-naomi-owen-directrice-de-la-serenia-academy

MessageSujet: Re: [Event] Noriko&Balthamos   Mer 2 Jan - 20:32

À ma question, Balthamos sourit de plus belle et posa sur mon épaule une main douce et réconfortante, comme Izaya l'eut fait. Son sourire et ses actes me troublaient, car il agissait comme lui. Il me répondit:

«_Si vous sentez que ça va mieux, alors rien ne presse pour les présents! Attendons à minuit, cela sera plus amusant!»


Minuit... voilà une heure bien lointaine. Évidemment, cela aurait tellement plus simple si l'on échangeait nos cadeaux maintenant ! Le rideau pourrait alors se baisser à tout moment. En attendant, je ne pourrais pas supporter une présence inconnue et pourtant si familière près de moi si longtemps. Je n'arrivais pas à trouver comment j'allai me débrouiller pour rester de marbre jusqu'à la fin de la soirée. Je manquais de lâcher prise à tout moment, les larmes menaçaient de couler en un torrent ininterrompu, mon corps risquait de s'effondrer au sol telle une coquille vide, mon cœur était sur le point d'exploser tant il me faisait mal. Et pourtant, je ne devais pas me laisser aller devant mes élèves. Que diraient-ils s'ils me voyaient pleurer comme une damnée au sol à côté d'un cavalier que l'on pouvait qualifier de prince charmant ?

Mais refouler mes sentiments faisait encore plus mal... Tout ce que j'avais caché au fin fond de mon âme au cours de l'année écoulée menaçait de faire surface n'importe quand. Ces sentiments emprisonnés à double tour dans mon cœur étaient extrêmement douloureux. La métaphore « mon cœur saigne » prenait tout son sens en ce moment.

Mon compagnon de bal devait sans doute se demander si j'étais normale. Il était parfait en tout point de vue et moi, j'étais incapable d'aligner deux mots tant j'étais bouleversée. De plus, je devais avoir une mine horrible qui devait le faire regretter d'être tombé sur une cavalière comme moi. Mon visage était blême et on lisait sur mes traits à quel point j'étais troublée. Pourtant, il continuait à être galant. Ou plutôt, il continuait à agir exactement comme Izaya l'aurait fait. C'était justement ça qui me perturbait : non seulement il lui ressemblait trait pour trait, mais en plus il agissait de la même façon. J'avais tellement envie de le revoir...

Puis il se pencha vers moi, me regardant droit dans les yeux. Je n'avais d'autre choix que de plonger dans ce regard bleuté qui me faisait frémir. Mon compagnon me demanda :

«_M’accorderiez-vous une danse Noriko…? Pardon cela ne vous dérange pas que je vous appelle par votre prénom?»

Je fus surprise qu'il m'appelât par mon prénom, à sa manière. Mes dernières défenses tombèrent, laissant ainsi mes yeux parler pour moi. Les larmes montèrent, mais s'arrêtèrent avant de rouler sur mes joues à mon grand soulagement. La surprise et le désespoir se lurent dans mon regard. Comment se faisait-il que Balthamos ait tant de points communs avec l'homme que j'aimais ? Et surtout, pourquoi le destin l'avait-il placé sur ma route justement ce soir ?

Puis, d'un sourire éclatant, il me tendit la main pour m'inviter à entrer dans la danse. Une valse qui plus est. Était-ce cela qu'on appelait la fatalité ? Je le crois bien... Je sentais quelques regards peser sur nous, mais à vrai dire, ce qui m'entourait m'importait peu. La seule chose qui comptait était Balthamos. Balthamos et son regard si troublant. Balthamos et sa façon d'être si proche de lui. Mon cerveau ne me dictait plus ma conduite : mon corps avait pris le relais, comme en pilote automatique.

Je tendis ma main, qui alla se poser dans celle qu'il me tendait, sans pouvoir détacher mon regard du sien, alors que j'aurais voulu ne plus le croiser. Nous nous mîmes à valser au rythme de la musique. Mon corps, au départ rigide, finit par se détendre en même temps que mes pensées volaient vers lui. Ce n'était pas avec Balthamos que je dansais : c'était avec Izaya. Il était là, me regardait avec bienveillance. Je me revis dans notre maison, la première fois qu'on y était allé. Sans qu'il y ait de musique, il m'avait inviter à danser, en me disant que sous l'eau, danser était plus compliqué, alors que sur terre, c'était tellement facile et tellement beau. L'illusion était parfaite ce soir... Je me sentais comme dans ses bras...

«_ Izaya... »

M'entendis-je murmurer, trop tard pour retenir son prénom. Ce simple prénom brisa l'illusion et me rappela que j'étais dans les bras d'un autre. Je me mis à chercher des excuses, embarrassée et du même fait, complètement bouleversée:

«_ Je... je suis désolée, cette valse me fait tourner la tête... Pourrions-nous... nous arrêter un instant ? Je crois... je ne me sens pas bien...»

J'avais des haut-le-cœur tant je souffrais intérieurement. Je voulais tellement qu'il soit là, que je m'étais laissée bercer par l'illusion... La situation me donnait envie de pleurer.

_________________
"I only miss you when I'm breathing, I only need you when my heart is beating.
Without your love don't know how I survive, it's you that's keeping me alive..."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://serenia-academy.myogame.net
Balthamos Reaper

avatar

Messages : 30
Points RP : 0
Date d'inscription : 23/12/2012
Age : 25
Localisation : Penser fort et vous aller me trouver!

Feuille de personnage
Race: Humain
Classe: Professeur
Votre fiche: http://URL-DE-VOTRE-FICHE

MessageSujet: Re: [Event] Noriko&Balthamos   Ven 18 Jan - 18:32

Je pouvais me délecter de la moindre de ses expressions faciales au moindre son qui sortait de ma bouche. Je pouvais lire sur ses traits que la douleur la tenaillait. Je ressentais un plaisir fou à la torturer mentalement! La torture physique n’étant rien en comparaison. Alors que j’avais laissé couler son nom hors de mes lèvres, à la même façon que je l’entendais toujours le murmurer de sa cellule, j’aperçu son regard se baigner d’un éclaire transparent et brillant. Je retins mon sourire, mais mon âme elle riait. Je me répétais mentalement *tombe, laisse tout le monde voir ta faiblesse* mais cette jeune femme était plus forte qu’il n’y paraissait et malgré la fluctuation d’eau dans ses yeux, elle le maintenu avec acharnement. Toutefois, j’avais comme contentement, la chance de voir toute la souffrance se dessiner sur son beau visage. Bientôt, je ferais tomber ton masque et tu perdras tout…

Elle finit par me tendre sa main, je la pris doucement en refermant mes doigts avec la plus grande des douceurs. J’enlaçai sa taille de mon autre main de la façon la plus élégante! De la même manière et la même tendresse qu’il l’aurait surement fait. Je ne voulais pas détruire simplement cette femme, mais aussi son amour pour lui et l’amour qu’il éprouvait pour elle. Je la sentis réticente au départ, mais après que la valse soit commencée elle se laissa bercer par l’illusion de mes bras. Un sourire satisfait venu marquer mes traits. Un sourire que je savais qu’elle ne verrait pas, car elle était trop concentrée à danser avec lui.


«_ Izaya... »


Mon sourire s’amplifia! C’est bien, je voulais qu’elle me confonde avec lui, qu’elle ait honte d’avoir même pensé à lui alors qu’elle était dans les bras d’un autre. Je voulais qu’elle se torture et qu’elle se ronge les songes pour le simple fait d’avoir éprouvé du plaisir une fraction de seconde, alors que lui souffrait au loin. Elle s’arrêta alors en se rependant en excuse. T’en de mensonge sortais de ses lèvres pour masquer la vérité. J’arrêtais de danser, mais je maintenue doucement sa main en la caressant légèrement comme pour la rassurer. Je savais en fais que tous les gestes tendres que je posais la feraient souffrir. Je voulais qu’elle me prenne pour un ami et pratiquement un confident. Avec le temps j’y parviendrais!


«_Sa va aller? Peut-être que je ferais mieux de vous amener à l’infirmerie…?»


Qu’elle ne croit pas que je me séparerais d’elle aussi facilement! Je n’avais pas fini de m’amuser. Mais il était certain qu’étant professeur, elle n’aurait d’autre choix que de faire ma rencontre à nouveau. Je plongeais mon regard toujours sur elle, en me demandant comment ma descendance avait fait pour ce faire berner par ses créatures maudites… Certes de fort belle apparence, mais restant tout de même des monstres.

(Désoler pour le temps, j'ai eu des empêchements.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naomi Owen
Fondatrice
avatar

Messages : 237
Points RP : 2
Date d'inscription : 20/04/2009
Age : 24
Localisation : Bureau de la directrice

Feuille de personnage
Race: Sirène
Classe: Directrice
Votre fiche: http://serenia-academy.myogame.net/t1605-naomi-owen-directrice-de-la-serenia-academy

MessageSujet: Re: [Event] Noriko&Balthamos   Ven 18 Jan - 22:18

[Pas de soucis, la semaine dernière, j'étais pas mal occupée^^ Et puis, ça m'a permis de mettre au point un prochain RP croustillant avec Nialéme !]

Il fallait que je sois forte… que je sois forte ! Ça se saurait, si j’étais quelqu’un de fort et de courageux. J’étais lâche, et surtout bien trop faible pour affronter la situation actuelle. Je me doutais que le jour où je reverrai Izaya, je craquerai. Mais je n’avais encore jamais pensé qu’il puisse exister sur cette terre un sosie de mon bien-aimé. Sosie qui, qui plus est, était à l’école ! Et évidemment, je n’étais pas prête mentalement à affronter le choc que ça provoquait en moi. Je ne savais pas comment réagir, et puis en fait, mon esprit rationnel me faisait défaut ce soir, tout simplement parce que la présence de mon cavalier était trop troublante pour que j’aie les idées claires. Je n’en pouvais plus, seul mon cœur parlait, et bon sang, il faisait tout de travers ce soir…

Cette valse, bien qu’agréable avec le plus parfait des compagnons, était parvenue à me faire oublier tout. Elle m’avait ramenée des années en arrière, avec Izaya. Et voila, mon cœur avait pris la place de ma tête. Je venais de lâcher une partie de mon secret, secret si lourd à porter. Je m’étais embrouillée dans mes excuses lorsque j’avais tenté de réparer les dégâts. Je m’en voulais d’avoir pensé une seconde que je dansais avec mon bien-aimé… Je m’en voulais de les avoir confondus…

Bien que nous ayons arrêté de danser, Balthamos maintenait ma main dans la sienne, la caressant légèrement comme pour me rassurer. Ce n’était pourtant pas grand-chose, mais… tant de gentillesse de sa part alors que j’étais la pire des cavalières… c’était trop. Trop, parce qu’en plus, c’est exactement ce qu’aurait fait Izaya.

«_Sa va aller? Peut-être que je ferais mieux de vous amener à l’infirmerie…?»

Me proposa-t-il, avec douceur et semblant réellement s’inquiéter pour moi. Cela ne faisait que me faire culpabiliser, car malgré tout ce qu’il faisait pour être agréable, j’étais incapable d’avoir une conversation sensée avec lui. Mais s’il savait que c’était aussi parce qu’il était si attentionné envers moi que je n’arrivais pas à avoir une pensée qui ait du sens…

Face à son attitude et à son physique si proche de celui que j’aimais, mes yeux, baignés de larmes, ne parvinrent pas à retenir certaines d’entres elles de couler le long de mes joues. Mais au moment même où elles commençaient à couler, je tentais de les masquer de ma main libre, les essuyant rapidement d’un revers de la main. Je retins dans ma gorge les bruits de sanglots. Et voila… je commençai déjà à m’effondrer. Je n’osais même pas imaginer l’état dans lequel je me trouverai à minuit…

Je tentai tant bien que mal de reprendre pied dans la réalité, réalité que je détestais à cet instant précis. Essayant vainement de lever les yeux vers le visage de Balthamos, je lui répondis, après quelques secondes d’hésitation :

«_ Non, je… je vous assure, ça va aller… Un peu d’air me fera le plus grand bien je pense… Vous voulez m’accompagner dehors ? »

Ça me ferait sans doute passer ces haut-le-cœur incessants qui reflétaient mon désespoir et ma honte d’avoir pu penser un instant que j’étais avec Izaya. Je passai devant Balthamos, afin de me permettre d’éviter son regard quelques instants, le temps de ravaler mes larmes et d’essuyer les dernières traces sur mes joues. Alors que je rejoignais la sortie, accompagnée de mon compagnon, mes jambes tremblaient, comme si le sol n’était pas stable sous mes pieds. Je tentais de marcher le plus normalement possible, et enfin, je pus ouvrir la porte qui menait à la cour commune.

Et là, le spectacle que la nature nous offrit fut splendide pour un jour comme celui-ci : il neigeait à gros flocons et déjà, une fine couche de neige recouvrait le sol. On voyait la neige scintiller sous la lumière des réverbères. Si la situation n’avait pas été ce qu’elle était, j’aurai sans doute adorée ce panorama. Au lieu de ça, ça m’était égal. Je me tournai vers Balthamos pour lui parler et m’excuser de mon attitude, bien que son visage soit un supplice pour mon cœur :

«_ Je suis désolée, je ne suis pas de très bonne compagnie ce soir… ça n’est sans doute pas la soirée dont vous rêviez. Je comprendrai que vous m’en vouliez. Vous pouvez changer de partenaire, si vous le désirez… »

Encore une ultime tentative désespérée pour me soustraire à mes obligations… J’étais bien lâche…

_________________
"I only miss you when I'm breathing, I only need you when my heart is beating.
Without your love don't know how I survive, it's you that's keeping me alive..."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://serenia-academy.myogame.net
Balthamos Reaper

avatar

Messages : 30
Points RP : 0
Date d'inscription : 23/12/2012
Age : 25
Localisation : Penser fort et vous aller me trouver!

Feuille de personnage
Race: Humain
Classe: Professeur
Votre fiche: http://URL-DE-VOTRE-FICHE

MessageSujet: Re: [Event] Noriko&Balthamos   Sam 19 Jan - 3:00

(Oh sa semble intéressant! J’ai hâte de voir ça!)

TIC TAC TIC TAC…

Je regardais la première larme couler et tel un poème célèbre le disait, elle est née de ses yeux, pour ensuite vivre contre sa joue et venir mourir sur ses lèvres. Je savais à ce moment précis que j’avais gagné. Une petite victoire parmi t’en d’autre, mais j’avais gagné la batail de cette soirée. Je pouvais sentir mon corps en extase au fait de voir cette preuve flagrante de douleur. Après la première larme, elle cacha tout de suite les autres dans un geste de la main. Mais je savais que d’autres avais déjà remarqué, car de notre apparence les regards ne manquaient pas de nous suivre. La situation était parfaite, même bien plus que parfaite…


«_ Non, je… je vous assure, ça va aller… Un peu d’air me fera le plus grand bien, je pense… Vous voulez m’accompagner dehors ? »


L’orgueil qu’elle mettait dans ses paroles pour se convaincre me donnait envie de rire. J’avais envie de lui dire, mais non… Ça ne va pas aller… Et tu le sais très bien! Mais malgré mon intérêt à la faire souffrir radicalement, je ne me permettrais jamais de m’exposer de cette façon! Je suis une personne discrète après tout, la subtilité est mon art.

Je laissais apparaitre un mince sourire réconfortant sur mes lèvres pour toutes réponses en lui soufflant sur mon ton le plus réconfortant.


«_Pour qui on me prendrait si je laissais une aussi belle femme dans un état pareil partir seule?»


Sur ce, je la suivis doucement. Ses pas étaient lents et je pouvais voir le léger tremblement de ses jambes. Pauvre enfant… Si jeune et si troubler… Elle n’avait pas choisi le bon jeune homme question amour. Elle n’était qu’une pauvre et malheureuse victime de l’ironie et du hasard. Elle arriva finalement à la porte, je la suivais de près comme un homme poli qui s’assurait qu’elle ne tombe pas. Puis elle ouvrit la porte pour nous rendre à l’extérieure. Le paysage était magnifique, mais pour un vieil homme comme moi, il n’était qu’une image parmi t’en d’autres.


«_ Je suis désolée, je ne suis pas de très bonne compagnie ce soir… ça n’est sans doute pas la soirée dont vous rêviez. Je comprendrai que vous m’en vouliez. Vous pouvez changer de partenaire, si vous le désirez… »


Encore une tentative veine pour m’échapper… Ma chère… Je ne te laisserais pas filer ainsi! Je lui souris de nouveau tendrement. Je la fixai droit dans les yeux avant de doucement déposer une main rassurante sur son épaule et de souffler d’un ton bien à lui…


«_Noriko… Je sais que vous êtes troublé par quelque chose et que cela justifie votre comportement. Bien que je ne sache pas de quoi il s’agit, je ne désire pas changer de partenaire, je suis heureux avec celle que le destin m’a permis de connaitre.»


Je savais que j’allais la tuer avec mes mots, je savais qu’elle voulait tout simplement se sauver. Peut-être que j’allais trop loin? Peut-être que j’aurais bien pu la laisser partir, que j’en avais suffisamment fait pour ce soir et que la laisser pleurer dans un coin ne me tuerait pas. Mais quelque chose en moi éprouvait une satisfaction morbide à la torturer… Pourtant je ne suis pas une personne qui aime maltraiter les gens par pur plaisir. Mais quelque chose chez elle me faisait ressentir ce sentiment déplaisant de… vengeance…
Ma main sur son épaule glissa doucement vers ses yeux que je cachai alors de ma paume. Doucement je me mis à lui parler avec sa voix.


«_Noriko… Si tu souhaites pleurer, laisse-toi aller. Je ne suis pas là pour te juger.»


Je tentais de la mettre en confiance avec ma personne, de la faire croire à mes mots. Un jour je serais peut-être son confident et elle ne s’attendra jamais à se faire poignarder par un ami… La confiance est aveugle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naomi Owen
Fondatrice
avatar

Messages : 237
Points RP : 2
Date d'inscription : 20/04/2009
Age : 24
Localisation : Bureau de la directrice

Feuille de personnage
Race: Sirène
Classe: Directrice
Votre fiche: http://serenia-academy.myogame.net/t1605-naomi-owen-directrice-de-la-serenia-academy

MessageSujet: Re: [Event] Noriko&Balthamos   Sam 19 Jan - 14:49

[Ah ah, la pauvre Noriiko prend cher... et c'est de ce constat qu'est parti notre idée de RP avec Nialéme ! Je n'en dirai pas plus, mais c'est la fin des haricots pour Noriiko ! xD]

J’étais en ce moment à l’extérieur du réfectoire, en compagnie de Balthamos, qui se retrouvait piégé avec moi malgré lui, sans savoir qu’il était la cause de cet étrange malaise en moi. Et j’avais vraiment touché le fond, parce que bien que j’ai caché mes larmes au plus vite, plusieurs regards interrogateurs nous avaient suivis lorsque nous avions quitté la salle. Les élèves devaient se demander ce qui me passait par la tête. Et c’était exactement ça que je voulais éviter à tout prix.

Mon compagnon faisait ce qu’il pouvait pour être agréable, semblant réellement se soucier de ce qui m’arrivait, puisqu’il m’accompagna en prétextant qu’il ne pouvait pas me laisser sortir seule dans un état pareil. Je n’osais même pas imaginer la tête que je devais avoir. Ça me gênait tellement de gâcher sa soirée en plus de la mienne. Moi, passe encore, mais lui, il n’y était pour rien : le hasard avait voulu qu’il ressemble étonnamment à Izaya. Alors je m’excusai de mon attitude. Il me répondit par un sourire tendre, plongea ses yeux dans les miens avant de poser une main rassurante sur mon épaule. Encore un geste qui me mettait dans tous mes états : mon cœur battait fort contre ma poitrine et me faisait mal. Il me souffla, d’un ton similaire à celui qu’aurait employé Izaya dans cette situation :

«_Noriko… Je sais que vous êtes troublé par quelque chose et que cela justifie votre comportement. Bien que je ne sache pas de quoi il s’agit, je ne désire pas changer de partenaire, je suis heureux avec celle que le destin m’a permis de connaitre.»

Non, ne me dis pas ça, s’il-te-plait… Pas avec ce ton-là… Pas avec ce regard-là… C’était trop, plus que je ne pouvais en endurer. J’avais envie de hurler mon désarroi. C’était comme si on venait de m’assener un coup de poignard dans le cœur. J’avais l’impression qu’il venait d’exploser dans ma poitrine. Ma respiration fut coupée sous le coup du choc. Je manquais de m’étouffer, je devins blême sous l’effet du manque d’air. Instinctivement, comme pour essayer de me protéger, je croisais mes bras sur ma poitrine, laissant mes poings se crisper sur mes bras et mes ongles tenter de transpercer ma propre peau.

«_Noriko… Si tu souhaites pleurer, laisse-toi aller. Je ne suis pas là pour te juger.»

Me parlant d’une voix douce, après avoir fait glisser doucement sa main de mon épaule vers mon visage et mes yeux, les cachant désormais. Ma respiration devint haletante. Ah… ah… ah… no… non… pas ça… Pourquoi ? Pourquoi avait-il fait sauter mes défenses ? Chaque fois qu’il me regardait, qu’il se montrait tendre avec moi, qu’il ouvrait la bouche, qu’il prononçait un mot… il ne faisait que me tuer intérieurement un peu plus. C’était si douloureux, ça faisait si mal…

«_ Ah… »

Un soupir de détresse et de douleur s’était échappé de ma bouche, dans un murmure. Alors que je ne souhaitais pas pleurer, les larmes coulèrent et ma bouche se tordit de souffrance. Je ne voulais pas que Balthamos assiste à ce spectacle. Dans un dernier élan de rage et de désarroi, je réussis à me dégager et me tournai vers le mur. Je m’appuyai contre ce dernier de mes deux poings fermés et laissai mon front aller au contact du mur froid et lisse. J’étais tout simplement en train de m’effondrer, de me laisser submerger par ce que j’avais enfoui tout au fond de moi durant un an. Une seule chose me réconforta : il n’y avait personne en dehors de nous à l’extérieur. Les élèves et les autres professeurs ne me verraient donc pas dans cet état.

Mais cela ne dura pas. Le temps de quelques secondes de lâcher-prise. Rageusement, j’essuyai mes larmes de mes mains et me tournai de nouveau vers Balthamos, le visage empreint de douleur mais retenant mes larmes de toutes mes forces :

«_ Je… je suis désolée pour… pour cette scène pitoyable à laquelle tu viens d’assister. Tu cherchais juste à m’aider, mais… enfin, ça ne se reproduira plus. Je n’ai pas envie que tu passes la soirée à t’inquiéter pour moi. Je t’assure, je vais bien maintenant. N'en parlons plus, d'accord ? »

Maigres excuses pour ce qui venait de se passer, j’en conviens. Et en plus, je l’avais même tutoyé, tout simplement parce qu’il l’avait fait avant. Mais je n’étais pas moi-même ce soir. Minuit viendrait et me délivrerait. Je me rattachais à l’espoir que cette heure viendrait bientôt. C’était la seule chose qui pourrait me sauver du désastre.

«_ ça ne te dérange pas si on rentre à l’intérieur ? Il fait un peu frais ici. Et puis… nous pourrons peut-être profiter de la musique et du buffet, si tu as faim… »

_________________
"I only miss you when I'm breathing, I only need you when my heart is beating.
Without your love don't know how I survive, it's you that's keeping me alive..."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://serenia-academy.myogame.net
Balthamos Reaper

avatar

Messages : 30
Points RP : 0
Date d'inscription : 23/12/2012
Age : 25
Localisation : Penser fort et vous aller me trouver!

Feuille de personnage
Race: Humain
Classe: Professeur
Votre fiche: http://URL-DE-VOTRE-FICHE

MessageSujet: Re: [Event] Noriko&Balthamos   Mar 29 Jan - 22:02

Le vent était frais et le paysage typiquement féérique. Tout aurait bien donné pour une soirée enivrante et exaltante. Alors que tous fêtaient et riaient en cœur, moi je m’adonnais déjà de si bonne heure à la torture. Depuis quand faire souffrir était-il devenu mon plaisir? Depuis quand étais-je devenue aussi avide de souffrance. Surement depuis cette nuit. Hum… Les cris qui résonnent dans ma tête, le sang qui coule sur la neige pure de son éclat blanc, mon nom qu’il ne cesse de hurler alors que je ne peux que regarder. Ce temps est maintenant révolu, je suis toujours un observateur, mais maintenant je sais agir. Les images défilent dans ma tête comme dans un manège, tellement de souvenir et d’idée dans une seule tête. Je me mis à haleter… Ça ne me ressemble pas… Non attendez… Ce n’était pas moi… S’est-elle. Mon esprit retombe dans le moment présent, alors qu’une seconde ces écoulé, mon esprit elle sait mise à revoir pratiquement toute les premières années de mon existence comme dans un flash.


«_ Ah… »


Un sourire illumina mon visage, c’est ça… Laisse-toi succomber, tombe dans les ténèbres du désespoir! J’aurais tellement pu faire plus, mais pour le moment je conservais mes forces… Je la ferais tomber petit à petit d’elle-même, jusqu’à ce qu’elle parte de son plein gré en lui assenant le coup de grâce. Mon but était déjà fixé! Je ne donnerais plus mon travail aux autres, je ferais tomber la directrice et une fois fait… Je prendrais sa place et m’occuperais de cette école à ma manière! Elle se mit à pleurer, je pus voir le signe de sa faiblesse distinctement couler de ses yeux et marquer son visage. Mon sourire s’amplifia, il en était pratiquement euphorique! Mon visage de base si doux et pure venait de prendre l’apparence déformée du plaisir et de la folie. Je savais qu’elle ne me voyait pas et pendant un bref moment je laissais paraitre sur mes traits mon vrai visage.

Elle repoussa soudainement ma main et se projeta au mur pour m’empêcher de voir la scène pitoyable qu’elle me montrait. Si seulement elle savait qu’elle démontrait une telle preuve de faiblesse directement en face de son ennemie. Soudainement, je me disais que simplement la détrôner ne serait pas suffisant, je voulais la voir souffrir et voir afficher sur son visage le sentiment de la honte. Une idée se mit à germer dans mon esprit… Et si je faisais en sorte qu’il la déteste… Mon regard n’était plus doux, mais complètement avide! Je m’approchais d’elle, à pas léger et insonore! Je tendis doucement ma main vers elle, les doigts crispés par le désir de vengeance. Puis soudainement, elle se tourna…

En moins d’une fraction de seconde, mon corps retomba dans une position décontracter, mon sourire se fit tendre et mon regard docile et doux. Elle ne vit alors que le visage qu’elle avait quitté lorsqu’elle avait commencé à verser le signe de son infériorité.


«_ Je… je suis désolée pour… pour cette scène pitoyable à laquelle tu viens d’assister. Tu cherchais juste à m’aider, mais… enfin, ça ne se reproduira plus. Je n’ai pas envie que tu passes la soirée à t’inquiéter pour moi. Je t’assure, je vais bien maintenant. N'en parlons plus, d'accord ? »


Je lui fis un sourire chaleureux de compréhension. Elle était désormais ma marionnette sans même le savoir. J’étais heureux d’avoir détruit ses barrières et maintenant il ne me faudrait plus que développer une relation sans reproche avec les étudiants et les professeurs. Tous m’aimeraient et jamais ne me soupçonneront.


«_ Ça ne te dérange pas si on rentre à l’intérieur ? Il fait un peu frais ici. Et puis… nous pourrons peut-être profiter de la musique et du buffet, si tu as faim… »


Je lui sourire de plus belle, maintenant que j’avais réussi sans même le demander à la faire me tutoyer, je sentais que mon plan avançait à petite pas. Elle perdait sa méfiance à mon égard, exactement ce que je souhaitais.


«_Bien sûr, rentrons !»


Je lui ouvris la porte tel un véritable gentleman, puis je la suivis tranquillement dans la salle. Doucement je pouvais déjà voir les rumeurs commencer à faire leur apparition. Je gardais mon sourire impeccable sur mes lèvres, en faisant rougir certaines dames au passage. Nous finîmes par arriver aux tables où était présentée toute la nourriture. Je me fis une assiette légère sans trop de choses, puis une deuxième, car je savais qu’elle n'en ferait pas. Par la suite, je lui soufflais sur un ton doucereux.


«_Viens, allons nous asseoir à une table pour manger, cela te fera du bien. Je ne savais pas ce que tu aimais alors je tes fait une assiette à l’aveugle, car quelque chose me dis que tu n’aurais rien pris.»


Je lui tendis doucement l’assiette que j’avais fait pour elle, en étant au contraire très conscient de tout ce qu’elle aimait… Après tout, je l’avais toujours observé. Puis je me dirigeai à une table ou j’y déposai mon assiette avant d’aller tirer sa chaise, pour qu’elle prenne place. Une fois assise, je me rendis à ma place juste en face d’elle et lui sourire. Elle affichait des airs désolants, elle faisait même pitié à voir, si seulement se mot aurait fait partie de mon vocabulaire. Je pris une bouchée de mon repas avant de dire en affichant un air ravi.


«_C’est délicieux! Tu devrais y goûter!»


Sur ses mots, je lui tendis avec ma fourchette une part de la chose que je venais de goûter. J’exprimais un air complètement inoffensif et qui ne semblait montrer aucunement une malice dans ce geste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naomi Owen
Fondatrice
avatar

Messages : 237
Points RP : 2
Date d'inscription : 20/04/2009
Age : 24
Localisation : Bureau de la directrice

Feuille de personnage
Race: Sirène
Classe: Directrice
Votre fiche: http://serenia-academy.myogame.net/t1605-naomi-owen-directrice-de-la-serenia-academy

MessageSujet: Re: [Event] Noriko&Balthamos   Mer 30 Jan - 13:08

Dans un tel paysage féérique, qui aurait cru que tout pouvait tourner au drame ? Moi même, avant de découvrir mon compagnon, je pensais que ce serait une agréable soirée. Et voilà que je m'étais retrouvée dehors à pleurer comme une pauvre folle, alors que Balthamos était là. Je lui avais infligé un spectacle peu réjouissant et extrêmement embarrassant : après tout, on ne se connaissait que depuis quelques heures et voila que je me permettais de faire une chose que je n'aurai jamais fait en présence de mes élèves, et que je n'avais d'ailleurs jamais faite devant qui que ce soit, pas même devant d'hypothétiques amis. Je m'étais laissée aller à mes émotions et je m'étais mise à pleurer. Tout ce que j'avais enfoui au plus profond de mon cœur refaisait surface, juste parce qu'il ressemblait étrangement à mon bien-aimé. Je lui avais imposé ma propre faiblesse. Oui, j'étais faible : je m'étais jurée lorsque je l'avais vu de ne pas craquer. Ma volonté n'avait pas suffi, mon cœur avait explosé malgré tous mes efforts pour me contenir.

Après m'être plus ou moins calmée, je m'étais de nouveau retournée vers lui et lui avais demandé de ne plus parler de cet incident. Puis je lui avais proposé de rentrer à l'intérieur. Je l'avais tutoyé, mais ce n'était pas très difficile : il ressemblait tellement à mon Izaya et puis, il m'avait tutoyée juste avant. En temps normal, je ne tutoyais pas les gens si facilement. Mais ce soir, c'était assez spécial.

Il me répondit qu'il était d'accord pour rentrer. Puis il m'ouvrit la porte, tel un véritable gentleman. Je passai avant lui et il me suivit. En rentrant, je m'aperçus que des rumeurs commençaient à circuler sur notre compte. Certains s'étaient retournés pour voir qui entrait, et à partir de ce moment-là, ils s'étaient mis à faire messe basse entre eux. Je n'avais pas besoin que ce genre de rumeurs circulent, surtout en ce moment. Comment pouvaient-ils penser un instant que Balthamos et moi... ? Alors évidemment, ils ne connaissaient pas mon histoire. En plus, je n'avais pas d'alliance signifiant que j'étais en couple. Mais quand même ! Pourquoi les gens s'imaginaient-ils ce genre de choses si facilement ? Et puis, ces rumeurs risquaient aussi d'affecter ma réputation : non pas qu'avoir la réputation d'être un cœur de pierre me réjouissait franchement, mais cela avait le mérite de laisser à penser que j'étais quelqu'un qui campait sur ses positions. Au moins, les élèves me respectaient grâce à cela.

Pendant que je pensais à tout cela, Balthamos prépara deux assiettes, l'une sans trop de choses et l'autre... d'aliments que j'aimais. Je me doutais de ce qui allait se passer ensuite. D'ailleurs, il ne tarda pas à confirmer :

«_Viens, allons nous asseoir à une table pour manger, cela te fera du bien. Je ne savais pas ce que tu aimais alors je tes fait une assiette à l’aveugle, car quelque chose me dis que tu n’aurais rien pris.»

Son intuition était juste. Je n'aurais effectivement rien pris. Mais comment arrivait-il à lire en moi comme dans un livre ouvert ? Je savais bien que ce soir, j'étais particulièrement fragile, mais tout de même... Une seule personne arrivait à deviner ce que je pensais et ressentais : c'était Izaya. Personne d'autre n'y était jamais arrivé. Et là, j'avoue que ça me paniquait un peu. Balthamos avait une étrange facilité à me comprendre... comme lui.

Il me tendit l'assiette qu'il m'avait préparé. Je la pris, bien qu'un peu réticente à l'idée de manger. Rien que l'idée de devoir avaler ces aliments me donnait envie de vomir. Nous nous dirigeâmes vers une des tables à notre disposition, où mon compagnon posa son assiette. Il me tira ma chaise avant même que j'ai eu le temps de protester. Mais pourquoi était-il si gentil avec une femme aussi faible et lâche que moi ? Je ne comprenais pas bien... C'était encore une ressemblance entre lui et Izaya : je n'avais jamais compris pourquoi il avait tout fait pour m'aider à l'époque où j'en avais le plus besoin.

Je m'installai donc, le remerciant pour sa galanterie. Il alla s'installer à sa place en face de moi et me sourit. C'était étrange comme ses yeux riaient également... d'une façon si familière...

«_C’est délicieux! Tu devrais y goûter!»

Me dit-il avec un air ravi. Puis il me tendit de sa fourchette une bouchée de ce qu'il venait de goûter. Je voulus protester, d'une voix faible :

«_ Tu sais, je crois que je ne pourrais rien... »

Mais il déployait tellement d'efforts pour me distraire que je m'arrêtai nette. Je ne tenais pas à le vexer. Alors je pris sur moi et goûtais. C'est vrai, il avait raison : c'était excellent. Mais au travers de ce geste, c'était comme si je posais mes lèvres sur les siennes... Non, Noriiko, reste positive. Souris. Il fait tout pour être agréable, alors soit-le aussi.

«_ Tu as raison, en fait. C'est excellent. Tu dois avoir raison aussi pour la nourriture. Peut-être que manger me fera du bien. En plus, tu as choisi ce que j'aime le plus sans le savoir. Bon appétit ! »

Je pris ma fourchette et commençais à picorer mon assiette. J'entendis des rumeurs : la directrice qui mangeait à la fourchette d'un séduisant jeune homme, il faisait la cour à la dirlo, blablabla... La fourchette partagée en fit parler plus d'un. Pitié, ils ne pouvaient pas arrêter ça trente secondes !

Je demandai alors à Balthamos, bien que toujours troublée mais en tentant d'être agréable :

«_ Et voilà, ça jazze on dirait. Ça ne te dérange pas toutes ces rumeurs ? Tu viens d'arriver à l'école, ça risque de t'embarrasser pour la suite. »

_________________
"I only miss you when I'm breathing, I only need you when my heart is beating.
Without your love don't know how I survive, it's you that's keeping me alive..."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://serenia-academy.myogame.net
Balthamos Reaper

avatar

Messages : 30
Points RP : 0
Date d'inscription : 23/12/2012
Age : 25
Localisation : Penser fort et vous aller me trouver!

Feuille de personnage
Race: Humain
Classe: Professeur
Votre fiche: http://URL-DE-VOTRE-FICHE

MessageSujet: Re: [Event] Noriko&Balthamos   Jeu 31 Jan - 1:41

Le bras tendu, j’attendais patiemment avec le sourire d’un ange aux lèvres. Elle tenta d'abord de protester dans un mince chuchotement, mais je montrais tellement d’insistance dans mon regard qu’elle finit par capituler. Mmmm… Le baiser indirect entre deux personnes! Elle devait se sentir gêner et mal à l’aise! Pour ma part je jubilais! Je piquais dans ma nourriture pour ensuite en prendre une bouchée. Maintenant nous avions vraiment partagé un mince pêcher sur les possibilités innombrables de la luxure. La gourmandise combinée au désir.


«_ Tu as raison, en fait. C'est excellent. Tu dois avoir raison aussi pour la nourriture. Peut-être que manger me fera du bien. En plus, tu as choisi ce que j'aime le plus sans le savoir. Bon appétit ! »


Je lui souris doucement, une lueur douçâtre dans le regard.


«_Ah bon? Nous devons avoir les mêmes goûts! C’est plutôt ironique!»


Les chuchotements résonnaient dans toute la sale comme le bourdonnement d’un essaim d’abeilles. C’était dans la nature des gens cet aspect puéril de leur attitude… Les rumeurs! Que ce soit vrai ou faux, l’homme sens moque, tout ce qu’il désir, sais de rendre sa vie morne un peu plus piquante par des histoires croustillantes. Je m’amusais à les entendent commenter et par le même fait, je me voyais plus facilement capable de les ignorer que cette jeune femme. Tous ces chuchotements lancés à l’envolée semblaient profondément la déranger. Pourquoi? Parce qu’elle n’aimait pas être impliquée dans une histoire fictive avec un autre homme que lui? Parce que le fais de le trahir dans l’esprit d’un autre lui semblait insupportable? Je me prenais à la trouver amusante dans sa faiblesse…


«_ Et voilà, ça jazze on dirait. Ça ne te dérange pas toutes ces rumeurs ? Tu viens d'arriver à l'école, ça risque de t'embarrasser pour la suite. »


M’embarrasser? Comment cela le pourrait-il? Je ne suis pas atteint par les jugements des autres et de toute façon, il ne me suffit que de discuter avec une personne que quelque seconde pour lui faire croire tout ce que je désire. Alors non… Rien ne peut m’embarrasser facilement. Je lui soufflai doucement sur un ton suave et doux à la fois.


«_Les rumeurs ne sont que des rumeurs, je ne crois pas qu’il soit important que je soucis de ceux qui les croient vrai sens même avoir vérifié leur véracité. Je ne suis pas vraiment affectée par les commentaires qu’on dit sur moi, ce qui m’importe c’est de savoir qui je suis vraiment.»


Je laissais retomber un silence, je la regardais droit dans les yeux un doux sourire aux lèvres, avant de finalement poursuivre.


«_Pourquoi? Serais-tu embarrassé par ces rumeurs?»


Une façon subtile pour qu’elle se sente comme si elle venait de me dire qu’elle était faible et que le jugement des autres à eux seuls suffisait pour la bouleverser. Je pus clairement entendre alors, un jeune homme non loin de nous, dire à sa partenaire d’un ton suffisant fort pour que quelques personnes autour de lui puissent l’entendre.


«_Regarde-moi ça! Je crois que le nouveau prof est l’aman de la directrice!»


Cela me plus comme rumeur! Je fis mine de ne pas entendre concentrer à déguster mon repas et à la regarder. Mais j’étais certain que si je l’avais entendu elle aussi. Je me risquais à lancer un coup d’œil à la grande horloge, il annonçait déjà 22 h 30… La nuit avançait à pas de géant, mais ce n’était que le début d’une très longue histoire entre moi et cette chère directrice!

(PS: Je me demandais simplement si la mentalité de Balthamos étais bien ou si je devrais modifier certaine chose pour lui donner plus de piquent? Bref qu'en pense tu jusqu'à présent?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naomi Owen
Fondatrice
avatar

Messages : 237
Points RP : 2
Date d'inscription : 20/04/2009
Age : 24
Localisation : Bureau de la directrice

Feuille de personnage
Race: Sirène
Classe: Directrice
Votre fiche: http://serenia-academy.myogame.net/t1605-naomi-owen-directrice-de-la-serenia-academy

MessageSujet: Re: [Event] Noriko&Balthamos   Jeu 31 Jan - 21:46

Ce baiser indirect n’avait fait que de mettre dans l’embarras. Je n’avais pas voulu vexer Balthamos, mais j’étais passée par-delà mes principes. Oh mon dieu… Je me détestais certains jours. J’avais embrassé indirectement mon compagnon de bal, alors que je venais de le rencontrer. C’était pratiquement comme si j’avais trahi Izaya… Cette idée me répugnait ! Vu de l’extérieur, j’avais une attitude très ambigüe. La preuve en était des rumeurs que j’entendais. Mais tout de même, il ne fallait jamais grand-chose aux élèves pour faire circuler toutes sortes de ragots complètement bidons. C’était comme la rumeur qui disait que Alyss Beckerfield, une ancienne professeur de l’école, était à l’origine de toutes les disparitions. Alyss… la seule amie que j’aurais pu avoir ici. Mais elle n’était plus là et depuis, j’avais du mal à me lier d’amitié aux autres. J’avais pourtant eu d’autres occasions de me faire des amies, comme avec Nialéme Wildfire par exemple. Mais il n’en était rien.

Je fus tirée de mes pensées par la réponse de Balthamos à ma question :

«_Les rumeurs ne sont que des rumeurs, je ne crois pas qu’il soit important que je soucis de ceux qui les croient vrai sens même avoir vérifié leur véracité. Je ne suis pas vraiment affectée par les commentaires qu’on dit sur moi, ce qui m’importe c’est de savoir qui je suis vraiment.»

L’important, c’est de savoir qui on est vraiment… Oui, c’est vrai. Mais… en ce moment, je n’étais pas sûre de savoir qui j’étais réellement. Je n’étais sûre de rien ce soir, je doutais pour un rien. Et puis, se dire ça ne m’aiderait pas face aux élèves une fois que j’aurais la réputation d’être plus cool qu’il n’y paraissait. J’avais bien peur de perdre en autorité en plus de me sentir gênée jusqu’à la fin de mes jours pour le partage de fourchette…

«_Pourquoi? Serais-tu embarrassé par ces rumeurs?»

Poursuivit-il, avec un doux sourire. Ma question précédente avait prouvé que je me souciais énormément de ce qu’on pouvait penser de moi. Ou avait-il deviné mon malaise, comme mon bien-aimé l’aurait fait ? Dans tous les cas, cette ressemblance frappante entre les deux hommes continuait de me troubler. Je me perdais trop facilement dans les yeux de Balthamos et d’un seul coup, j’étais capable de me revoir avec Izaya. Ces flash-back étaient insupportables. J’avais des haut-le-cœur dès que ces images me revenaient. Ce qu’il me manquait… Comment allai-je faire pour vivre sans lui plus longtemps ? Mon cœur finirait par se flétrir si je ne devais plus jamais le revoir.

Alors que je m’apprêtai à répondre, j’entendis la rumeur de trop :

«_Regarde-moi ça! Je crois que le nouveau prof est l’aman de la directrice!»

Cette rumeur me fit rougir de honte. Je posai mon coude sur la table et ma tête dans ma main, lasse et très gênée. Ah, super. Tout allait déjà très mal jusque là, voila qu’en prime les élèves m’enfonçaient encore plus avec leurs remarques. Je n’avais vraiment pas besoin de ça. Si Izaya avait entendu ça… il aurait été fou de rage. Il aurait sans doute lancé un regard noir aux élèves, été plus que jaloux de Balthamos et très énervé que j’ai pu permettre à ces ragots de naitre. Nous en aurions été quitte pour une dispute et j’aurai été anéantie qu’il puisse penser que je l’ai trahi. Mais n’était-ce pas ce que j’avais fait ?

J’hésitai à répondre à cet élève. Mais à quoi cela aurait-il servi, si ce n’est à les conforter dans leur idée ? J’étais lasse et résignée. Résignée, parce que je savais que la soirée était catastrophique. Résignée, parce que je souffrais depuis le début et que je savais que ça ne s’arrangerait pas. Je me décidai à répondre à mon compagnon franchement :

«_ Pour être honnête, j’avoue que ça m’embête un peu. J’ai l’impression qu’après ça, les élèves ne vont plus me voir du même œil et que je vais perdre en autorité. Et puis, ils ne se rendent pas compte que ça peut être vexant sur le plan personnel. Enfin, si ça ne te pose aucun problème, je ne devrais peut-être pas m’en faire autant.»

Je continuai à picorer dans mon assiette. Mon compagnon semblait apprécier son repas. La soirée n’était pas encore terminée. Je devais encore prendre sur moi. Après, j’aurai tout le loisir de m’apitoyer sur mon sort.

Une question me vint à l’esprit : s’il ressemblait tant à Izaya, peut-être qu’il y avait une raison. Ils étaient cousins éloignés. Ou peut-être qu’ils se connaissaient ou je ne sais quoi d’autre. Ça me semblait très improbable, mais tout de même… Par curiosité, je demandai, en essayant de faire abstraction de l’environnement bourdonnant de potins et fous rires :

«_ Dis-moi… c’est un peu indiscret, mais je voulais te demander... Tu as de la famille ? Des frères et sœurs ? C’est juste un peu de curiosité de ma part. »

_________________
"I only miss you when I'm breathing, I only need you when my heart is beating.
Without your love don't know how I survive, it's you that's keeping me alive..."




Dernière édition par Noriiko Shimazu le Sam 16 Fév - 20:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://serenia-academy.myogame.net
Balthamos Reaper

avatar

Messages : 30
Points RP : 0
Date d'inscription : 23/12/2012
Age : 25
Localisation : Penser fort et vous aller me trouver!

Feuille de personnage
Race: Humain
Classe: Professeur
Votre fiche: http://URL-DE-VOTRE-FICHE

MessageSujet: Re: [Event] Noriko&Balthamos   Dim 3 Fév - 20:13

Je continuais de déguster mon repas tout en admirant les moindres émotions qui s’affichaient sur son visage. Oh comme j’avais hâte de retourner à la base pour aller raconter ses potins à son bien aimé. Pour lui dire *tu sais, ta femme est de délicieuse compagnie! Elle partage même son repas avec un autre homme que toi pendant ton absence. Elle finira même peut-être pas t’oublier…* Serais-ce cruelle de ma part d’agir de la sorte? Non… C’était raisonnable! Je ne faisais que protéger ce qui m’appartenait en l’éloignant de la corruption, et ce, même si je dois le faire souffrir.

Elle semblait troubler plus que jamais depuis le début de la soirée, avoir honte de ses gestes. Elle voulut me répondre mes s’interrompit. Son geste de désespoir face au commentaire me donna envie de sourire. Mais je gardais un masque à l’apparence inquiet. Elle finit après un moment d’où elle semblait de réunir ses pensées, par répondre à ma question.


«_ Pour être honnête, j’avoue que ça m’embête un peu. J’ai l’impression qu’après ça, les élèves ne vont plus me voir du même œil et que je vais perdre en autorité. Et puis, ils ne se rendent pas compte que ça peut être vexant sur le plan personnel. Enfin, si ça ne te pose aucun problème, je ne devrais peut-être pas m’en faire autant.»


Je lui souris gentiment, puis je lançais un regard bref en direction des gens qui racontaient des rumeurs à notre sujet. Au moment où mon regard se posa sur eux, le silence retomba. Ils avaient évidemment peur que je les voie pendant qu’ils disaient ses choses. Je reposais mon regard sur cette chère directrice avant de lui dire.


«_Tout comme toi je suis impliqué dans ses rumeurs, mais je dois avouer cas ton opposé je n’ai pas peur pour mon autorité. Les étudiants parlent beaucoup dans le dos des gens, mais je sais très bien que devant nous ils n’osent rien dire. Je trouve cela un peu ironique tout de même! Mais je comprends tes inquiétudes, même si selon moi elle ne mérite pas ton attention. Tu sembles avoir tellement déjà à te soucier, ne t’embête pas de chose aussi futile!»


Je lui souris de plus belle. Je lui donnais bien évidemment de faut encouragement pour la mettre dans ma poche. Je ne pensais pas une majeure partie des choses que je lui disais! D’après moi, ce n’était que faiblesse de se laisser atteindre par le jugement d’autre personne. Je pris une gorgée de mon breuvage avant qu’après un court moment de silence elle me pose une question.


«_ Dis-moi… c’est un peu indiscret, mais je voulais te demander... Tu as de la famille ? Des frères et sœurs ? C’est juste un peu de curiosité de ma part. »


Sa question me surprit et cette réaction apparut même sur mes traits si composés normalement. Mon visage afficha de l’amertume et une sorte de douleur. Des images aussi rapides que des photos prises en vrac apparu dans mon esprit. Un sourire triste apparut légèrement sur mes lèvres, alors que je revoyais le sang couler. Je posai alors mon regard dans le sien et affichant un sourire quelque peu forcer je me mis à lui dire une partie de la vérité sur ma famille. Une chose que je ne trouvais pas important de cacher pour la simple raison que… Cela ne lui dirait pas qui j’étais de toute façon. Alors je me mis à lui parler en omettant simplement quelque aspect.


«_Je n’ai rien de tout cela… Je n’ai jamais connue mes parents ils mon abandonner à un très jeune âge. Quant à ma femme et mon fils, ils sont morts lors d’un accident.»


Je ne lui disais pas que mon fils était mort à l’âge de 23 ans et que par la suite, j’avais remis en main propre leur enfant à une famille que je croyais digne. Finalement, cette enfant avait trahi ma lignée en allant se marier avec une sirène et peu à peu, ma lignée est devenue une autre race. Je lui souris toujours, comme un sourire légèrement forcer.


«_Mais bon, c’est le passer! Je n’ai rien oublié, mais il faut bien continuer à avancer.»


Je savais qu’elle se sentirait mal de m’avoir posé la question, mais je m’en fichais. Je voulais qu’elle voie que le monde n’était pas toujours comme on le désire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naomi Owen
Fondatrice
avatar

Messages : 237
Points RP : 2
Date d'inscription : 20/04/2009
Age : 24
Localisation : Bureau de la directrice

Feuille de personnage
Race: Sirène
Classe: Directrice
Votre fiche: http://serenia-academy.myogame.net/t1605-naomi-owen-directrice-de-la-serenia-academy

MessageSujet: Re: [Event] Noriko&Balthamos   Sam 16 Fév - 21:41

«_Tout comme toi je suis impliqué dans ses rumeurs, mais je dois avouer cas ton opposé je n’ai pas peur pour mon autorité. Les étudiants parlent beaucoup dans le dos des gens, mais je sais très bien que devant nous ils n’osent rien dire. Je trouve cela un peu ironique tout de même! Mais je comprends tes inquiétudes, même si selon moi elle ne mérite pas ton attention. Tu sembles avoir tellement déjà à te soucier, ne t’embête pas de chose aussi futile!»

Me répondit Balthamos lorsque je lui fis part de mes inquiétudes sur les rumeurs. Il me sourit, m’encourageant ainsi à prendre les choses à la légère. La situation étant trop étrange pour être vraie… trop troublante, trop irréelle… J’étais là, en train de passer le soir de noël avec un parfait inconnu ressemblant comme deux gouttes d’eau à mon amant. Une partie de mon cerveau continuait de fonctionner, puisque j’avais tenté de me raccrocher à l’hypothèse suivante : et si Izaya et Balthamos se connaissaient ? Peut-être avaient-ils des liens de parenté, même s’ils étaient cousins très éloignés par exemple. Je ne pouvais pas croire qu’il existait un sosie de mon amour sans qu’il y ait une explication logique. C’était pour cette raison que je lui avais demandé s’il avait de la famille.

Et à ce moment, j’avais vu apparaitre sur ses traits une expression que je ne lui connaissais pas jusqu’ici : quelque chose comme de l’amertume et une pointe de douleur. C’était un contraste frappant avec son visage auparavant si serein et qui semblait tenter de me réconforter. Il chercha mon regard et se força à sourire. Puis il me répondit :

«_Je n’ai rien de tout cela… Je n’ai jamais connue mes parents ils mon abandonner à un très jeune âge. Quant à ma femme et mon fils, ils sont morts lors d’un accident.»

Ces mots résonnèrent comme un coup de poignard dans ma tête. Comment avais-je pu lui poser ce genre de question de manière innocente ? Pourquoi n’avais-je pas utilisé mes pouvoirs, tout bêtement ? Tout simplement parce que depuis le début de la soirée, j’avais complètement oublié que j’avais des pouvoirs. Mais maintenant, il était trop tard pour les utiliser : ça ne me servirait plus à grand-chose. De toute façon, dans l’état où j’étais, je n’étais pas certaine de pouvoir maitriser mon don de télépathie. Alors je laissai tomber l’idée même de me servir de la magie ce soir.

Il continuait à me sourire, de ce même sourire légèrement forcé. Alors que je cherchais quelque chose à lui dire, que je tentais de trouver les mots pour m’excuser, il continua :

«_Mais bon, c’est le passer! Je n’ai rien oublié, mais il faut bien continuer à avancer.»

Comment faisait-il pour avancer en ayant perdu sa famille ? Comment faisait-il pour faire comme si de rien n’était, comme si c’était juste une histoire à raconter ? Je me disais qu’il cachait sa peine, tout simplement. J’étais experte en la matière. Il m’apparut sous un autre visage. Comment pouvais-je être assez stupide pour penser un instant que j’étais la seule à souffrir ? J’étais terriblement égoïste, je m’en rendais compte maintenant.

Je tentai alors de m’excuser, confuse :

«_ Je… je suis désolée, vraiment… Je n’aurai pas dû te poser cette question, c’était stupide et maladroit de ma part. Mon intention n’était pas de te blesser. Je ne voulais pas faire remonter à la surface de vieilles blessures… »

J’étais extrêmement gênée maintenant. Je ne savais pas quoi lui dire. Je me sentais terriblement impuissante et je détestais ça. Évidemment, je comprenais que je ne pouvais pas faire de miracle et que je ne pouvais pas faire disparaitre toute la peine de la terre. Mais c’était extrêmement difficile de penser que c’était moi qui avais fait remonter à la surface des souvenirs pénibles.

On dirait bien qu’en fin de compte, j’avais bel et bien gâché la soirée. Au final, je pense que nous serons soulagés l’un comme l’autre lorsque la soirée prendra fin. Ce poids qui pesait sur ma poitrine depuis le début commençait vraiment à être lourd. Une fois seule, je pourrais m’en libérer. Allez, courage Noriiko. Le temps passe, bientôt tout ça ne sera plus qu’un mauvais souvenir.

Je me forçai à sourire avec bienveillance et lui demandai, histoire de détourner la conversation :

«_ J’ai soif, pas toi ? Je vais me chercher quelque chose à boire. Tu veux que je te prenne une boisson ? Ou un café peut-être ? »

_________________
"I only miss you when I'm breathing, I only need you when my heart is beating.
Without your love don't know how I survive, it's you that's keeping me alive..."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://serenia-academy.myogame.net
Balthamos Reaper

avatar

Messages : 30
Points RP : 0
Date d'inscription : 23/12/2012
Age : 25
Localisation : Penser fort et vous aller me trouver!

Feuille de personnage
Race: Humain
Classe: Professeur
Votre fiche: http://URL-DE-VOTRE-FICHE

MessageSujet: Re: [Event] Noriko&Balthamos   Mer 13 Mar - 20:54

Je pouvais lire sur ces traits un profond remords, elle semblait regretter sa question qu’elle ne pouvait plus maintenant effacer. Ma réponse à celle-ci sembla la troubler, elle sembla même avoir pitié pour moi. Ce qui me dégouta, je n’avais pas besoin de pitié venant d’une des races qui avait causé cette douleur. Mon visage reprise peu à peu ces airs plus doux et sereins, comme-ci rien n’avait été dit. Je voyais qu’elle se disait que je tentais de cacher simplement mes sentiments. Cela me fit sourire intérieurement! Sa naïveté l’apporterait à sa perte! Elle me regardait d’un nouvel œil, comme si j’étais une personne qui vivait les mêmes émotions qu’elle. Je n’y voyais aucun inconvénient! Au contraire, plus elle me ferait confiance et mieux mon plan se déroulerait.

Elle croyait que la perte de ma famille était encore vive dans mon cœur! Certes, une amertume constante y règne! Mes ma douleur est si lointaine, leur mort datant d’un temps éloigner. Que ma douleur n’est pas aussi douloureuse maintenant qu’elle l’était le jour où c’était survenu. Toutefois, je mentirais à dire que je ne regrettais pas ces jours passer ensemble. Mais, mon sentiment de vengeance était tellement plus grand, ma colère beaucoup plus forte, que cette simple et banale émotion appeler tristesse…


«_ Je… je suis désolée, vraiment… Je n’aurai pas dû te poser cette question, c’était stupide et maladroit de ma part. Mon intention n’était pas de te blesser. Je ne voulais pas faire remonter à la surface de vieilles blessures… »


Un sourire illumina mon visage, un sourire simple et compréhensif de son malaise. Je m’amusais à la voir patauger dans de platonique excuse! Je ne dis rien, je ne fis que sourire, question de la rendre un peu plus mal à l’aise! Lui faire croire pendant un moment qu’elle avait réellement toucher une corde sensible. Finalement, elle se décida à changer de sujet en espérant se sauver ainsi de cette pression qui pesait autour de nous.


«_ J’ai soif, pas toi ? Je vais me chercher quelque chose à boire. Tu veux que je te prenne une boisson ? Ou un café peut-être ? »


Je gardais afficher un sourire aimable sur mon visage, mon regard ne la quitta pas, je voulais encrer en elle une sorte de pitié envers moi, je voulais qu’elle se sente avec quelqu’un qui la comprenait et avec qui elle aurait confiance de dévoiler ces secrets! Je finis par ouvrir les lèvres et de souffler sur un ton suave et polis.


«_ Oui, je prendrais volontiers un thé, merci.»


Je la laissais aller prendre les breuvages en l’attendant. Je ne la quittais pas des yeux. Regardait attentivement chacun de ces mouvements pour apprendre à mieux connaitre sa personnalité que par les gestes qu’elle exécute. Si seulement, il n’y avait pas eu autant de gens nous observant, curieux de notre relation, j’aurais pu m’amuser encore plus à ses dépens! Je regardais d’un bref coup d’œil l’horloge… Il était presque l’heure. Le temps parfois passe trop vite et parfois trop lentement… Je reposai mon regard sur elle alors qu’elle revenait. Je pris doucement la tasse qu’elle me tendit et soufflait un «_Merci» dans un souffle poli et calme. Je pris une gorgée alors avant de la regarder à nouveau en soufflant.


«_L’heure avance si vite quelquefois lorsqu’on se sent bien… C’est dommage que cette soirée arrive bientôt à sa fin! J’espère toutefois que l’ont aura la chance de se reparler comme ce soir. La soirée n’est pas encore terminée mes tenez!»


Je sortis de sous mon veston une petite boîte couleur argentée, ornée d’un ruban bleu azur. Je lui tendis le petit paquet en soufflant.


«_Je ne sais pas si ça te plaira, mais je l’espère.»


Je la laissais développer le paquet, le présent que j’avais tout spécialement pris pour elle. Dans celui-ci se trouvait un collier délicat, une petite chaîne en argent ornée d’un pendentif en forme de goutte de pluie. La goutte de pluie transparente en verre soufflé comportait un message à l’intérieur. En petite lettre fine et dorée étais écrit le mot anglais «Believe» croire… Un mot qui se rapportait bien à ce qu’elle vivait. Crois mon enfant! Crois que tout est possible, même si pourtant tout est fini à l’avance! Elle le prendrait surement sur un côté plus touchant et ce sentirais interpeler par ces mots je l’espérais fortement!

(Désoler encore pour le temps!!!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naomi Owen
Fondatrice
avatar

Messages : 237
Points RP : 2
Date d'inscription : 20/04/2009
Age : 24
Localisation : Bureau de la directrice

Feuille de personnage
Race: Sirène
Classe: Directrice
Votre fiche: http://serenia-academy.myogame.net/t1605-naomi-owen-directrice-de-la-serenia-academy

MessageSujet: Re: [Event] Noriko&Balthamos   Ven 15 Mar - 22:13

(t'inquiète pas, je comprends, c'est pas grave^^)

J’avais assez maladroitement obtenu plus d’informations sur le passé douloureux de Balthamos, mon compagnon de bal. J’avais fait preuve d’un manque de tact évident, et je m’étais sentie bien mal suite à ces révélations. La seule chose que j’avais trouvée à faire, c’était détourner la conversation, en proposant d’aller chercher à boire. Il m’avait alors répondu, gardant son sourire aimable :

«_ Oui, je prendrais volontiers un thé, merci.»

Je me levai alors, lui disant que je ne serai pas longue. J’allai chercher deux thés, un pour Balthamos et un pour moi. C’était encore un point commun : j’adorais le thé, et lui semblait l’apprécier. Je pris deux tasses sur l’une des tables prévues à cet effet et les emplis d’eau grâce aux distributeurs à eau de la cantine. Je fis chauffer les tasses dans le microonde et allai chercher les sachets de thé : un à la menthe pour moi et un au thé vert pour Balthamos, ne sachant pas quel goût il préférait. Le thé vert avait l’avantage d’être le thé le plus commun et il était généralement apprécié.

Pendant que l’eau chauffait, je cogitai dans mon coin. L’espace de quelques minutes, j’avais réussi à me soustraire à ma principale obligation de ce soir, à savoir celle de rester avec son compagnon tout le long du bal. Il avait rouvert de profondes blessures ancrées dans mon cœur. Il m’avait perturbée à un tel point que je ne ressortirais pas indemne de ce bal. Remarque, nous étions à égalité : j’avais moi-aussi ranimé les blessures de Balthamos. Je n’aurai jamais cru que nous partagerions la même douleur. Je savais ce que ça faisait de perdre un être cher. La seule différence, c’était que celui que j’aimais était encore en vie, alors les siens étaient morts. Il ne les reverrait plus jamais…

Le bip du microonde me rappela à l’ordre. Je sortis les tasses remplies d’eau fumante et les posai un instant sur la table, histoire d’y mettre les sachets de thé à infuser. Une douce odeur de menthe monta à mes narines. Le thé à la menthe me calmait toujours en temps normal, mais ce soir je doutais qu’il puisse m’être d’un grand secours. Alors certes, j’avais légèrement repris le contrôle de moi-même, mais pas suffisamment pour paraitre comme d’habitude. Je profitai de ce moment pour récupérer mon petit sac à main, dans lequel j’avais mis mon cadeau avant de sortir dehors. Puis je retournai à la table que j’occupais avec Balthamos. Je déposai la tasse contenant le thé vert devant mon cavalier, qui me remercia dans un souffle calme et poli.

«_ Je t’ai pris un thé vert, j’espère que ça ira. »

Je laissai infuser mon thé aussi longtemps que possible, pour garder un maximum de saveur. Il but une gorgée de son thé et me souffla :

«_L’heure avance si vite quelquefois lorsqu’on se sent bien… C’est dommage que cette soirée arrive bientôt à sa fin! J’espère toutefois que l’ont aura la chance de se reparler comme ce soir. La soirée n’est pas encore terminée mes tenez!»

Il était bientôt minuit. Il sortit de son veston une petite boite couleur argentée orné d’un ruban bleu azur, qu’il me tendit en me disant :

«_Je ne sais pas si ça te plaira, mais je l’espère.»

Je n’osai rien répondre, parce que d’un coup, je me sentis de nouveau troublée. Je développai le paquet et y trouvai un magnifique collier : c’était une petite chaine en argent ornée d’un pendentif en forme de goutte de pluie transparente en verre soufflé. Je passai délicatement un doigt sur cette goutte de pluie, cette larme. En lettre fine et dorée, il y avait un mot dessus : « Believe »… Ce simple mot me fit monter les larmes aux yeux et d’un coup, mon cœur à vif depuis le début de la soirée me fit plus mal encore. Je posai une main sur ma bouche et les larmes commençaient à affluer.

Believe, ça signifiait croire en anglais. Croire… Je devais croire en un meilleur avenir. Je devais croire en l’amour que nous éprouvions avec Izaya. Je devais continuer à croire qu’un jour nous nous reverrions. Croire que tout n’était pas perdu, pas encore. Croire que la situation n’était pas si désespérée qu’elle en avait l’air. Voila ce que semblait me signifier ce pendentif. Un simple mot avait suffi à me bouleverser de nouveau en tous les cas. Voila que de nouveau, je sentais une douleur vive me traverser le corps. Je sentais le poids écrasant de la souffrance venant de ma séparation forcée avec l’être aimé. D’ailleurs, c’était un cadeau dans le même style qu’il m’avait offert lors de notre dernier noël passé ensemble…

«_ Oh mon dieu… C’est vraiment magnifique… Je… Merci, je te remercie sincèrement pour ce cadeau. »

Lui dis-je, d’une voix émue. Du revers de la main, j’essuyai les quelques larmes qui avaient coulées. Je pris dans mon sac à main le cadeau que j’avais apporté. C’était un petit paquet bleu orné d’un ruban blanc. Je le tendis à Balthamos et lui dis :

«_ Mon cadeau est modeste, mais j’espère qu’il te plaira. Joyeux noël. »

Il s’agissait d’une montre au bracelet en argent et au cadran bleu nuit. Les chiffres étaient écrits en chiffres romains argentés. C’était une montre qui convenait à tous les styles d’homme, qu’ils soient décontractés ou qu’ils s’habillent avec classe. Il me semblait fade en comparaison de ce collier délicat qui me rappelait tant Izaya…

_________________
"I only miss you when I'm breathing, I only need you when my heart is beating.
Without your love don't know how I survive, it's you that's keeping me alive..."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://serenia-academy.myogame.net
Balthamos Reaper

avatar

Messages : 30
Points RP : 0
Date d'inscription : 23/12/2012
Age : 25
Localisation : Penser fort et vous aller me trouver!

Feuille de personnage
Race: Humain
Classe: Professeur
Votre fiche: http://URL-DE-VOTRE-FICHE

MessageSujet: Re: [Event] Noriko&Balthamos   Ven 5 Avr - 23:20

Mon visage restait serein, je la contemplais calmement alors cas l’intérieur de moi-même je bouillais d’impatience face à sa réaction. Je la regardais doucement retirer le ruban azur et déchirer le papier argenté. Elle ouvrit alors lentement le paquet, pour caresser de son index l’ornement fragile de cette parure. Je contemplais son regard se remplir d’une brume. Doucement, son visage exprima ce que j’avais souhaité! La douleur… J’affichai un visage troublé par son soudain chagrin, même si mon âme se réjouissait de la chose. J’observais ces doigts frêles et tremblants se poser sur ses lèvres avant que les larmes ne bordent ces paupières.


«_ Oh mon dieu… C’est vraiment magnifique… Je… Merci, je te remercie sincèrement pour ce cadeau. »


Mon visage inquiet se changea alors pour un visage triste et heureux.


«_Pendant un instant je crus que je t’avais sans le vouloir encore fait souffrir… Je suis heureux qu’il te plaise.»


Elle chassa de sa main les larmes qui coulaient une fois de plus sur ses joues. Je me satisfaisais de la faire ainsi me montrer ses faiblesses. Je goutais déjà avec délice au jour où elle apprendrait la vérité. Le jour où elle saurait qui je suis et le jour où son visage exprimera rage et honte en me regardant. Je souhaite la faire tellement croire en moi, qu’elle aura du mal à croire que je suis celui qui souhaite son malheur.


«_ Mon cadeau est modeste, mais j’espère qu’il te plaira. Joyeux noël. »


Une fois de plus extirpé de mes songes je regardais le paquet dans sa main d’un bleu saillant et orné d’une boucle blanche. Je pris doucement le paquet de ses mains en lui souriant gentiment. J’ouvris le cadeau avant dans sortir la montre au bracelet argenté. Je parcourus de mon regard le cadrant bleuté et les chiffres romains. Je souris de plus belle en posant mon regard dans le sien.


«_Joyeux noël.»


Sans attendre, je posais la montre avec essence par moi-même sur mon poignet. Puis je tendis ma main doucement vers elle en soufflant.


«_Tu me permet?»


J’attendis de voir si elle me donnerait le pendentif pour je suis puisse l’orné à son cou. De cette manière elle aura toujours un petit souvenir de moi et de lui. Et moi j’aurais toujours un souvenir d’elle. Mon sourire tendre et calme resta afficher sur mes traits, rien ne me trompait. J’avais maintenant mon nouveau jouet avec lequel m’amuser jusqu’à ce qu’il m’ennuie…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naomi Owen
Fondatrice
avatar

Messages : 237
Points RP : 2
Date d'inscription : 20/04/2009
Age : 24
Localisation : Bureau de la directrice

Feuille de personnage
Race: Sirène
Classe: Directrice
Votre fiche: http://serenia-academy.myogame.net/t1605-naomi-owen-directrice-de-la-serenia-academy

MessageSujet: Re: [Event] Noriko&Balthamos   Lun 8 Avr - 17:20

L’heure de s’échanger nos cadeaux était arrivée. C’était Balthamos qui m’avait en premier offert son cadeau. Il s’agissait d’un magnifique collier, qui m’avait instantanément émue. D’ailleurs, il s’était un instant inquiété de savoir si son cadeau ne m’avait pas blessée, car il me dit avec un visage où se mêlait tristesse et joie :

«_Pendant un instant je crus que je t’avais sans le vouloir encore fait souffrir… Je suis heureux qu’il te plaise.»

Il n’était pas loin de la vérité. En fait, c’était la triste vérité : son cadeau me faisait souffrir, parce qu’il était lourd de sens à mes yeux. Lourd de significations cachées, lourd d’espoirs profondément enfouis en moi. Des espoirs que je croyais totalement disparus. Mais en réalité, une partie de moi continuait d’espérer secrètement que la situation s’améliore.

Mais ce cadeau soulevait en moi plusieurs questions. Balthamos avait-il le pouvoir de lire en moi comme dans un livre ouvert ? Percevait-il ce qui se cachait au plus profond de mon âme ? Se pouvait-il qu’à travers son cadeau, il ait cherché à m’encourager ? En fait, cette rencontre ne pouvait pas être le fruit du hasard, c’était impossible. Il y avait beaucoup trop de coïncidences pour que ce ne soit qu’une rencontre fortuite justement le soir du bal.

Suite à cela, je lui avais offert mon cadeau, qu’il avait déballé aussitôt. Il me sourit de plus belle en posant son regard dans le mien. Il mit aussitôt la montre à son poignet, et quelque part, je fus soulagée qu’il semble plus ou moins l’apprécier. Puis il me demanda, en parlant du pendentif :

«_Tu me permet?»

Je fus extrêmement gênée et très troublée l’espace d’un instant et je blêmis. Qu’il me mette le collier autour du cou lui-même serait lourd de sous-entendus. Les élèves, qui pensaient déjà que je me laissais séduire par Balthamos, seraient une fois de plus confortés dans leurs dires. Mais pire encore : j’avais déjà le sentiment d’avoir trahi une fois Izaya en acceptant de manger à la fourchette de mon compagnon. C’était quasiment comme si j’avais posé mes lèvres sur celles d’un homme que je ne connaissais que depuis quelques heures. Si Izaya avait vu cette scène, il en aurait été malade et profondément blessé.

Et il m’était insupportable de le blesser une nouvelle fois. Si j’acceptais, c’était comme le trahir une nouvelle fois. Je me dégoûtais d’avoir eu un geste aussi déplacé vis-à-vis de mon petit-ami. Mais je ne savais pas comment faire, je ne savais pas quoi faire. Si je refusais, mon cavalier le prendrait mal sans doute, alors que j’avais déjà été si désagréable avec lui. Dans un cas comme dans l’autre, je blesserai quelqu’un. Le tout était de choisir la personne à blesser. Je me détestais dans ces moments-là.

Cependant, je finis par tendre le collier à Balthamos, la main tremblante. Izaya n’était pas là… mais ce n’était pas une raison valable ! Avoir eu cette pensée me répugnait. Mais je n’avais pas le choix, je ne savais pas quoi faire, j’étais perdue…

Lorsque Balthamos passa le collier à mon cou, un frisson me parcourut, ce qui me mit encore plus mal à l’aise. Je n’osai pas observer les réactions de mes élèves, alors je baissai les yeux vers la table. Izaya, je t’en prie, tu ne dois pas m’en vouloir… Je ne voulais pas… je ne souhaitais pas tout ça… Si ça avait été possible, j’aurai volontiers remonté le temps et annulé ma participation au bal. Je suis désolée, je suis vraiment désolée, si tu savais à quel point je m’en veux…

Je murmurai un merci à destination de mon compagnon de bal. Je me levai de ma chaise, préférant couper court à la soirée, maintenant que minuit était venu. Nous avions échangé nos cadeaux, et je n’en pouvais plus de tout ça. J’allai exploser à rester ici. Il me fallait m’isoler. Je lui dis alors, en m’excusant :

«_ Je suis désolée, je suis un peu fatiguée, je préfère en rester là pour ce soir. Et je suis désolée pour mon comportement de ce soir. »

J’hésitai un quart de secondes, avant d’ajouter :

«_ Je ne peux pas t’expliquer maintenant pourquoi, mais ce n’est pas parce que je ne te fais pas confiance. Je n’arrive pas à en parler, c’est tout.»

Je terminai notre conversation de la manière de la plus simple qui soit :

«_ Je te laisse. À bientôt, Balthamos. Merci pour cette soirée, et merci d'être resté avec moi malgré tout. Et puis merci pour ce magnifique pendentif.»

Dis-je en portant la main au collier qui était maintenant autour de mon cou. Je récupérai mon sac, ainsi que mon duffle-coat qui se trouvait au vestiaire. Je sortis de la salle, de la manière la plus calme dont je sois capable à l'heure actuelle. Il fallait que je m’éclipse sur le toit…

_________________
"I only miss you when I'm breathing, I only need you when my heart is beating.
Without your love don't know how I survive, it's you that's keeping me alive..."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://serenia-academy.myogame.net
Balthamos Reaper

avatar

Messages : 30
Points RP : 0
Date d'inscription : 23/12/2012
Age : 25
Localisation : Penser fort et vous aller me trouver!

Feuille de personnage
Race: Humain
Classe: Professeur
Votre fiche: http://URL-DE-VOTRE-FICHE

MessageSujet: Re: [Event] Noriko&Balthamos   Mer 8 Mai - 23:35

(Je crois qu'on peut dire rp terminé! À moins que tu préfère que j’écris un dernier post pour conclure?)


EDIT Noriiko : RP terminé !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Event] Noriko&Balthamos   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Event] Noriko&Balthamos
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [ Event : rp ] Combat d'arène (clandestin)
» [EVENT JCJ RP OUVERT] : Vendredi 4 décembre. début 21h20
» [Event Horde]L'operation Agonie
» [Projet- Event pré 4.0.3] La vérité sur ...
» [Event Jdr JcJ] L'Attaque du Donjon de Hurlevent !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Serenia Academy :: Corbeille : archives du forum :: RP terminés/abandonnés-
Sauter vers: