Serenia Academy

La Serenia Academy est la plus prestigieuse école de magie qui soit. Nous vous attendions, entrez donc...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Trop, c'est trop ! [Rin C. et Noriiko S.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Naomi Owen
Fondatrice


Messages : 237
Points RP : 2
Date d'inscription : 20/04/2009
Age : 24
Localisation : Bureau de la directrice

Feuille de personnage
Race: Sirène
Classe: Directrice
Votre fiche: http://serenia-academy.myogame.net/t1605-naomi-owen-directrice-de-la-serenia-academy

MessageSujet: Trop, c'est trop ! [Rin C. et Noriiko S.]   Sam 24 Nov - 14:17

Principales caractéristiques du RP

_Titre du RP_
_Acteurs principaux_
_Lieu du RP_
_Type de RP_
_Statut_
Trop, c'est trop !
Rin Chiba et Noriiko Shimazu
Cour commune
Privé
ACHEVÉ



Comme tous les matins, mon réveil sonna à 6 h précise. Je me levai donc et arrêtai la sonnerie de mon réveil. La première chose que je fis ensuite fut d’ouvrir les rideaux de mes fenêtres de chambre pour regarder quel temps il faisait afin de m’habiller en conséquence. Le temps était maussade en ce moment. Ni un franc soleil, ni une bonne averse. Le ciel était noyé sous une épaisse couche de nuages gris, qui empêchait la lumière du soleil de passer et donnait au monde une teinte grisâtre. Tout semblait triste. Il fut une époque où tout ça me passait par-dessous de la tête. Mais depuis quelques mois, le temps influait sur mon humeur intérieure. Oui, je dis intérieure car je n’avais pas pour habitude de laisser mes émotions transparaitre à l’extérieur. J’avais toujours l’air d’un bloc de glace, qui ne ressentait rien : j’étais toujours calme et neutre.

Enfin bref, j’ouvris mon armoire et choisis un pantalon noir slim et un maillot blanc avec des manches ¾, un col rond très légèrement décolleté et deux petites poches décoratives sur la poitrine. Pour les chaussures, je choisis une simple paire de bottes noires à petits talons. J’allai dans ma salle de bain personnelle (eh oui, les professeurs ont le droit d’avoir leur propre salle de bain attenante à leur chambre) et pris une douche, avant d’enfiler les vêtements que je venais de prendre dans mon armoire. Il était désormais l’heure d’aller petit-déjeuner au self. Je me présentai au réfectoire à l’heure d’ouverture, soit à 6h30. C’était une habitude que j’avais de manger très tôt le matin : de cette manière, je rejoignais mon bureau tôt le matin et mon esprit était accaparé par mon travail. Ça m’évitait de penser à des choses désagréables. J’avalai mon petit-déjeuner en 10 minutes et ressortis du self aux alentours de 6h40.

Je rejoignis mon bureau dans le bâtiment A et commençai à travailler. En plus de mes fonctions de directrice, j’étais aussi professeur principale au lycée et j’assurais le cours de TD inter-races, cours plutôt animé. Et puis, récemment, j’avais décidé d’enseigner le Français en option facultative. Encore une manière de m’immerger dans le travail et de surcharger mon emploi du temps. Alors j’employais mon temps à préparer mes cours, à m’occuper des formalités administratives… et aussi à surveiller les élèves dans la cour. L’avantage de mon bureau, c’était qu’il donnait sur la cour, ça me permettait de voir ce que faisaient les élèves en même temps que je travaillais. D’ailleurs, ce matin n’était pas aussi calme que d’habitude. En effet, voici à peine 2 heures que j’étais dans mon bureau et je vis par la fenêtre un grand attroupement d’élèves. Il ne me fallut guère plus de 2 secondes pour comprendre ce qui se passait. Les attroupements de ce genre, il n’y en avait que pour une seule raison : les élèves regardaient une bagarre.

Je me dépêchai de sortir de mon bureau et d’aller dans la cour, à l’endroit où il y avait un grand groupe d’élèves. J’étais assez petite pour une adulte, je mesurai 1m60 plus ou moins, alors je ne voyais pas qui étaient les combattants qui avaient provoqué un tel afflux. Cependant, je n’eus pas trop de mal à me faufiler jusqu’au centre de la bataille : être directrice, ça aidait bien. À force, les élèves me connaissaient et savaient comment réagir quand j’arrivais dans ce genre de cas. Lorsque je parvins à dissiper le regroupement, je pus m’occuper des 2 combattants. Je n'admettais pas qu'on se batte dans mon école. Et qui vis-je dans la bagarre ? Rin Chiba, une fille très jolie mais un peu garçon manqué sur les bords. Elle n’était pas très avenante et n’hésitait pas à en venir aux poings. C’était une lycéenne, mais je devais bien admettre qu’elle se comportait quelques fois comme une collégienne.

Quoi qu’il en soit, je séparai les 2 jeunes gens comme je le pus… et heureusement, mon statut de directrice aida pas mal. Je crois que sans ça, j’aurai été embarquée dans la bagarre. Je me mis entre eux et leur tins le bras à tous les deux, histoire de les empêcher de recommencer et de pouvoir m’expliquer avec eux sans qu’ils s’enfuient. Je leur dis, d’une voix calme mais autoritaire :

«_ Mais pourquoi étiez-vous en train de vous battre ? Vous savez très bien que c’est interdit, vous risquez de vous blesser ! Il existe d’autres moyens que les poings pour s’expliquer en cas de problème ! Qu’est-ce qui vous est passé par la tête ? »

«_ Désolée mademoiselle, je le referai plus… »

Me répondit celui qui se battait avec Rin. Je compris qu’il ne servait à rien de le retenir : il avait compris la leçon. Je le lâchai donc et l’autorisai à partir. Cependant, je n’en avais pas fini avec Rin.

«_ Alors Rin, pourquoi tu as fait ça ? »

_________________
"I only miss you when I'm breathing, I only need you when my heart is beating.
Without your love don't know how I survive, it's you that's keeping me alive..."




Dernière édition par Noriiko Shimazu le Dim 26 Mai - 22:07, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://serenia-academy.myogame.net
Rin Chiba



Messages : 59
Points RP : 0
Date d'inscription : 12/09/2010
Age : 22
Localisation : Là ou tu ne sera jamais XP

Feuille de personnage
Race: Humain
Classe: Lycée
Votre fiche: http://URL-DE-VOTRE-FICHE

MessageSujet: Re: Trop, c'est trop ! [Rin C. et Noriiko S.]   Sam 24 Nov - 19:41

Norii & Rin ♥



Pourquoi fallait-il se lever ? Tous les matins je me disais la même chose mais comme je n'avais jamais la réponse. Maintenant que j'étais réveillée j'étais bien obligée de me lever vu que je n'arrivais jamais à me rendormir et ce n'est pas faute d'avoir d'essayé. Je balança la couette et mis mes pieds à terre. Je m'étira pendant quelques minutes car je n'aimais vraiment pas avoir l'impression d'avoir une articulation coincée. Donc je m 'étira dans tous les sens pour être sure d'être à l'aise toute la journée. Après ça je me traîna de force jusqu'aux douches communes et me mis sous l'eau. Comme à chaque fois, l'eau était glacée au début et c'était quand il fallait sortir que l'eau commençais à être la bonne température. Je sortis et me précipita dans ma chambre avec seulement une serviette sur moi. Je trouvais ça plus pratique que de me triballer avec tous mes vêtements que je risquais de mouiller en plus. Je me mis devant mon armoire pour savoir comme m'habiller. Vu qu'il faillait frais voire froid dehors je décidai de mettre un jean large. Avec ça j'enfilai un débardeur rouge et par dessus une veste noire. Je passai quelques coupe de brosse dans mes cheveux avant d'enfiler mon manteau et de sortir de ma chambre avec mon sac à dos. Je me dirigeai vers la cantine. Je pris mon temps pour manger car c'était mon repas préféré et j'avais encore le temps avant la première heure de cours.
Je sortis de la cantine avec le ventre plein. Ça ne se voyait pas mais j'aimais vraiment manger et même quand je suis malade , je ne rate aucun repas quitte à aller le vomir après. Et dire qu'il y en avait qui ne mangeait même pas un repas par jour, je les plaignais sincèrement. Bon maintenant que j'avais super bien manger, je me dirigea vers la salle de cours car ça allait bientôt sonner. J'avançais d'un pas geler et tranquille. La journée avait bien commencé et j’espérais que ça allait continuer. Je n'aurais pas du penser aussi vite car une personne qui courrait venait de me foncer littéralement dedans. Sur le coup je ne compris pas grand chose mais en tout cas, il allait pas s'en tirer. Mais avant même que je puisse ouvrir la bouche, le mec m’engueulait comme si s'était moi qui lui avait rentrer dedans.

Hé tu peux pas faire attention !

Attends c'est toi qui m'est rentré dedans, je te rappelle. La moindre des choses c'est de s'excuser, tu ne crois pas ?

J'ai pas que ça a faire, aller bouge de là  avant que je m’énerve !

Et il me poussa par l'épaule. Ce mec venait de commettre une grosse erreur. Premièrement j'avais horreur des gens mal poli mais en plus de ça il venait de me provoquer. Je lâcha mon sac et avant même que je réfléchisse, je venais de lui collait mon genou dans le ventre. Sur le coup de l'action, je n'avais même pas réfléchit car j'étais énervée qu'il puisse me gâcher ma si belle journée. Bien sur il me renvoya la donne en me filant un coup de poing sauf que je l'esquiva assez facilement. En plus j'avais l'avantage, j'allais m'amuser alors. Je ne vis même pas les gens se réunir autour de nous dans la cour car j'étais concentrée sur ce que je faisais. Je me pris un poing juste dans la machoire, et je sentis ma bouche se remplir de sang. Il voulait que je devienne sérieuse, alors j'allais le devenir. Enfin je n'es pas du lui rendre son coup car il petite silhouette se mit entre lui et moi. Je ne mis pas longtemps avant de la reconnaître, car c'était la directrice. Si elle était là, ça voulait dire que j'allais avoir des ennuis.

«_ Mais pourquoi étiez-vous en train de vous battre ? Vous savez très bien que c’est interdit, vous risquez de vous blesser ! Il existe d’autres moyens que les poings pour s’expliquer en cas de problème ! Qu’est-ce qui vous est passé par la tête ? »

«_ Désolée mademoiselle, je le referai plus… »

Non mais je rêve ! C'était lui qui avait commencer et il jouait au gentil garçon. Avant qu'il ne parte, je lui jetais un regard noir et je crus voir dans son regard, une pointe de triomphe. Il m'avait mis hors de moi !

Hé attends, reviens là, on a pas fini !!!!

Mais il s'éloignait déjà . Je n'étais plus qu'avec la dirlo. Je savais que j'allais me prendre un savon et en plus des heures de colle mais pour une fois ce n'était pas de ma faute... Enfin peut-être qu'un peu mais il n'avait qu'a s'excuser aussi.

«_ Alors Rin, pourquoi tu as fait ça ?»


Aller, j'allais avoir aussi le droit au sermon comme quoi c'est pas bien de se battre et patati et patata. J'avais toujours le goût de sang dans la bouche et je fis quelque chose de très gracieux, je crachai. En plus c'était du sang que j'avais crachais.

C’est pas vos oignons ! Laissez moi tranquille !


Dernière édition par Rin Chiba le Dim 6 Jan - 14:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naomi Owen
Fondatrice


Messages : 237
Points RP : 2
Date d'inscription : 20/04/2009
Age : 24
Localisation : Bureau de la directrice

Feuille de personnage
Race: Sirène
Classe: Directrice
Votre fiche: http://serenia-academy.myogame.net/t1605-naomi-owen-directrice-de-la-serenia-academy

MessageSujet: Re: Trop, c'est trop ! [Rin C. et Noriiko S.]   Dim 25 Nov - 21:58

Alors que j’étais dans mon bureau depuis 2 heures environ, une bagarre éclata avant que les cours ne commencent. Je l’avais remarqué lorsque j’avais vu un grand attroupement au même endroit. J’étais donc sortie dans la cour pour mettre un terme à cette effusion de violence. Lorsque j’étais arrivée, je m’étais faufilée jusqu’aux combattants et j’avais dissipé le groupe d’élèves qui regardaient le spectacle. J’avais séparé ceux qui étaient en train de se taper dessus : il s’agissait de Rin Chiba et d’un autre élève, qui s’était tout de suite excusé lorsque je lui avais demandé des explications. Je l’avais donc laissé repartir, tandis que je retenais toujours Rin. D’ailleurs, cette dernière n’eut pas l’air d’apprécier la fourberie de son compagnon de bagarre, puisqu’elle lui lança un regard noir en lui disant :

_ Hé attends, reviens là, on a pas fini !!!!

Il s’était éloigné, me laissant seule avec Rin. Je devais avoir une explication avec cette dernière. Je voulais comprendre pourquoi elle agissait de la sorte. Que croyait-elle gagner en usant de ses poings ? Elle était loin d’être idiote pourtant. Je lui demandai donc pourquoi elle avait agi de la sorte, et elle me répondit après avoir craché du sang – chose assez dégoutante et pas très glamour pour une fille :

_ C’est pas vos oignons ! Laissez moi tranquille !

Cela me concernait plus que ce qu’elle croyait. Et puis, j’étais là pour ça, non ? Sinon, à quoi je servais ? Oui, je sais, à jouer les espionnes pour ces espèces de monstres… Mais j’étais incapable d’accomplir cette mission qui allait contre ma nature. Alors j’essayais de trouver des compensations où je le pouvais : j’appréciais vraiment le métier de professeur et directrice. C’était passionnant. Ça me permettait d’aider les autres, surtout que les élèves de la Miwashi School étaient tous plus ou moins perturbés. Ils avaient donc besoin d’aide, et j’étais là pour la leur apporter.

Pour Rin, je ne pensais pas qu’un sermon soit réellement nécessaire. Elle devait l’avoir déjà entendu dix mille fois, elle devait savoir que se battre n’était pas une solution pour résoudre tous les problèmes. Non, ce que je voulais, c’était comprendre. Comprendre sa manière de penser et ce qui la poussait à être violente. Oh, j’étais bien sûr au courant de son passé. Mes dons de télépathe étaient là pour ça… et aussi pour satisfaire les exigences de ces monstres, mais c’est une autre histoire. Rin avait, certes, été heureuse dans son enfance et son adolescence. Mais malheureusement, ses frères ne lui avaient pas donné un bon modèle, tant et si bien que j’en venais à me demander si elle avait conscience de la distinction entre décence et indécence. Mais ce n’était pas à moi de refaire son éducation : d’une, elle m’enverrait bouler sans vergogne et se demanderait si je n’étais pas dingue. De deux, je devais rester dans mon rôle de professeur. Éduquer ne faisait pas parti de ma mission d’enseignante. La seule chose que je pouvais faire était de la faire réfléchir sur ses actes et les conséquences que ça pourrait avoir.

Je me lançai donc, sans perdre mon sang-froid :

«_ Détrompe-toi Rin, ça me concerne plus que ce que tu crois. Aurais-tu oublié que je suis ta professeur principale, en plus d’être la directrice ? Mon rôle est de comprendre ce qui te motive à agir comme ça. Je ne te ferai pas un sermon sur «la bagarre c’est mal», je crois que tu le connais déjà. Tu dois forcément avoir tes raisons pour taper sur les autres, alors j’aimerai que tu m’expliques. Alors, pourquoi vous êtes-vous bagarrés ? Je ne te laisserai pas repartir tant que tu ne m’auras rien dit. Je suis très patiente, alors j’attendrai le temps qu’il faudra. »

J’avais omis de préciser que même si la sonnerie retentissait, elle resterait là tant qu’elle ne m’aurait pas apporté des explications sur son comportement. Mais je crois que c’était tout de même clair et qu’elle le comprenait. Cependant, cela m’étonnerait qu’elle coopère aussi facilement. Rin avait un sacré caractère, alors même moi, j’allai avoir du mal à en tirer quelque chose de constructif…

_________________
"I only miss you when I'm breathing, I only need you when my heart is beating.
Without your love don't know how I survive, it's you that's keeping me alive..."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://serenia-academy.myogame.net
Naomi Owen
Fondatrice


Messages : 237
Points RP : 2
Date d'inscription : 20/04/2009
Age : 24
Localisation : Bureau de la directrice

Feuille de personnage
Race: Sirène
Classe: Directrice
Votre fiche: http://serenia-academy.myogame.net/t1605-naomi-owen-directrice-de-la-serenia-academy

MessageSujet: Re: Trop, c'est trop ! [Rin C. et Noriiko S.]   Dim 26 Mai - 22:00

Encore une journée comme une autre au sein de la Miwashi School. Cela faisait désormais plus de 10 mois que j'étais arrivée ici. On pouvait dire que depuis le temps que j'étais ici, je faisais désormais partie des meubles ! Bref, je connaissais désormais l'école sur le bout des doigts et je savais en quoi consistait mon travail au quotidien. J'adorais enseigner et diriger l'école. Bien sûr, mon rôle ici pourrait être nettement plus agréable si j'avais la conscience tranquille : je savais que j'étais ici pour des raisons répréhensibles. Ma position était moins confortable que ce que l'on pouvait croire. J'étais obligée de coopérer avec ces monstres, ces mêmes personnes qui se servaient de l'homme que j'aimais pour me manipuler.

Bref, comme tous les matins, je m'étais levée à 6 heures. Le temps maussade de la journée m'avait poussé à me vêtir d'un pantalon slim noir et d'un maillot blanc aux manches trois-quart. J'avais très vite avalé mon petit-déjeuner pour me dépêcher de rejoindre mon bureau dès 6 h 40. J'étais du genre très matinale, et pourtant je travaillais assez tard le soir également. Sauf qu'au lieu de travailler dans mon bureau, je travaillais dans ma chambre. Bien évidemment, je ne restais pas enfermée toute la journée dans cette pièce : j'assurais également des cours aux 3 sections. J'étais professeur d'une matière obligatoire, le TD inter-races, mais également professeur d'un enseignement facultatif, le français. Et encore, j'omets de préciser que je suis professeur principale au lycée et que je souhaitais instaurer une relation de confiance avec tous mes élèves, et en particulier avec les lycéens. J'espérais être une professeur digne de ce nom, mais je doutais que tous les élèves me considèrent ainsi...

Enfin, passons. Je travaillais à la préparation de mes cours et je repoussais la paperasserie à ce soir ou à demain. Je m'étais aménagée mon emploi du temps de manière à me libérer la journée du jeudi. Cela me permettait ainsi de rencontrer les parents d'élèves si ces derniers le souhaitaient ce jour-là sans devoir annuler mes cours. Ça me permettait également de compléter les dossiers des membres de l'école, de valider des inscriptions, bref, de faire tout ce que fait habituellement une directrice. Le jeudi, c'était la journée administration de l'établissement. Les autres jours de la semaine, à l'exception du week-end (encore réservé à la paperasserie), je me consacrais à 100% à mes cours.

Nous étions mercredi et je préparais mes cours de vendredi. Je réfléchissais à l'activité que je pourrais faire faire aux collégiens pour leur faire comprendre qu'il valait mieux travailler en équipe avec les autres races, quand une bagarre avait éclaté dans la cour de l'école. Je m'étais alors précipité dehors pour pouvoir arrêter ce combat. Mon statut de directrice m'avait aidé à dissiper l'attroupement d'élèves. Quand je séparais les deux élèves, je constatai que Rin Chiba, une lycéenne avec un côté garçon manqué très prononcé, faisait partie de la bataille.

Le garçon s'était excusé et je l'avais donc laissé filé, ce qui n'était pas du goût de Rin. Cela l'énerva encore plus de voir que le garçon lui lançait un regard triomphant. Lorsque je lui demandais pourquoi elle avait fait ça, elle cracha à terre dans un geste très peu élégant et me répondit froidement que ce n'était pas mes oignons, ce à quoi je répondis que cela me concernait plus que ce qu'elle croyait. Je tentai encore une fois de lui demander pourquoi elle avait fait ça, avec le plus de calme possible. Malgré tout, j'employai un ton ferme.

Mais Rin se mura dans un profond mutisme agacé. Elle avait décidé de ne rien me dire. Elle semblait vraiment remontée contre moi. Je crois que je ne parviendrais pas à lui faire cracher le morceau aujourd'hui. Tout ce que j'avais gagné, c'était la braquer. En poussant un soupir, je décidais de m'avouer vaincue cette fois-ci. Je lui fis alors le sermon habituel, tout en lui donnant un avertissement qu'elle avait tout intérêt à ne pas transgresser :

«_ Bon, je vois que ça ne sert à rien d'essayer de te faire parler. Puisque tu n'as pas envie de m'expliquer ton geste, tant pis. J'aurais aimé comprendre tes motivations, ça m'aurait permis d'être plus indulgente. Quel qu’en soit la raison, il existe d'autres moyens pour régler ses problèmes que de taper sur les autres. En te montrant aussi violente, tu prouves simplement ton immaturité. Je te donne un avertissement pour cette fois, mais que ça ne se reproduise pas ! Si tu te montres encore une fois violente, tu recevras une punition dont tu te souviendras. Bien, file en cours maintenant. »

Je la lâchai et la regardai partir. Je lui criai une dernière fois que je ne voulais pas qu'elle retourne donner une correction à l'autre garçon, en espérant qu'elle écoute mes paroles. Puis je retournai dans mon bureau, pour continuer ce que j'avais commencé à faire.



{RP terminé}

_________________
"I only miss you when I'm breathing, I only need you when my heart is beating.
Without your love don't know how I survive, it's you that's keeping me alive..."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://serenia-academy.myogame.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Trop, c'est trop ! [Rin C. et Noriiko S.]   Aujourd'hui à 16:56

Revenir en haut Aller en bas
 
Trop, c'est trop ! [Rin C. et Noriiko S.]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Unité gnoblards dans la lasure
» Cherche un lit, ni trop dur ni trop mou... (ACCEPTEE)
» Anti Tour par tour (trop c'est trop)
» [Abords de la forêt] Trop, c'est trop
» Tu sais que GC devient trop important pour toi quand ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Serenia Academy :: Corbeille : archives du forum :: RP terminés/abandonnés-
Sauter vers: