Serenia Academy

La Serenia Academy est la plus prestigieuse école de magie qui soit. Nous vous attendions, entrez donc...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les secondes coulent comme des années [Charlie Tarry]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Les secondes coulent comme des années [Charlie Tarry]   Jeu 5 Juil - 22:47

Cela devait faire quelques semaines tout où plus que j’étais revenue à la Miwashi School! J’étais déjà affublée de la responsabilité des collégiens en t’en que professeur principal. Des rumeurs circulaient à mon sujet dans tout l’établissement, comme quoi je serais la cause des disparitions et bien d’autres loin d’être avantageuse. Je savais que quelqu’un ou encore qu’un groupe de gens réellement responsable voulait ma disparition de l’établissement. J’avais été l’ancienne directrice et leur tentative de me tuer n’avait pas fonctionné. Maintenant, j’étais en colère et je voulais les faires regrettés. Mais, il n’était pas facile à trouver. Peut importent qui sont ses gens, ils se montrent très doué en matière de se terrer et de jouer un double jeu.

Je mettais rendu dans les quartiers malfamés, en cette journée plus que banale. Je savais que si je voulais des réponses, il n’y avait pas mieux que ce coin. Ce n’était pas comme si ce monde m’était étranger, j’avais déjà vue bien pire que des bâtiments délabrer et des gens en piteux état. Comme à mon habitude, je ne frôlais pas la discrétion! Je n’avais pas besoin de vêtement qui se fond dans l’environnement pour me cacher. Je n’avais besoin que de mon chapeau à haute forme décoré de jolie fleur rouge et d’un voile de broche noir qui recouvrait la moitié de mon visage. Le reste de ma tenue était une robe d’époque se rapportant aux mêmes couleurs, totalement noir, bordées de dentelle blanche et de certains ornements décoratifs rouge. Un parapluie simplement fait de dentelle noir à la main, pour cacher ma peau du soleil, je m’avançais dans les ruelles. Mes longues bottes en cuir produisaient un clic, clac… Constant et assurer sur mon chemin.

Il ne faut pas croire que j’étais venue ici sans aucune piste. Cela aurait été bien idiot de ma part! Je suivais en fait depuis un moment déjà un homme louche qui avait trainé autour de l’établissement. Je voulais savoir qui exactement il était! Le fait de le voir venir dans ses quartiers ne faisait que confirmer mes doutent. Je marchais à une distance plus que raisonnable, pour ne pas le laisser entendre le bruit de mes bottes ou encore m’apercevoir. Mes longs cheveux brun chocolat ondulaient hors de mon chapeau en dansant aux brises du vent et mon regard doré fixait l’inconnue avec insistance. Mes lèvres, plus rouges que le sang luisait, pratiquement comme les dents de fauve après avoir croqué dans sa victime. Je fus tellement concentrée sur cet homme que je suivais depuis maintenant la veille que je ne sentis pas une autre présence se rendre jusqu’à moi. Ce fut simplement, lorsqu’il entrouvrit les lèvres en disant mon nom d’un ton incertain que je perçus que je n’étais pas seul. Je me retournais brusquement pour finalement faire face à ce cher professeur que j’avais eu l’honneur de rencontrer au premier moment de ma rentrée à la Miwashi. Après, bien des choses s’étaient produites! J’étais devenue directrice et j’avais disparu… Maintenant, me revoilà à nouveau face à lui. Je me tournais rapidement pour voir l’homme que j’avais suivi, mais… il n’était déjà plus là… Je posais de nouveau mon regard dans le sien. Il n’avait pas changé…

« Bonjour, Charlie… »

Après tout, lorsque j’étais arrivée dans cette école il avait été la toute première personne à m’adresser la parole, sans me trouver étrange ou avoir peur. Mais, maintenant peut-être que tout avait changé. Il devait avoir bien des questions envers un ancien collègue qui apparait de nouveau. Une question se soumit alors à moi… Que faisait-il ici?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les secondes coulent comme des années [Charlie Tarry]   Dim 22 Juil - 19:40

Charlie s'étira sur son fauteuil. Il referma son livre et enleva ses lunettes entourés de noirs et à monture carrée de ses lunettes. Il les mit un instant dans sa bouche l'air pensif...Puis il revint à la réalité, il cligna des yeux, posa ses lunettes, remit ses vêtements en place : il s'agissait d'un jean (pour une fois!) d'un bleu délavé mais d'un aspect très classique ; il avait enfilé une chemise en coton d'un orange pâle dont il avait remonté les manches. Il alla dans sa cuisine et croqua une pomme tandis qu'il regardait à sa fenêtre...Aujourd'hui le temps avait brusquement changé. Ce matin encore le soleil brillait de tous ses feux et depuis midi, il avait disparu derrière d'épais nuages grisonnants qui avaient emmenés avec eux du vent...

Le jeune professeur avait une envie de balade...Il sentait son instinct de loup en lui qui s'énervait un peu...Il faut dire qu'il n'avait pas repris son autre forme depuis longtemps...Il visa la poubelle et la jeta lorsqu'il l’eut finit. En plein dedans ! Il prit son manteau en cuir, enfila des baskets montantes blanches et noires et sortit de chez lui...Il enfila son casque démarra sa moto tuning et fit vrombir le moteur, puis il fila dans beaucoup de bruits.

L'homme blond arriva dans l'ancienne ville. Un coin qui émanait quelque chose de sombre, de mystérieux et d'inquiétant qu'il appréciait. Ici au moins il serait tranquille. Il se gara dans un recoin tranquille puis marcha en appréciant le style de ces vieilles maisons à l'abandon...Il aimait cette odeur de poussière et de vieux...Il marchait d'un pas nonchalant et posé.
Et puis soudain il la vit...Il était surpris de reconnaître cette silhouette sombre...C'était celle d'une femme...Elle était plutôt grande, et très bien proportionnée...Un chapeau à haut de forme et une robe de style ancien...Pas de doute cela ne pouvait être qu'elle...Il prononça son nom avec un peu d'hésitation:


Alyss ?...

Ses yeux noisettes exprimaient sa surprise, il faut dire qu'il ne l'avait pas revu depuis longtemps aussi...Ils n'avaient véritablement pris le temps de se parler qu'une seule fois, lors de son arrivée à la Miwashi...A l'époque elle n'était qu'une professeur. Il avait vraiment apprécié sa conversation. Elle avait un côté un dangereux, mystérieux et sombre qui lui plaisait...Et là voir dans cet endroit n'avait au fond rien de bien étonnant...Et puis après elle était devenue directrice, et elle avait brusquement disparue de la circulation...
Lorsqu'il s'était adressé à elle, elle s'était retournée vivement, visiblement elle ne s'attendait pas non plus à le croiser ici...Elle l'avait salué, mais le professeur de littérature avait sentit un questionnement en elle. Mais d'un naturel tout de même enjoué, son visage s'éclaircit et il vint à sa rencontre avec ce qu'on pourrait appeler de la joie. Il lui sourit et ajouta:


Et bien si je m'attendais à ça ! Ca fait un bail ! Si je peux me permettre de te saluer plus chaleureusement?

Il se permit un baise-main très vieux jeu qu'il déposa sur un gant. Il se releva et elle lui sembla changé. Il ajouta:

Cet endroit n'est pas très fréquentable tu sais ?...On ne sait jamais qui on y rencontre...

Sa voix était cette fois-ci beaucoup plus mystérieuse...Il l'avait regardé dans les yeux avec ce petit sourire sombre, amusé...


Dernière édition par Charlie Tarry le Mar 24 Juil - 18:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les secondes coulent comme des années [Charlie Tarry]   Mar 24 Juil - 3:30

Il vint vers moi, avec ce sourire et cette attitude que je lui connaissais. Il avait toujours cette apparence impeccable, du moins selon mon point de vue. Il avait toujours les cheveux longs, ce qui j’appréciais en vue de mon amour avec le passé.

Et bien si je m'attendais à ça ! Ca fait un bail ! Si je peux me permettre de te saluer plus chaleureusement?

Me dit-il en prenant ma main et en y déposant un baiser. Je le laissais faire, son geste ne me déplût pas, car il semblait se rappeler surement mon comportement typiquement rattaché aux vieilles coutumes.

Cet endroit n'est pas très fréquentable, tu sais ?...On ne sait jamais qui on y rencontre...

Son commentaire me fit afficher un mince sourire impeccable et amusé, ornant mes lèvres pâles. Comme c’était amusant de dire pareille commentaire.

« Serais-tu en train de dire que nous sommes des gens peu fréquentables toi et moi? »

Mon sourire ne quitta pas mes traits. Après tout, il était vrai qu’on ne sait jamais qui on ne peut y rencontrer! Mais, les gens qui y viennent savent très bien cette vérité en général. Alors que je me trouvais dans une ruelle sombre avec un homme-loup seul à seul, je n’étais toute fois nullement inquiéter ou terrifiée. Bien des gens auraient été plus prudents! Cependant, je ne pouvais m’empêcher de sentir que Charlie et moi étions un peu la même sorte d’esprit de pensée! Mais notre extérieur le présentait différemment.

Je replaçais d’un geste élégant une boucle brune derrière mon oreille. Je jugeais son sourire amusé et sombre. Je tournai doucement les talons, en l’invitant d’un signe de tête à marcher un peu avec moi. De toute façon, pour le moment j’avais perdu ma piste et en me baladant avec un homme, on me trouverait moins louche.

« Que venez-vous faire de bon en ses lieux? »

Je savais que la question me serait forcément retournée. Je trouvais aussi particulier qu’il ne m’ait toujours pas demandé où j’étais partie tout ce temps. Tous ceux qui m’avaient revue ne s’étaient pas privés de poser cette question! Par contre, je n’avais pas répondu franchement à tous. Lui dirais-je la vérité à lui? Probablement, s’il se montrait convaincant!

Un mince rictus au visage, j’avançais toujours dur un pas lent et calme. Le claquement de mes bottes se faisant entendre au sol. Tout en continuant de parler et de faire comme si rien n’était, je marchais en direction de l’endroit où l’homme avait disparu. Je pouvais facilement faire une filature et renouer de vieux lien qui avait été interrompu avant même de pouvoir donner quoi que ce soit. La seule chose que je savais, c’était que contrairement à la majorité des gens existent, il ne m’irritait pas!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les secondes coulent comme des années [Charlie Tarry]   Mer 15 Aoû - 14:25

center]Charlie avait été bien surpris de découvrir Alyss. Pas qu'il ne pensait pas la trouver dans un tel endroit, au contraire ils avaient tous les deux un côté mystérieux et sombre qui les poussaient à fréquenter ce genre d'endroits. Non il était plutôt surpris de la voir tout simplement. Il faut dire qu'après leur première discussion lors de son arrivée, à part quelques courts bavardages, ils ne s'étaient qu'aperçue. Et puis elle avait tellement brusquement disparue...Il sa savait pas si elle avait quitté son poste d'elle-même ou si on l'avait poussé à agir de cette manière.

L'homme blond avait fait un baise-main car il se souvenait parfaitement de l'amour de la femme pour les vieilles coutumes. Et il faut dire que c'était la genre de politesse qu'il aimait. Il trouvait ce geste à la fois élégant, classe et surtout beaucoup plus respectueux de la femme. Il vit cette dernière afficher un sourire à propos de sa dernière remarque. Elle lui demanda alors si il était en train de dire que tous les deux seraient des gens peu fréquentables. Le professeur sourit doucement amusé. Il adorait le caractère de cette femme ! Puis ajouta:


Il semblerait que cela soit plus que fort probable...

Il y avait en Alyss quelque chose qui attirait et fascinait notre homme-loup. Elle était tellement mystérieuse et ténébreuse. Et leurs conversations lui étaient toujours très agréable. Ils avaient beaux être très différents physiquement, ils se ressemblaient beaucoup mentalement, quoique la démone devait sûrement être un peu plus sombre que lui...

Les deux professeurs s'étaient mis à marcher tranquillement côte à côté après l'invitation de la belle femme. Et c'est à cette occasion qu'elle demanda alors à son collège la raison de sa venue ici. Il haussa les épaules, en répondant:


Oh rien de bien particulier ! J'aime juste beaucoup cette endroit. Son atmosphère m'apaise toujours et j'avais envie d'une petite sortie. Et toi ? Tu me sembles avoir une idée dans la tête, je me trompe ?...

Charlie avait mis ses mains dans ses poches et marchait d'un pas tranquille tandis que le son des talons d'Alyss résonnait dans les ruelles sombres. Il pensait avoir vu dans le regard de l'autre professeur qu'elle avait quelque chose en tête, quoi il n'en savait rien, mais pourquoi ne pas demander ? Il ne savait pas si elle allait lui répondre franchement, il connaissait son adresse pour détourner la conversation l'air de rien. Il ne lui avait pas demandé pourquoi elle avait subitement disparue. Il aurait pu pourtant, mais là sur le coup il trouvait juste agréable de pouvoir discuter simplement avec elle...[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les secondes coulent comme des années [Charlie Tarry]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les secondes coulent comme des années [Charlie Tarry]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LISA ★ La vie c'est comme le PQ, soit tout rose, soit plein de merde .
» Bonheur ou Désespoir, il faut choisir [1er Cours - 7ème Année]
» Campagne D&D 3.5 Nouvelle Année
» Quel a été le meilleur jeu de plateau auquel vous avez joué pendant l'année 2009-2010 ?
» arbalette ou un truque comme ca

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Serenia Academy :: Corbeille : archives du forum :: RP terminés/abandonnés-
Sauter vers: