Serenia Academy

La Serenia Academy est la plus prestigieuse école de magie qui soit. Nous vous attendions, entrez donc...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Visite matinale [Alyss B. et Noriiko S.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Naomi Owen
Fondatrice


Messages : 237
Points RP : 2
Date d'inscription : 20/04/2009
Age : 24
Localisation : Bureau de la directrice

Feuille de personnage
Race: Sirène
Classe: Directrice
Votre fiche: http://serenia-academy.myogame.net/t1605-naomi-owen-directrice-de-la-serenia-academy

MessageSujet: Visite matinale [Alyss B. et Noriiko S.]   Sam 16 Juin - 22:59

Principales caractéristiques du RP

_Titre du RP_
_Acteurs principaux_
_Lieu du RP_
_Type de RP_
_Statut_
Visite matinale
Alyss Beckerfield et Noriiko Shimazu
Chambre de Alyss
Privé
TERMINÉ



Cela faisait désormais presque 3 mois que j’étais arrivée à la Miwashi School pour prendre mes fonctions de directrice. 3 mois que j’œuvrais pour eux en secret, alors que je n’avais jamais voulu faire de torts à qui que ce soit. Mais sous la contrainte, on peut faire bien des choses. Même si il m’arrivait de me dégoûter en me regardant dans la glace le matin, je continuais. Comment est-il possible de passer d’une personne intègre et loyale à une personne sans scrupule et œuvrant dans l’ombre pour le compte de gens affreux ? C’est l’histoire de ma vie. La tournure qu’a prise mon destin ces derniers mois.

Bref. Désormais, la Miwashi School n’avait plus aucun secret pour moi. Je connaissais chaque recoin de cet énorme campus. Et puis, j’avais appris à connaître les élèves comme les professeurs. Momo Irogami par exemple avait un minois d’ange mais était une véritable petite peste. Emilio Salvador était le pire professeur que l’on pouvait recruter. Il ne pensait qu’à une chose : regarder les jolies filles et faire son cirque de Casanova. Il était bien l’une des rares personnes sur lesquelles je ne voulais pas utiliser mon pouvoir… J’étais télépathe et ça avait plusieurs avantages. Je pouvais connaître n’importe quelles pensées de n’importe qui. C’est pour cette raison que les élèves ne pouvaient rien me cacher. Et c’est aussi pour ça qu’ils m’avaient confié cette délicate mission au sein de l’établissement. Je ne savais pas si je devais considérer cela comme une chance ou non. D’un côté, grâce à ça, j’avais la possibilité de le sauver, mais d’un autre, ce choix m’emprisonnait.

Enfin… Ma vie est compliquée, c’est la seule chose à vraiment savoir sur moi. Bref. Aujourd’hui était un jour comme les autres. Je m’étais levée comme tous les matins à 7h précise. J’avais fait ma toilette et j’avais pris les premiers vêtements que j’avais trouvés dans mon armoire, soit un jean et un chemisier blanc à manches longues. Je m’étais attachée les cheveux en un chignon rapide comme j’en avais l’habitude et j’étais allée au self pour me restaurer après avoir enfilé mes ballerines noires. J’avais ensuite rejoint mon bureau. J’avais commencé par vérifier les demandes d’inscriptions en attente – qui étaient peu nombreuses en ce moment, lorsque j’avais trouvé le dossier de Alyss Beckerfield. Alyss était l’ancienne directrice, mais elle avait disparu sans laisser de trace. C’est comme ça qu’ils avaient pu me propulser à cette place. Je ne savais pas s’ils avaient quelque chose à avoir dans cette histoire, mais cela tombait à pic pour eux. En consultant le dossier de madame Beckerfield, je m’étais aperçue qu’elle était de retour à l’école depuis peu. Voila une nouvelle qui ne devaient pas les réjouir. Cette nouvelle réussit à m’arracher un demi-sourire. Quelque part, j’espérais vraiment que sa réapparition pose problème.

Mais je pensai immédiatement aux conséquences. Mon demi-sourire s’évanouit aussitôt. Je me mis à réfléchir. Après tout, que pouvait-elle faire ? Elle ne pouvait pas réclamer de retrouver son ancienne place. D’ailleurs, je pense qu’elle l’aurait déjà demandé depuis longtemps si c’était vraiment son souhait. Et puis, ça valait mieux pour moi. D’un côté, mes bourreaux et moi avions un intérêt commun. Il valait mieux pour tout le monde que je reste la directrice. Eux avaient besoin de moi et pour remplir ma mission, je devais garder mon poste. Quant à moi, je ne pouvais pas me permettre de céder ma place : sa vie était en jeu et je ne plaisantais pas avec ça. Je ne tenais pas à le voir mourir par ma faute.

Je me décidai à aller la voir dans sa chambre en cette matinée grise et maussade. Je me dirigeai donc vers l’internat et allait toquer à sa porte. Je n’allais évidemment pas provoquer un scandale. J’avais juste l’intention de me présenter à elle, de lui expliquer les raisons qui avaient fait qu’elle avait été remplacée – sans pour autant lui dévoiler mes secrets, c’était impensable et ça nous mettrait tous en danger, elle, lui, moi et même les élèves. Finalement, les gens de cette école n’avaient aucune idée de ce qui se tramait ici. Mais dans le domaine des catastrophes, mieux valait choisir la solution la moins pire. Dans une certaine mesure, tant que c’était moi la directrice, même si c’était déjà de mauvaise augure, j’avais la possibilité de les protéger un minimum. J’avais des principes et du respect pour les autres, ce qu’ils n’avaient pas.

Je frappai donc à la porte d’Alyss Beckerfield et attendit qu’elle m’ouvre…

_________________
"I only miss you when I'm breathing, I only need you when my heart is beating.
Without your love don't know how I survive, it's you that's keeping me alive..."




Dernière édition par Noriiko Shimazu le Mer 21 Nov - 20:53, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://serenia-academy.myogame.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Visite matinale [Alyss B. et Noriiko S.]   Lun 18 Juin - 23:08

Un matin gris et maussade, une journée sans vie comme je les aime! Le silence, la noirceur… Non pas que j’aime la douleur, en fait oui… Mais j’aime la donnée il faut croire. Peut-être parce que je l’ai trop longtemps subi? Pourquoi est-ce que je pense à ça? L’ai-je déjà subi? Hum… J’ai mal à la tête. J’étais devenue directrice de la Miwashi, certaines trouverons cela drôle, mais je souhaitais vraiment le bien de ce bâtiment étrangement. Comme ci cela avait été la seule chose à laquelle je tenais depuis des années. Il ne faut pas me prendre pour une idiote, J’ai vécu assez de vie et j’ai vu assez de mal pour savoir que cette école n’en est pas une normale. Quelque chose de louche s’y tramait. Mais, survenue alors des cauchemars! Toutes les nuits je rêvais, je voyais des visages et des morts, je voyais des gens qui appelaient mon nom et pourtant que je ne connaissais pas…

J’ai voulu avoir des indices, des réponses à mes questions! J’ai donc dû faire ce qu’il fallait et j’ai quitté l’école. Je suis partie dans des coins reculer et lorsque je suis revenue, ma place était celle d’une autre. Je dois dire que cela ne me dérangeait point… Il est parfois plus compliqué d’être discret, lorsqu’on est directement sous le feu des projecteurs. J’ai réalisé avec mes folles courses pour retrouver mes souvenirs que les réponses à mes questions se trouvaient dans cette école. Je ne sais toujours pas pourquoi… Mais je sais que je trouverais ici ce qu’il fallait que je sache. Je cherchais particulièrement cet homme… Celui que je voyais me tuer, celui qui étrangement attirer mon intérêt et mes foudres…

Allongée dans mon lit, ma longue tignasse couleur chocolat s’étendait sur mes oreilles. Habillé d’une robe d’époque blanche, m’acculer de tache rouge, je restais la sans un mot. Cette robe je l’avais retrouvé lors d’un voyage. Elle avait étrangement été percée par une lame et le sang de la jeune femme s’était répandu sur le tissu. Elle était vieille et je l’avais rafraichie en la remettant à neuve. Elle me faisait penser à quelque chose et mes souvenirs m’avaient guidée jusqu’à elle. Je fixais le plafond et mon esprit se laissait aller dans divers rêves éveillés. Mes pupilles lentement se mirent à tourner au rouge, mon visage se crispa légèrement alors que je laissais un grognement sortir de mes lèvres. Je sursautais légèrement et mes yeux reprirent leurs couleurs dorées. Ouf… La démone en moi avait passé près de faire surface. Depuis mes souvenirs, tout mon être semblait chambouler.

Je me redressais doucement, de mon pas léger je me dirigeai vers ma commode. Je ne sais trop pourquoi un sixième sens me disait de me préparer. Je peignais mes cheveux et enfilais ma robe d’époque aux couleurs de mes cheveux. Je me coiffais et cachais la robe m’acculer ainsi que tous mes objets d’incantations ou encore mes petits monstres qui servais à instruire les jeunes surs la magie. J’agrippais d’une main ferme un diablotin par la cage thoracique qui avait quitté sa cage et l’enfermais de nouveau dans celle-ci en mettant cette fois un saut de protection sur la grille. La vermine poussa un cri de mécontentement et je le gratifiais d’un sourire sadique qui lui suffit à s’écraser en tremblant dans le fond de sa cage. Je ne savais pas encore tout à fait pourquoi, mais je savais que les démons et autres créatures semblaient me vouer un respect. Comme si j’avais déjà été leur chef ou un être très puissant. Je ne doutais pas de ma puissance, après tout j’étais une vieille démone, mais je ne savais pas vraiment de qu’elle espèce.

On frappa alors à ma porte… Tiens… Un visiteur? Comme c’était rare! Les gens ne voulaient pas s’aventurer dans le couloir ou se trouvait ma chambre, car les jeunes avaient créé tout plein d’histoire de gens disparue! C’était vrai que les gens disparaissaient! Mais, que ce soit moi qui en ai la faute sur le dos… Bref, au moins cette rumeur m’avait donné la chance d’avoir la paix jusqu’à maintenant du moins… Je laissais couler un soupire, je venais de revenir depuis quelques jours et les ragots de cessais de s’accumuler. On disait que j’avais été rétrogradée pour meurtre, que j’étais partie en prison et que j’étais maintenant en probation. Franchement, les gamins et leurs créativités! Mais, je m'en fichais! Qu’ils disent ce qu’ils veulent! Car, de toute façon personne ne peut me toucher et je ne me soucis et personne.

«Un instant je vous prie…»

Soufflais-je de ma voix mielleuse et parfaite, mais avec cette pointe d’autorité. Je rabattais sur les quelques cages présentes un drapé de couleur rouge. Toute ma chambre était décorée dans l’architecture du moyen âge. Il y avait cette allure gothique et pourtant riche en culture. Des gens pouvaient se sentir angoisser ici, mais pour moi c’était le palace le plus réjouissant. Je me postais devant la porte et regardais dans le trou pour voir qui était là. Je vis une jeune femme, son visage ne me dit rien… Je ne l’avais jamais rencontré avant mon départ. Un nouveau professeur? Un élève plus vieux? Non… Pour avoir le cran de venir ici… Surement la nouvelle directrice de par son apparence et son courage. J’espérais pour elle qu’elle n’était pas venue me narguer, car directrice ou non je l’enverrais promenez! Je décrochais la chaîne et les diverses barrures. Je n’avais pas une grande confiance envers les gens. Puis une fois fait j’ouvris celle-ci pour me retrouver devant la jeune femme. Elle était très jeune à mon contraire, cependant mon physique ne laissait rien voir de mon âge. Me dressant dans le cadre de porte je soufflais toujours sur le même ton mielleux et confiant.

«Que puis-je pour vous?»
Revenir en haut Aller en bas
Naomi Owen
Fondatrice


Messages : 237
Points RP : 2
Date d'inscription : 20/04/2009
Age : 24
Localisation : Bureau de la directrice

Feuille de personnage
Race: Sirène
Classe: Directrice
Votre fiche: http://serenia-academy.myogame.net/t1605-naomi-owen-directrice-de-la-serenia-academy

MessageSujet: Re: Visite matinale [Alyss B. et Noriiko S.]   Mer 20 Juin - 22:14

Me voila donc dans le couloir de l’internat. J’attendais sur le pas de la porte de Alyss Beckerfield. Une petite visite matinale de la part de la directrice, quoi de mieux pour commencer la journée ? Non, vraiment, je doute que me voir le matin réjouisse tout le monde. Certains élèves préféreraient m’éviter ! Disons simplement qu’ils savaient pertinemment qu’ils n’avaient pas intérêt à faire de bêtises, parce que je n’étais pas du genre à passer l’éponge si facilement…

Enfin bref. Je tenais à expliquer la situation à Alyss. Après tout, elle revenait à Miwashi et découvrait qu’on l’avait évincée de son poste de directrice. La moindre des choses était de clarifier la situation. Et puis, j’avais aussi un petit service à lui demander. Disons que je souhaitais échanger un poste à responsabilités contre un autre. En ce moment, nous manquions de professeurs. Et étrangement, la professeur principale du collège, Anyawa Hikari, ne semblait pas joignable. Cela posait un problème pour les collégiens. Et je ne pouvais pas m’occuper d’eux, j’étais déjà professeur principale au lycée, alors gérer 2 niveaux en plus de mes responsabilités de directrice serait trop compliqué. C’est pourquoi j’avais pensé à Alyss… plutôt qu’à Emilio. Je n’osais même pas imaginer Emilio face à des collégiennes… Alors que Alyss avait le sens des responsabilités. Ou tout du moins, c’est ce qu’il m’avait semblé. Après tout, on ne devient pas directrice au hasard. Cela nécessite d’être responsable.

Une fois que j’eus frappé, j’entendis dans un souffle une voix mielleuse et parfaite, empreinte d’autorité, me dire :

«Un instant je vous prie…»

Puis j’entendis ce qui ressemblait à des serrures que l’on déverrouillerait. Cette femme ne devait pas faire confiance aux autres si facilement. Au moins, elle ne risquait pas d’être déçue par les autres, puisqu’elle se méfiait d’eux. Dans mon esprit, une personne se méfiant de ses semblables ne pouvait qu’avoir une mauvaise image des gens. Enfin… j’avoue que je suis méfiante également, mais c’était différent. Je ne me dévoilais pas facilement aux gens, c’était tout. Et puis, mon passé m’avait appris à ne pas faire confiance aux gens trop vite. Donc j’apprenais à les connaître avant toute chose. Et si ces personnes me semblaient dignes de confiance au vu de ce que je savais d’elles, alors ils avaient trouvé une amie.

Lorsque je vis apparaître Alyss Beckerfield, je ne pus m’empêcher de penser sans rien laisser transparaitre : «on la croirait sortie d’une époque lointaine avec cette belle robe… ». Ce n’était pas tous les jours qu’on avait l’occasion de voir quelqu’un porter une robe qui semblait d’un temps ancien. Mais ça lui allait à ravir. Et puis, elle était assortie à la couleur de ses cheveux couleur chocolat. Elle avait beaucoup de prestance. Je ne savais pas si elle avait eu l’occasion de prononcer des pseudos-discours de directeur, mais si c’était le cas, il était sûr qu’elle avait été magnifique.

Puis en se dressant dans l’embrasure de sa porte, elle me souffla de sa voix mielleuse et confiante :

«Que puis-je pour vous?»

Elle avait une autorité naturelle à couper le souffle. Je me rappelais les rumeurs que j’avais entendues à son sujet. Les élèves disaient qu’elle avait commis un meurtre, qu’elle avait orchestré les disparitions de l’école et des tas d’autres âneries. Mon dieu, s’ils savaient qui avait orchestré ces disparitions ! Ce n’était pas elle, c’était certain. J’étais bien placée pour le savoir. Mais dans un sens, je comprenais pourquoi on avait pu raconter de telles choses. Alyss était époustouflante et elle devait faire peur très facilement.

«_Bonjour madame Beckerfield. Je suis Noriiko Shimazu, la nouvelle directrice. En fait, je voulais vous voir pour vous expliquer pourquoi vous avez été remplacée. Comme vous étiez absente depuis un moment, on a jugé bon d’envoyer quelqu’un à votre place, parce que la Miwashi School ne peut pas se passer d’un directeur au vu de sa notoriété. Et c’est moi qu’on a envoyé. J’espère que vous comprenez…»

Lui dis-je sur un ton calme et serein, comme à mon habitude. Mon comportement était neutre, j’étais toujours très calme et ma voix était posée. Un vrai modèle de sérénité. J’avais beau bouillir de l’intérieur, je ne montrais jamais rien à l’extérieur. Je ne le voulais pas ou je ne le pouvais pas ? Un peu des deux, je crois…

J’ajoutai avec un demi-sourire :

«_Mais comme vous avez plus d’expérience que moi dans le domaine, vos conseils seront toujours les bienvenus. Je voulais également vous demander quelque chose si vous me le permettez…»

Avant de continuer, je préférais jauger sa réaction. Comment allait-elle le prendre ?

_________________
"I only miss you when I'm breathing, I only need you when my heart is beating.
Without your love don't know how I survive, it's you that's keeping me alive..."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://serenia-academy.myogame.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Visite matinale [Alyss B. et Noriiko S.]   Jeu 21 Juin - 18:40

Alors que je me dressais face à elle, je prenais le temps de l’analyser, sans laisser le moindre geste le démontrer. Elle était mince et d’une carrure fort délicate. C’est cheveux aux couleurs ébène, était lisse et long, mais remonter. La nouvelle directrice qui m’avait remplacée était un fort joli cœur, il fallait l’avouer, mais je ne pouvais m’empêcher d’avoir des doutent qu’an à son âge. Directrice de la Miwashi aussi jeune… À peine sortie de l’école qu’ont la place sur le trône de la direction. Comment avait-elle réussi une telle prouesse. Mais bref, en vue du ton qu’elle empruntait pour me parler, qui était plein de sérénité et respectueux, je me dis que je ne lui prendrais pas la tête. En fait, j’aimais les gens respectueux, mais ceux qui me faisaient sortir hors de mes gon étaient les impertinents aux mauvaises langues.

La jeune fille s’excusa au nom de l’établissement et me dit qu’ils m’avaient remplacée à cause de mon départ. Ma pauvre enfant, je le savais bien lorsque j’étais partie que je serais remplacée. Surtout dans cet établissement où les élèves et les professeurs étaient aussi facilement changeables que des fantômes. On n’envisagea aucune mort! Les gens disparaissent et on dit qu’ils sont partit, retourner dans leur ville natale. Mais qui dit cela? Ça se retrouve dans le journal de l’établissement. Mais étrangement personne ne sait dire qui a écrit ceci. La direction? Pour en avoir fait partie je sais très bien que non.

«_Mais comme vous avez plus d’expérience que moi dans le domaine, vos conseils seront toujours les bienvenus. Je voulais également vous demander quelque chose si vous me le permettez…»

Je posais mes rétines dorées sur la jeune enfant. Car, pour moi… Notre différence d’âge était colossale! Mais elle semblait très mature ce que j’appréciais. Elle prit même la peine d’accepter des conseils. Je laissais couler sur mes minces lèvres délicatement découpées un sourire à la limite du professionnalisme. Comme ci j’avais un sourire programmer d’autorité et un autre lorsque je me retrouvais en intimité véritable et franc.

«Vous n’avez pas à vous expliquer pour l’administration, j’étais au courant lorsque je suis partie que mon poste serait donné…»

Je pris une courte pause et de ma main gantée je repoussais la porte de ma demeure avant de faire un signe de l’autre main à la directrice d’entrée. Cette fois sur mes lèvres j’accrochais un sourire hospitalisé, mais toujours professionnel. Je ne me permettais jamais d’ouverture sur ma vraie personne. Car, plus on te connaît et plus tu es vulnérable. Je soufflais sur mon ton parfait.

«Veillez entrer je vous prie, cela sera plus aisé pour discuter que dans le couloir ou des oreilles indiscrètes pourrait écouter. »

Je ne trouvais pas cela très agréable de discuter de tout et n’importe quoi dans un endroit achalander. Selon moi la jeune directrice devait le savoir, il était toujours mieux de parler en privé. J’attendis qu’elle entre avant de refermer ma porte en ne posant qu’un verrou pour le moment. Je lui indiquais alors une chaise et soufflais.

«Ne porter pas attention au bruit, ils sont un peu agités en vue d’une autre présence!»

Je m’assoyais face à elle et étrangement deux tasses de thé étaient déjà posées sur la table. J’aimais le thé, relaxant et délicieux. Légèrement sucré. Il y avait aussi sur la table posée diverse pâtisserie, puisque j’avais la dent sucrée de temps en temps.

«Vous aimez le thé? N’hésitez pas à vous servir si quelque chose sur cette table vous intéresse… Alors madame la directrice, de quoi souhaitiez-vous vous entretenir avec moi? »

Ma demeure avait cet aspect froid des temps anciens et pourtant aussi cette chaleur de bon service. J’invitais rarement, mais lorsque je le faisais, mes invités étaient rarement déçus. Je regardais toujours droit dans les yeux la jeune femme en attendant de voir sur quoi elle voulait s’entretenir avec moi.
Revenir en haut Aller en bas
Naomi Owen
Fondatrice


Messages : 237
Points RP : 2
Date d'inscription : 20/04/2009
Age : 24
Localisation : Bureau de la directrice

Feuille de personnage
Race: Sirène
Classe: Directrice
Votre fiche: http://serenia-academy.myogame.net/t1605-naomi-owen-directrice-de-la-serenia-academy

MessageSujet: Re: Visite matinale [Alyss B. et Noriiko S.]   Lun 25 Juin - 19:18

J’étais venue m’expliquer avec Alyss Beckerfield, ma prédécesseur au poste de directrice. Maintenant, les choses étaient clairement posées, j’avais fait ce qu’il fallait. Je ne voulais pas avoir l’impression que cette place ne m’était pas due. Je ne voulais me sentir coupable de lui avoir volé cette place, même si en réalité, si je n’y avais pas été forcée, je ne serais pas là aujourd’hui. Suite à ma demande, elle posa ses rétines dorées sur moi. Une couleur très étrange, mais pourtant très jolie. Cela prouvait qu’elle avait vraiment quelque chose de spécial.

Elle semblait jeune et même temps très âgée. Pour sûr, elle n’était pas humaine, mais elle pouvait très bien passer comme telle si l’on n’y prêtait pas attention ! C’était une démone, et la magie veut que certaines races soient immortelles, comme les Vampires. Pour les Démons, c’était une tout autre histoire. C’était assez compliqué à expliquer simplement. Un peu comme les Sirènes, la légende veut qu’elles soient immortelles, mais en réalité, toutes les Sirènes ne le sont pas.

Alyss me répondit :

«Vous n’avez pas à vous expliquer pour l’administration, j’étais au courant lorsque je suis partie que mon poste serait donné…»

Au moins, elle n’était pas surprise et ça ne semblait pas trop la frustrer. Un point positif pour moi… et malheureusement, pour eux aussi. Elle fit une courte pause, et de sa main gantée elle repoussa la porte de sa chambre. Toujours avec son sourire si étrange, elle m’invita à y entrer d’un ton parfait :

«Veillez entrer je vous prie, cela sera plus aisé pour discuter que dans le couloir ou des oreilles indiscrètes pourrait écouter. »

Il est vrai qu’il n’était forcément aisé de parler dans le couloir, surtout lorsque l’on veut confier des responsabilités à quelqu’un. Un minimum d’intimité s’imposait. Cependant, le fait qu’elle m’invitât à entrer dans sa chambre m’étonna, sans que je n’en laisse rien paraître pourtant. Elle m’avait semblé être une personne méfiante. Certes, ça ne remettait pas en cause sa méfiance, mais pour m’inviter dans sa demeure, elle devait avoir un minimum confiance en moi. Ou peut-être que je me trompais… Je devais me montrer sereine et ne pas faire de faux pas. Je ne voulais pas qu’elle se mette à me détester non plus, cela apporterait une mauvaise ambiance entre collègues.

J’entrai donc et Alyss referma la porte derrière moi. La première chose qui me frappa fut l’ambiance si particulière de sa chambre. Elle avait un aspect sombre et froid, mais pourtant, cela correspondait tout à fait au style de Mme Beckerfield. On se serait cru dans une pièce d’un château ancien. Ici, on était déconnecté du monde, ce n’était plus la même époque. C’était incroyable… indescriptible, même. Mais je ne m’y sentais pas mal à l’aise non plus, il émanait de cet endroit une chaleur de bon service. Cependant, j’évitais de trop scruter en détail, afin de ne pas paraître impolie.

«Ne porter pas attention au bruit, ils sont un peu agités en vue d’une autre présence!»

Me dit-elle tout en m’invitant à m’asseoir à sa table, où deux tasses de thé étaient posées. Maintenant qu’elle le disait, oui, j’entendais effectivement un bruit étrange. On aurait dit des cris étouffés. De quelle créature, ça, je n’en avais pas la moindre idée. Je n’y avais pas prêté attention, tout simplement parce que l’atmosphère de cette chambre m’avait subjuguée. Et pourtant, loin d’aimer les couleurs sombres, je trouvais cela étonnement plaisant ici. Peut-être parce la propriétaire de cette chambre était aussi spéciale que ce lieu…

«Vous aimez le thé? N’hésitez pas à vous servir si quelque chose sur cette table vous intéresse… Alors madame la directrice, de quoi souhaitiez-vous vous entretenir avec moi? »

Me demanda-t-elle après s’être assise en face de moi. En effet, je constatai que diverses pâtisseries étaient posées sur la table. J’étais gourmande, mais le matin, j’avais un peu de mal. Surtout que je venais d’aller au self de l’école. Cependant, j’appréciai qu’il y ait du thé juste devant moi, le café de l’école était imbuvable et me restait sur l’estomac. Un bon thé ferait couler tout ça… Mademoiselle Bec Fin, c’est moi. Si les élèves savaient le penchant de leur directrice pour les gourmandises en tout genre… je perdrais ma crédibilité !

Je lui répondis alors poliment et calmement, avec un demi-sourire :

"_Oui, j’aime le thé. Merci pour cette tasse, madame Beckerfield. Je voulais m’entretenir avec vous au sujet des collégiens. Comme vous le savez peut-être, Mlle Hikari, qui était leur professeur principale, a disparu. Ce qui pose un problème pour la rentrée scolaire. Il leur faut un professeur principal. Moi-même, je ne peux pas m’en occuper, je suis déjà professeur principale au lycée. Alors… J’ai pensé à vous pour assurer ce rôle. Vous avez été directrice, vous savez ce que c’est que d’avoir des responsabilités. C’est pour cette raison que je pense que vous seriez la personne idéale. Seriez-vous d’accord pour devenir professeur principale au collège ?"

Je posai mes mains autour de la tasse de thé et j’espérai une réponse positive de sa part. Il le fallait… J’avais plus confiance en Alyss qu’en Emilio. Mais ça, c’était impossible à expliquer, et puis ce n’était pas la seule raison, sinon je n’aurais même pas osé lui demandé une telle chose.

_________________
"I only miss you when I'm breathing, I only need you when my heart is beating.
Without your love don't know how I survive, it's you that's keeping me alive..."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://serenia-academy.myogame.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Visite matinale [Alyss B. et Noriiko S.]   Ven 29 Juin - 0:31

Cette personne se montrait très polis, un trait que j’appréciais plus que particulièrement! Elle ne semblait pas perturbée par l’ambiance de mon domaine ou encore l’aspect de celui-ci et le mien. Un autre bon point qui m’intéressait chez elle! Alors que je prenais doucement la tasse de thé entre mes mains gantées pour ensuite venir porter celui-ci jusqu’à mes lèvres pour souffler sur la buée, mademoiselle Shimazu me dit alors ce qu’elle escomptait de moi. Je relevai mes yeux dorés sur elle un moment, soufflais encore un peu et pris une gorgée. Comme ça elle espérait me voir prendre le poste de professeur principal des collégiens. Je savais qu’il y avait bien d’autres professeurs qui pouvaient relever le niveau, alors pourquoi choisir un professeur qu’elle ne connaissait pas. Déposant mon thé sur la table en reprenant une pose impeccable et parfaitement droite, je finis par ouvrir les lèvres.

« Êtes-vous certaine de vouloir me confier une telle tâche, madame Shimazu? Je ne doute en aucun cas en mes compétences pour remplir un tel rôle! Cependant, êtes-vous certaine de me faire suffisamment confiance pour que je prenne celui-ci? »

Pour moi la confiance est une valeur primordiale dans la fondation d’une chose. Si cette jeune directrice n’arrivait pas à faire confiance envers les gens qui seraient le plus près d’elle, c’est à ce moment qu’elle se ferait trahir. Il fallait savoir rapidement juger les gens pour les classer dans ennemie ou allié. Car, je ne crois pas au juste milieu!

« Madame Shimazu… Parlons plus ouvertement voulez-vous? »

J’attendis sa réponse avant de laisser couler un petit sourire sur mes lèvres. Un sourire étrange et portant sérieux et aspirant une sorte de sérénité.

« Vous n’êtes pas sans savoir qu’il se passe des choses étranges dans cette école… Des gens disparaissent et peu importe ce qu’on en dit… Ceci est très étrange. Vous êtes donc consciente qu’il est difficile de trouver des gens de confiance en ses lieux. »

Je me coupais un moment, pour analyser sa réaction. N’importe qui pouvait être une personne soupçonnable. Ce que j’avais omis de mentionné était qu’on avait tenté de m’éliminer. Je ne savais pas qui, mais il faut croire qu’on me considérait comme nuisible. J’étais donc extrêmement heureuse d’être une sorte d’appât vivant. Il tenterait de m’avoir, mais je n’étais pas facilement tuable!

« Alors, je voudrais savoir ce qui vous pousse à me faire confiance. »

Je me tus et bus doucement une autre gorgée. Mes questions étaient posées sur un ton calme et posé. Je ne m’emportais pas et restais sur une apparence sans faute. Je ne montrais aucune faiblesse à l’œil nu du moins.

(Désoler du temps ^^)

Revenir en haut Aller en bas
Naomi Owen
Fondatrice


Messages : 237
Points RP : 2
Date d'inscription : 20/04/2009
Age : 24
Localisation : Bureau de la directrice

Feuille de personnage
Race: Sirène
Classe: Directrice
Votre fiche: http://serenia-academy.myogame.net/t1605-naomi-owen-directrice-de-la-serenia-academy

MessageSujet: Re: Visite matinale [Alyss B. et Noriiko S.]   Dim 8 Juil - 17:59

[HS : c'est moi qui m'excuse de mon retard! J'avoue qu'avec mon stage, j'étais peu motivée pour rp...]

Après que Alyss m'ait invité à m’asseoir à sa table pour boire le thé, je lui avais exposé ma demande. Demande primordiale pour moi. Il en allait de la sécurité des collégiens. Je ne tenais pas à lâcher un monstre parmi des jeunes filles de cet âge. Emilio Salvador était de loin le pire choix à faire pour ce genre de mission. En plus, je n'étais pas sûre qu'il avait le sens des responsabilités. Faire parti de ces gens-là corrompt plus qu'on ne le croit.

Et puis, Alyss prit une gorgée de thé, reposa la tasse sur la table et me demanda:

« Êtes-vous certaine de vouloir me confier une telle tâche, madame Shimazu? Je ne doute en aucun cas en mes compétences pour remplir un tel rôle! Cependant, êtes-vous certaine de me faire suffisamment confiance pour que je prenne celui-ci? »

Sa question me prit quelque peu au dépourvu. À l'extérieur, on ne le voyait pas, mais à l'intérieur, je réfléchissais. Je me mis à lister toutes les raisons qui m'avaient poussées à lui demander de prendre ce poste. Je ne saurais pas dire pourquoi, mais je sentais que je pouvais faire confiance à Alyss pour cette mission. Vous savez, quelques fois, il arrive que vous trouviez une personne sympathique sans trop savoir pourquoi. Eh bien, c'est à peu de choses près ce que je ressentais. J'avais beau essayé de raisonner, de me dire que c'était parce qu'elle avait le sens des responsabilités, parce qu'elle connaissait l'école mieux que moi, toutes mes raisons sensées étaient bien maigres en fin de compte. Je n'étais sûre que d'une chose : je voulais que ce soit elle qui devienne professeur principale au collège.

Je n'eus pas le temps de répondre, puisqu'elle ajouta :

« Madame Shimazu… Parlons plus ouvertement voulez-vous? »

Elle gardait son calme. Je me demandais si comme moi, ce n'était pas une façade qu'elle conservait toujours. Nous avions peut-être plus de points communs qu'il n'y paraissait...

 « Oui, bien sûr... »

Après avoir répondu favorablement à sa question, elle laissa couler un sourire sur ses lèvres. L'un de ses sourires étranges, sérieux et pourtant serein. Elle enchaîna :

« Vous n’êtes pas sans savoir qu’il se passe des choses étranges dans cette école… Des gens disparaissent et peu importe ce qu’on en dit… Ceci est très étrange. Vous êtes donc consciente qu’il est difficile de trouver des gens de confiance en ses lieux. »

Lorsqu'elle évoqua les disparitions, cela réveilla ma culpabilité. Si seulement elle savait que j'avais plus ou moins ma part de responsabilités... Non pas que ce soit moi qui ais fait disparaître ces élèves, mais je savais qui les faisait disparaître. Le pire dans tout ça, c'était que j'étais à leur service. Donc quelque part, puisque je ne m'opposais pas à eux, cela voulait-il dire que je cautionnais leurs actes ? Mon cas était très compliqué, car après tout, j'étais forcée au silence. Mais je ne pouvais m'empêcher de me sentir coupable.

Par ailleurs, elle avait raison lorsqu'elle disait qu'il était difficile de trouver des personnes de confiance. Ici, deux clans se déchaînaient. Ils rôdaient ici. Tout cela créait de la tension. Dans ces conditions, comment ne pas s'empêcher de soupçonner tout le monde ?

« Alors, je voudrais savoir ce qui vous pousse à me faire confiance. »

Comment pouvais-je lui expliquer ? Je devais jouer franc-jeu. Je mourrai d'envie de tout lui avouer, de but en blanc. Ce secret m'écrasait de tout son poids depuis des mois. Mais en même temps... je ne pouvais pas courir le risque de lui dire que je savais qui avait fait le coup. Cela compromettrait la vie d'Izaya. Et cela ne manquerait pas d'attirer des ennuis à Alyss. Ils chercheraient à la faire taire.

Je réfléchis un court instant à ce que je pouvais ou non lui dire en buvant une gorgée de thé. Puis en reposant ma tasse sur la table, je me décidai à être franche, tout en laissant de côté certains détails... d'accord, certains faits importants.

 « _C'est assez difficile à expliquer pour être franche. Je suis sûre que vous n'êtes pour rien dans les disparitions, que vous n'y êtes pas impliquée, ni de près ni de loin. Et puis, j'ai le sentiment... que vous êtes une personne de confiance. C'est juste une intuition. Et je me trompe rarement. »

Avais-je répondu calmement. Je baissai les yeux quelques instants en direction de ma tasse, puis reportai à nouveau toute mon attention sur elle. Avec un demi-sourire, j'ajoutai, quelque peu embarrassée :

 « _C'est stupide, non ? Je vous fais confiance, mais je n'arrive pas à dire exactement pourquoi...  »

_________________
"I only miss you when I'm breathing, I only need you when my heart is beating.
Without your love don't know how I survive, it's you that's keeping me alive..."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://serenia-academy.myogame.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Visite matinale [Alyss B. et Noriiko S.]   Mer 11 Juil - 19:13

Mon regard imperturbable restait figé sur celle-ci, je voyais que mes questions la poussaient à réfléchir! Je ne la pressais aucunement, je ne faisais qu’attendre sans dire mot. Je ne pouvais pas lire dans les pensées, comme les gens parlaient à propos de la nouvelle directrice, mais mon regard donnait cette impression. Je connais tout simplement les expressions et les gesticules mieux que personne. Je ne craignais même pas qu’elle tente de lire dans mes pensées. Étant très vieille et ayant de toute façon un trou noir géant dans mes pensées, que pourrait-elle y trouver? Que des images floues et étranges, mystérieuse même pour moi.

« _C'est assez difficile à expliquer pour être franche. Je suis sûre que vous n'êtes pour rien dans les disparitions, que vous n'y êtes pas impliquée, ni de près ni de loin. Et puis, j'ai le sentiment... que vous êtes une personne de confiance. C'est juste une intuition. Et je me trompe rarement. »

J’écoutai ses mots en laissant toujours glisser un sourire fin et gracieux. Comme cela, elle se trompe rarement dans son intuition envers les gens? C’était donc sa raison? Je devais dire que cela faisait changement… De voir une personne accorder une confiance aveugle, simplement sur le sentiment d’une intuition. Mais, cela fut loin de me déplaire!

« _C'est stupide, non ? Je vous fais confiance, mais je n'arrive pas à dire exactement pourquoi... »

Elle semblait un peu embarrassée de sa raison. Je la contemplai un moment, puis je me redressai pour aller tirer doucement sur l’un des drapés qui recouvraient une cage. Celui-ci retomba au sol, montra dans la cage un petit diablotin. Il était assis, perché sur une poutre de bois mince. Il me fixa de ses grands yeux et fixa par la suite mon invité. De ma main gantée, j’ouvris la cage et j’entrai celle-ci pour la diriger vers la petite créature. Il était connu pour leur petite taille, mais leur agressivité hors du commun! Cependant, lorsque mes doigts furent tout prêt de lui, il y grimpa docilement sans le moindre grondement. Je sortis ma main, la petite créature perchée sur celui-ci.

« Stupide? Pourquoi? Bien au contraire, je trouve cela intéressant! »

Je revins doucement vers la table et m’assis de nouveau en déposant sur la nappe le diablotin qui s’assit sans tenter quelque chose.

« Vous voyez… Souvent des races ou des gens à la réputation mauvaise, son mal jugé… En majorité du temps… Je dirais que l’apparence est trompeuse. »

Cette petite créature en était un exemple. D’autre était farouche, mais celle-ci, élever depuis son enfance dans un tout autre mode de coutume, avais pris des traits de caractère extrêmement docile.

« Je peux vous dire, mais vous n’êtes pas forcé de me croire, qu’effectivement, je n’ai aucun lien avec les enlèvements. La seule justification que je pourrais vous donner est que j’ai moi-même été victime… Mais, malheureusement pour eux… Je m’en suis très bien sortie! »

Je caressai légèrement la créature et lui tendis quelque chose à manger, qu’elle empoigna pour grignoter. Je sourie de plus belle et souffla finalement.

« Si votre choix est fixé, sachez que ce sera un honneur pour moi de m’occuper des élèves du collège et que pour ma part, je dois avouer que je vous porte aussi une confiance aveugle ma chère! »

Je ne disais pas de mots en vain! Je lui faisais étrangement confiance, sans trop pouvoir dire les raisons. Quelque chose au fond de moi me portait à croire, qu’elle ne fasse rien pour me trahir ou me mettre dans des ennuis.

(Je viens de revenir du camping dsl ^^)
Revenir en haut Aller en bas
Naomi Owen
Fondatrice


Messages : 237
Points RP : 2
Date d'inscription : 20/04/2009
Age : 24
Localisation : Bureau de la directrice

Feuille de personnage
Race: Sirène
Classe: Directrice
Votre fiche: http://serenia-academy.myogame.net/t1605-naomi-owen-directrice-de-la-serenia-academy

MessageSujet: Re: Visite matinale [Alyss B. et Noriiko S.]   Mer 11 Juil - 23:14

[HS : pas grave^^ Tu sais que je suis obligée de me forcer à arrêter d'écrire xD Tes personnages m'inspirent trop!]

Alyss m'avait posé une question assez difficile à mon sens : pourquoi lui faisais-je confiance ? Ce à quoi j'avais répondu sincèrement que c'était une intuition. Après tout, quand on fait confiance aux gens, on n'arrive pas forcément à comprendre pourquoi. Embarrassée par mon aveu, je lui avais dit que c'était stupide. J'aurai pu lire dans ses pensées pour savoir si elle ne me trouvait pas un peu étrange. Mais je préférais laisser planer le mystère. Et puis, je ne vois pas de quel droit j'aurais lu ses pensées. J'avais horreur d'utiliser mes pouvoirs à tort et à travers. Certes, j'y étais forcée ces temps-ci, et cela ne manquait pas de me donner de belles petites migraines. Mais là, tout de suite, je ne voyais pas ce que cela leur apporterait si j'entrais dans son esprit.

Pendant mon aveu, elle avait conservé un sourire fin et gracieux. Je me disais qu'un tel sourire ne faisait qu'égayer son joli visage fin. Elle était d'une beauté ancienne, d'un autre temps. Tout comme sa chambre. En fait, dans cette atmosphère, il était un peu étrange de me voir là ! Et pourtant, j'aurai bien aimé m'intégrer parfaitement à ce décor...

Puis Alyss se leva de table pour aller tirer un drap posé sur... une cage contenant un petit diablotin. Ce dernier était assis sur une poutre de bois mince. Après avoir fixé Alyss, il me contempla moi aussi. Et alors que les diablotins sont réputés pour être assez agressifs, je ne perçus aucune animosité dans ses yeux. Madame Beckerfield ouvrit la cage et y passa sa main gantée pour aller récupérer le petit diablotin, qui au lieu de se montrer agressif, grimpa docilement dans la main de sa maîtresse. Incroyable ! Ce n'était pas tous les jours qu'on voyait ça. Puis elle me répondit:


« Stupide? Pourquoi? Bien au contraire, je trouve cela intéressant! »

Puis elle revint doucement vers la table, se rassit et posa le petit diablotin sur la nappe. Aussi étonnant que cela puisse paraître, il ne tenta rien et ne montra pas une once d'agressivité. Un demi-sourire se dessina sur mon visage. C'était un spectacle étrange et intéressant.

« Vous voyez… Souvent des races ou des gens à la réputation mauvaise, son mal jugé… En majorité du temps… Je dirais que l’apparence est trompeuse. »

J'acquiesçai. Oh oui, comme elle avait raison ! Ce diablotin en était un bon exemple : on dit que ces créatures sont démoniaques. Et pourtant, ce que j'ai vu n'avait rien de démoniaque. Comme quoi, il ne faut pas fier aux apparences. Et tout bien réfléchi, j'en étais aussi l'exemple le mieux... dissimulé. J'avais l'air bienveillante, sans soucis, sans secret... eh bien non. À mon plus grand regret, j'étais forcée de faire de mauvaises choses, des choses qui me déplaisaient fortement.

« Je peux vous dire, mais vous n’êtes pas forcé de me croire, qu’effectivement, je n’ai aucun lien avec les enlèvements. La seule justification que je pourrais vous donner est que j’ai moi-même été victime… Mais, malheureusement pour eux… Je m’en suis très bien sortie! »

Je la croyais quand elle m'affirmait n'avoir rien à faire avec les enlèvements. En revanche, cela me révoltait de constater qu'ils étaient capables d'aller aussi loin pour tout contrôler. Ils n'avaient pas hésité à la faire disparaître, à l'évincer du poste de directrice. Tout ça pour quoi ? Pour pouvoir placer l'un de leur pion au plus haut rang ! C'était ignoble ! Ma seule consolation fut de me dire qu'ils n'avaient pas obtenu ce qu'ils voulaient : la preuve puisqu'elle était ici. J'étais ravie au fond de moi qu'elle s'en soit sortie. Quelque part, peut-être y avait-il encore une certaine justice dans le monde de la magie ?

Elle tendit quelque chose à manger à sa créature et me sourit de plus belle. Elle me souffla:

« Si votre choix est fixé, sachez que ce sera un honneur pour moi de m’occuper des élèves du collège et que pour ma part, je dois avouer que je vous porte aussi une confiance aveugle ma chère! »

Le fait qu'elle me fasse confiance, alors qu'elle m'avait semblé si méfiante vis-à-vis des autres, me flatta. On ne pouvait pas dire que je méritais la confiance des autres en ce moment. Je me trouvais ignoble. Mais je me jurai de ne pas trahir sa confiance et de m'en montrer digne. Cela ma rassura quelque part : si Alyss me jugeait digne de confiance, alors tout n'était peut-être pas perdu. Je n'étais peut-être pas encore passée du côté des « méchants ». Je n'avais pas encore franchi la limite, la ligne rouge .

 « _Je vous remercie de votre confiance, j'en suis honorée. Je tiens tout particulièrement à ce que ce soit vous qui preniez le poste de professeur principale au collège. Mon choix est arrêté. »

Lui dis-je avec un sourire confiant. Puis je continuai, cette fois au sujet de son enlèvement :

 « _Je n'en reviens pas qu'on s'en soit pris à vous aussi. Je ne comprends pas... On devait vous considérer comme gênante. Mais pourquoi ? Enfin, je suis heureuse que vous nous soyez revenue saine et sauve. Mais vous n'avez pas peur qu'ils tentent encore de s'en prendre à vous? Désolée, je suis un peu curieuse...»

J'espérai sincèrement qu'ils la laisseraient tranquille à présent. Et même s'ils recommençaient, j'espérais que Alyss leur fasse subir une défaite cuisante !

_________________
"I only miss you when I'm breathing, I only need you when my heart is beating.
Without your love don't know how I survive, it's you that's keeping me alive..."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://serenia-academy.myogame.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Visite matinale [Alyss B. et Noriiko S.]   Jeu 12 Juil - 2:23

(Mon Dieu merci! C’est vraiment agréable de voir que ses personnages sont appréciés! J’aime beaucoup aussi ton personnage, tes postes me font toujours sourire ^^)

Elle semblait comprendre le sens du diablotin assez bien. Le petit diable dégusta son met et je soufflais soudainement, en démon ancien un ordre que la directrice ne pus forcément pas comprendre. À moins cas mon grand étonnement elle comprenne le démon.

« Geh zurück in deinen Käfig »

La créature se redressa doucement, avant de sortir ses ailles et de s’envoler vers sa cage. Elle referma même la grille, puis se posa de nouveau sur sa poutre le regard sage.

« _Je vous remercie de votre confiance, j'en suis honorée. Je tiens tout particulièrement à ce que ce soit vous qui preniez le poste de professeur principale au collège. Mon choix est arrêté. »

Je sourie, pour une énième fois, elle avait ce petit ton qui ne me poussait pas à la détester. Bien au contraire, j’appréciais étrangement sa présence et pourtant, j’apprécie rarement les gens… Elle souriait elle aussi, avec un sourire si confiant que je ne pouvais pas me permettre de ne pas la croire.

« _Je n'en reviens pas qu'on s'en soit pris à vous aussi. Je ne comprends pas... On devait vous considérer comme gênante. Mais pourquoi ? Enfin, je suis heureuse que vous nous soyez revenue saine et sauve. Mais vous n'avez pas peur qu'ils tentent encore de s'en prendre à vous? Désolée, je suis un peu curieuse... »

Je trouvais rigolo sais question, elle semblait s’interroger beaucoup sur ma personne et ma sécurit. Il y avait bien des années que quelqu’un s’était soucié de ma sécurité! Même moi je n’y prête que peu d’attention!

« La curiosité est un bon trait de caractère, lorsqu’il est judicieusement utilisé! Il est bien certain qu’on me considérait comme gênante! Je suis d’un genre plutôt protecteur avec ce qui est sous ma garde. L’établissement étant sous ma tutelle je pouvais avoir le nez partout où je l’entendais! Cela a certainement dû leur poser problème et ils ont décidé de m’évincer. Vous savez, je suis beaucoup plus vieille que bien des gens le pensent… Je suis donc une menace pour ceux qui veulent détruire cet endroit. »

Je prenais une courte pause pour boire une gorgée et juger la réaction de cette femme appeler Noriko.

« Pour ce qui est de votre seconde question, non… Je ne suis aucunement effrayée! Je sais qu’ils tenteront forcément de m’éliminer encore une fois. Mais, maintenant je suis avertie et alerte, ils n’auront donc pas une seconde chance comme la première qui a lamentablement échoué… »

Je souriais en dévoilant toutes mes dents blanches, un sourire de femme raffiner et sur d’elle.

« Je suis une femme bien pointilleuse, madame la directrice, j’aime l’ordre et le respect et surtout la discipline. Mais, je suis toutefois immensément rancunière et ils sont faits le mauvais choix en venant perturber ma tranquillité. »

J’avais déjà tué, il y a longtemps, mais je savais que mes pouvoirs étaient toujours puissants. Malgré tout, je n’aimais pas utiliser mes pouvoirs pour me faciliter la tâche. Mais, peut-être ferais-je une exception pour celui qui avait tenté de me tuer. De toute façon, étant une espèce unique de démon, qui renaît de ses cendres comme le phénix, non… La mort ne me faisait pas peur… Ce n’est que le commencement d’une nouvelle vie meilleur!

« Mais vous dites moi... N'êtes-vous donc pas effrayé qu'il s’en prenne à vous? »

C'était après tout une possibilité! J'attendis de voir sa réponse et je soufflais à la suite avec un sourire rassurant.

« De toute façon, je serais votre alliée, alors ne craigné rien et madame la directrice, si vous avez besoin d'une oreille pour vous écouter, je suis là. »

Je le pensais vraiment, quelque chose chez-elle me donnait envie de l'aider, comme-ci elle dégageait une profonde solitude et un désir que quelqu'un la sauve. Je ne sais pas pourquoi, mais elle me donnait l'impression d'être dans une situation fortement similaire à la mienne.
Revenir en haut Aller en bas
Naomi Owen
Fondatrice


Messages : 237
Points RP : 2
Date d'inscription : 20/04/2009
Age : 24
Localisation : Bureau de la directrice

Feuille de personnage
Race: Sirène
Classe: Directrice
Votre fiche: http://serenia-academy.myogame.net/t1605-naomi-owen-directrice-de-la-serenia-academy

MessageSujet: Re: Visite matinale [Alyss B. et Noriiko S.]   Mer 8 Aoû - 14:28

[HS : encore désolée pour le retard, qui n'était pas voulu ^^'']

La chambre d’Alyss était tout à fait extraordinaire. Pour peu, je m’y serais sentie à mon aise. Cela me donnait l’impression d’être loin de l’école, loin d’eux, alors qu’en réalité, je n’étais pas sortie de l’enceinte du campus. Et puis, si étrange et effrayante que cette femme puisse paraître aux yeux des autres, elle ne me faisait aucunement peur. Au contraire, sa présence avait quelque chose de rassurant. Cela faisait des semaines que je ne m’étais pas sentie en confiance avec les autres. Il était difficile de faire confiance lorsqu’on savait ce qui se tramait ici. J’avais de plus un léger souci : mon grand sens des valeurs et de la morale. J’avais des choses à me reprocher, alors je ne concevais pas que l’on me fasse confiance. Certaines personnes se fichaient de semer le trouble autour d’elles, mais moi, ça me posait un énorme problème. Et pour cette raison, je ne cherchais pas à gagner la confiance des gens, parce que je ne m’estimais pas digne de la recevoir.

Mais aujourd’hui, j’étais bien décidée à ne pas refuser l’aide d’Alyss. Oui, parce que le fait qu’elle me fasse confiance était pour moi la meilleure aide que l’on puisse m’apporter. J’avais des doutes quand à mon intégrité, mais elle était parvenue à me redonner du courage. Je n’étais plus seule désormais. Étrange comme le simple fait de se savoir entourée pouvait nous redonner espoir. Enfin, c’est étrange pour ceux qui n’ont pas la faculté d’aimer, comme eux. Pour moi, l’amour était toute ma vie. Je connaissais très bien ce sentiment et savais en apprécier toutes les qualités.

Quoi qu’il en soit, le petit diablotin retourna de lui-même dans sa cage, docilement, après que sa maitresse lui en ait donné l’ordre. Enfin, je suppose que les mots, d’une langue que je n’avais pas reconnue, qu’elle avait prononcé à l’intention de sa créature signifiaient l’ordre pour le diablotin de rentrer en cage. Pendant que je lui confessais mon étonnement quand à son enlèvement, je la vis sourire. Mon petit doigt me disait qu’elle n’était pas du genre à sourire aussi franchement tous les jours. J’étais heureuse que quelqu’un me sourit de la sorte. Alyss était mon alliée, mais sans doute plus encore. Ma rencontre avec elle était-elle le fruit du destin ? J’aimerais beaucoup y croire, mais je suis du genre à être terre-à-terre et je ne crois pas en un destin tout tracé. Notre vie est le résultat de nos choix, pas d’une divinité céleste.

« La curiosité est un bon trait de caractère, lorsqu’il est judicieusement utilisé! Il est bien certain qu’on me considérait comme gênante! Je suis d’un genre plutôt protecteur avec ce qui est sous ma garde. L’établissement étant sous ma tutelle je pouvais avoir le nez partout où je l’entendais! Cela a certainement dû leur poser problème et ils ont décidé de m’évincer. Vous savez, je suis beaucoup plus vieille que bien des gens le pensent… Je suis donc une menace pour ceux qui veulent détruire cet endroit. »

Répondit-elle à mes interrogations. Effectivement, si elle avait un tel caractère, il était tout à fait compréhensible qu’ils aient essayé de la tuer. Comme j’aurai préféré qu’elle garde la place de directrice ! Elle aurait pu protéger l’école. Chose que je ne pouvais faire qu’à moitié, puisque que j’étais obligée d’aider ces crapules. Cependant… elle était revenue à la Miwashi School et ça suffirait. Oui, car elle pourrait tout de même les empêcher de nuire. C’était rassurant de savoir qu’au moins une personne pourrait leur mettre des bâtons dans les roues. Et si j’allais trop loin, je comptais sur elle. Elle ne le savait pas encore, ou peut-être qu’elle l’avait pressenti, mais je misais beaucoup sur elle et sur la confiance qu’elle me portait.

« Pour ce qui est de votre seconde question, non… Je ne suis aucunement effrayée! Je sais qu’ils tenteront forcément de m’éliminer encore une fois. Mais, maintenant je suis avertie et alerte, ils n’auront donc pas une seconde chance comme la première qui a lamentablement échoué… »

J’étais rassurée d’apprendre qu’elle saurait se défendre. J’avais besoin d’elle. S’ils parvenaient à l’abattre, ce serait la fin. Elle ne se rendait peut-être pas compte de ce qu’elle faisait pour moi en ce moment, mais elle me donnait du courage pour faire face à la suite. Plus encore, elle me faisait entrevoir l’espoir d’un avenir meilleur.

« Je suis une femme bien pointilleuse, madame la directrice, j’aime l’ordre et le respect et surtout la discipline. Mais, je suis toutefois immensément rancunière et ils sont faits le mauvais choix en venant perturber ma tranquillité. {…} Mais vous dites moi... N'êtes-vous donc pas effrayé qu'il s’en prenne à vous? {…} De toute façon, je serais votre alliée, alors ne craigné rien et madame la directrice, si vous avez besoin d'une oreille pour vous écouter, je suis là.»

Si j’avais peur qu’ils s’en prennent à moi ? Houla ! Si elle savait ! Je savais pertinemment que même s’ils le voulaient, ils ne le feraient jamais. Ils avaient besoin de moi vivante. J’étais leur informatrice. Certes, ils pouvaient m’éliminer, mais si tel était le cas, ils perdraient en crédibilité et grilleraient leur couverture. La seule personne à qui ils pouvaient s’en prendre, c’était lui. Mais encore une fois, il devait rester en vie s’ils voulaient me contrôler. Malheureusement, il était possible qu’ils le blessent pour m’atteindre et me forcer à faire encore plus.

Avant de répondre, je pris une longue gorgée de thé, en proie à la culpabilité. Je mourrais d’envie de tout lui avouer, là, de but en blanc, mais si je le faisais… ça leur reviendrait sûrement aux oreilles et les conséquences seraient lourdes. Mais du coup, j’étais obligée de lui mentir, et ça ne me faisait pas plaisir. Elle était ma seule alliée, alors si elle sentait que je lui cachais des choses, je perdrai sa confiance.

Cependant, je pris une décision complètement folle. Un jour, je lui dirai tout. Pas maintenant, je ne m’y étais pas préparée. Mais je lui devais la vérité. Et puis, j’avais confiance en elle, autant que j’aurai confiance en une véritable amie. Elle m’avait d’ores et déjà prouvé qu’elle serait là pour m’épauler. Elle venait de me dire qu’elle était mon alliée et que si j’en avais besoin, elle serait là pour m’écouter. Jamais personne en dehors d’Izaya n’avait fait ça pour moi. Un tel élan de générosité me donnait envie de pleurer d’émotions.

Je me décidai enfin à lui répondre, d’un ton gêné :

«_ Vous savez… Jamais personne ne m’avait fait confiance comme vous le faites. Jamais personne ne s’est jamais porté volontaire pour m’écouter. Je ne peux que vous remercier. J’ai grandement besoin d’une alliée comme vous. Votre question est un peu difficile. Je peux simplement répondre que je ne crains pas qu’on s’en prenne à moi. Il y a une raison toute bête à cela… Mais je ne peux encore rien vous dire. C’est un sujet délicat et très dangereux. Cependant… Je vous fais confiance et je sais que je pourrais tout vous dire à un moment ou à un autre… Quand le moment sera venu... Je pourrai compter sur vous pour m'écouter ?»

EDIT : Pour toute réponse, Mme Beckerfield m'annonça qu'elle ne pouvait rester dans l'établissement plus longtemps. Elle allait quitter l'école et laisser derrière elle tout ce qui avait constitué sa vie jusqu'à présent. Elle ne sera plus professeur, n'assurera plus de cours aux élèves, ne pourra jamais exercer son rôle de professeur principale au collège et ne gérera plus le club de journalisme. Mais pire encore : j'allai perdre ma seule alliée dans l'établissement. Elle ne sera plus là pour m'écouter quand mon secret sera trop lourd à porter. Je ne pourrais jamais lui confier ce que j'ai sur le coeur.

Je regrettais sincèrement sa décision, et je lui confiai à quel point elle me manquerait. Cependant, je ne pouvais rester ici plus longtemps : le devoir m'appelait, je devais retourner dans mon bureau et reprendre mes fonctions habituelles. Je me levai donc de table et lui souhaitai bonne chance dans sa nouvelle vie. En quittant sa chambre, mon coeur était gonflé de tristesse à l'idée que j'allai perdre la seule amie que j'aurai pu avoir...


[RP terminé]

_________________
"I only miss you when I'm breathing, I only need you when my heart is beating.
Without your love don't know how I survive, it's you that's keeping me alive..."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://serenia-academy.myogame.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Visite matinale [Alyss B. et Noriiko S.]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Visite matinale [Alyss B. et Noriiko S.]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Libre * Visite matinale
» [Vidéo] Visite guidée de AKIHABARA.
» [Blog] Votre muscu matinale avec Mata-Nui
» visite de la cathédrale
» Visite virtuelle du "USS Pampanito"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Serenia Academy :: Corbeille : archives du forum :: RP terminés/abandonnés-
Sauter vers: