Serenia Academy

La Serenia Academy est la plus prestigieuse école de magie qui soit. Nous vous attendions, entrez donc...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « City Reporter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: « City Reporter   Mer 15 Déc - 16:57




I M I G H T B E C U R S E D ~



Quelle ville incroyable ! Le jeune fille songea qu'elle ne se le dirait jamais assez. Elle était surprise et émerveillée par cette ville et ses secrets. Elle n'était là que depuis deux jours mais elle ne se laissait pas de croiser des êtres plus particuliers les uns que les autres, et d'avoir parfois une vague démonstration de leurs étonnants pouvoirs. Ca la changeait de la société des humains : ici, elle pouvait jouer avec les couleurs sans avoir peur de se faire repérer. Rien ne semblait l'effrayer : après tout, le danger la séduisait bien trop pour qu'elle ne pense à avoir peur. Non pas qu'elle se sente particulièrement en sécurité, ni qu'elle ait suffisamment confiance en elle pour ignorer tous les risques. Non, c'était tout bonnement de l'inconscience. Et beaucoup de curiosité. La curiosité est un vilain défaut, on ne te l'a jamais dit ?
Un sourire euphorique étira le coin de ses lèvres, tandis que l'homme devant elle fronçait les sourcils, visiblement agacé. Sans doute aurait-il voulu qu'elle ait peur, plutôt que de lui faire un grand sourire comme ça. Il devait le prendre comme un affront, non ? A en juger par son ton, qui s'élevait avec son degré de frustration, la réponse était évidente : oui.
    « Qu'est-ce qu'elle a, la gamine, hein ? Tu vas voir, je vais te faire passer l'envie de me narguer ! »
Pourtant, la demoiselle sentit son coeur vibrer tandis que le garçon brandissait une batte de baseball.


... Comment en était-elle encore arrivée là ? Alcyone avait le chic pour s'attirer des ennuis. Ou plutôt, elle semblait chercher les ennuis. La journée avait été tout ce qu'il y a de plus normal : d'une normalité désespérante. Etant arrivée un vendredi soir, elle avait le week-end de libre pour s'habituer à son nouvel environnement. Comme son sens de l'orientation était plutôt défaillant (oui, notre jeune Louve fait honte à son espèce sur ce point-là : elle se perdrait n'importe où), elle était encore loin de se repérer correctement dans l'école, et avait décidé de ne pas se faire porter disparue le lendemain de son arrivée, aussi n'était-elle pas allée bien loin. Elle avait pris la peine d'apprendre le trajet qui menait du hall d'entrée jusqu'à sa chambre, de sa chambre au réfectoire, et vice et versa. Elle avait également repéré le coin où se trouvaient les salles de cours : cette étape avait été un peu plus compliqué, l'adolescente avait tourné en rond un moment, mais elle semblait finalement avoir mémorisé le chemin. Elle espérait qu'elle ne se perdrait pas le lendemain matin, dans la précipitation, pour son premier jour de cours. Là où elle avait fini par faire une bêtise, en revanche, c'était le soir. Alcyone avait décidé d'aller explorer les environs du campus : as known as, la ville. Grosse bêtise Docteur Jones ! Alors que la jeune louve se promenait tranquillement dans les rues passantes, s'extasiant sur les oreilles de lapin de l'une, ou sur les étranges vêtements de l'autre, ravie de voir crépiter quelques étincelles de magie dans un coin, ou encore de voir une jeune fille passer soudainement au-travers d'un mur, Alcy' repéra une étrange créature dont la noirceur la fascina. Sans vraiment s'en rendre compte, elle se mit à la suivre, poussée par la curiosité. Elle ne vit pas qu'elle laissait la foule rassurante des passants derrière elle, ni que les rues s'assombrissaient. Le démon —elle avait fini par se convaincre qu'il devait appartenir à cette race— jeta un furtif coup d'oeil derrière lui, ce qui la fit sursauter. L'instant d'après, elle n'aurait su dire comment, il avait disparu. La jeune fille s'immobilisa et soupira. Ca alors, quelle fuite. Il avait dû remarquer qu'elle le suivait. Un coup d'oeil à sa montre lui indiqua qu'il commençait à se faire tard et qu'il vaudrait mieux qu'elle rentre à la Magic School si elle ne voulait pas rater le dîner. Un rapide coup d'oeil, quelques pas dans le noir et quelques minutes à tourner en rond lui indiquèrent qu'elle s'était à nouveau égarée. Quelle cruche. En plus, le quartier n'était pas franchement rassurant. Suite à cette réflexion, contre toute attente, un petit sourire apparut sur le visage de la jeune fille. Elle sortit un appareil photo de la pochette qu'elle portait en bandouillère. Elle trouverait peut-être quelque chose d'intéressant dans un coin aussi suspect. Il ne lui vint pas même à l'idée qu'elle devait être maudite pour se perdre dans les mauvais quartiers de la ville le lendemain même de son arrivée. Après tout, malgré ses efforts, elle serait peut-être portée disparue... Ayant erré quelques instants encore —sans se douter qu'elle n'était qu'à la lisière des quartiers mal famés et que si elle avait pris la rue de droite au lieu de prendre celle de gauche, elle s'en serait sortie sans la moindre égratignure— Alcyone entendit un cri. Sans même réfléchir, elle accéléra le pas, cherchant d'où cela pouvait venir. Elle sur qu'elle avait trouvé lorsqu'elle repéra alors un trio de crapules, qui devaient être à peine plus âgés qu'elle, et qui avaient visiblement l'intention de s'en prendre à un plus jeune. Sûrement un collégien. Le plus naturellement du monde, l'adolescente se dirigea vers eux. Trop occupés à leur affaire, ils ne s'aperçurent de sa présence qu'en entendant le « click » de son appareil photo. Tandis que celui qui semblait visiblement être le chef du groupe se retournait vers elle, menaçant, la jeune fille lui adressa un grand sourire. Bien mal lui en prit.


Elle se trouvait désormais acculée contre le mur. Le voyou la dominait du haut de son mètre quatre-vingt, une batte de base-ball semblait sur le point de s'abattre sur elle. Ses deux acolytes se tenaient un peu en retrait ; ils devaient surveiller la rue. Le collégien avait profité de la diversion pour s'enfuir. Il ne prendrait sans doute pas le risque de revenir par ici. Et, évidemment, il n'y avait personne dans le coin pour lui venir en aide. Alcy sembla alors se rendre compte qu'elle risquait de se faire salement amocher, et cette idée parut lui déplaire. Par un merveilleux réflexe, elle activa le flash de l'appareil photo qu'elle tenait encore et captura son agresseur dans l'objectif. Surpris et ébloui, il ne réagit pas tandis qu'elle lui faussait compagnie. Elle passa en trombe entre ses deux copains, tout aussi impressionnants, mais tout aussi surpris, et courut sans se retourner. Elle n'en avait pas besoin pour savoir qu'elle n'était pas encore tirée d'affaire : elle entendait les trois gaillards crier, elle entendait leurs pas lourds et se savait prise en chasse.
    « Ne la laissez pas s'échapper ! Je t'aurai petite peste ! »
Alcyone ressentit un plaisir intense tandis que l'adrénaline optimisait ses performances. Elle était plus alerte. Son coeur cognait frénétiquement contre sa cage thoracique, mais elle aimait cette sensation. Sa main était crispée sur son appareil photo ; elle était bien décidée à s'en sortir. Une boule lumineuse qui semblait chargée d'électricité statique et arborait une curieuse couleur violette la manqua de peu. Un sorcier, peut-être. Cela lui rappela qu'elle pouvait faire usage de ses pouvoirs sans avoir à s'inquiéter d'être vue, dans cette ville. Elle rangea son appareil photo dans sa pochette, se concentra et, dans un bond, se changea en une grande louve blanche. Elle trébucha au moment de toucher le sol, mais se rattrapa de justesse et put poursuivre sa course sans tomber. Se concentrant, Alcyone assombrit d'une façon générale les couleurs de la rue derrière elle, au fur et à mesure qu'elle progressait, dans l'espoir qu'ils y voient moins clair et qu'ils se prennent le pied dans quelque chose. Comme elle était focalisée sur sa fuite, elle ne pouvait pas se concentrer sur son don et l'utilisait assez grossièrement. Cela suffit malgré tout à lui faire gagner un peu de temps. Elle courait vite ; elle avait toujours été rapide. Elle aperçut alors une grande rue passante, un peu plus loin, et chercha à allonger sa course. Si elle arrivait jusqu'au carrefour, elle était sauvée... Ses agresseurs se trouvaient à moins de trois mètres d'elle lorsqu'elle se mêla au flux des passants. Elle ralentit sa course et finit par s'arrêter tout à fait. Se retournant, un frisson courut dans son dos lorsqu'elle croisa le regard mauvais de celui qui lui avait promis une bonne correction —et qui, simple humain d'après ce qu'elle avait pu deviner, semblait particulièrement furieux d'avoir laissé filer une petite Louve—, mais le trio tourna les talons et abandonna la chasse. Ils ne pouvaient rien faire au milieu de tout ce monde. Tremblante après l'effort, Alcyone reprit sa forme humaine, sourit et regarda les deux photos qu'elle avait prises. Le portrait du type était pas mal... Juste un peu flou. Mais elle pourrait le mettre sur le blog, comme première entrée : « Arrivée fracassante en ville ! »
    « Ha ha, tu t'en mordras les doigts, quand ça aura fait le tour du web ! »
Revenir en haut Aller en bas
Akiro Haruko
Ex Graphiste/Codeuse


Messages : 200
Points RP : 0
Date d'inscription : 01/09/2009
Age : 21
Localisation : Dans les ténèbres de mon coeur...

Feuille de personnage
Race: Sorcier
Classe: Lycée
Votre fiche: http://URL-DE-VOTRE-FICHE

MessageSujet: Re: « City Reporter   Lun 20 Déc - 22:59

Le crépuscule s'annonçait progressivement dans le firmament. Des petites étoiles commençaient à faire surface, scintillantes comme elles l'avaient toujours été depuis leur création. Belles et sans défauts. Un petit trésor lunaire si banale et pourtant si précieux pour chacun d'entre nous. Oui, il faisait bientôt nuit, comme semblaient l'indiquer les petits astres brillants. Une nuit qui s'annonçait banale, comme chaque fois. Et pourtant.

Akiro s'éclipsa discrètement de sa chambre, par la fenêtre comme il avait tant l'habitude de faire. Ce soir, il ne voulait une fois de plus pas dormir. Les doux bras de Morphée qui habituellement l'amenait dans un profond songe n'étaient pas là, et le sorcier le savait qu'ils ne viendraient pas cette fois. Alors il allait prendre l'air, sortir en ville, histoire de passer un peu le temps. Même si c'était l'heure de dîner. De toute façon, il n'avait pas faim. D'un pas feutré, main droite dans la poche tandis que la gauche était plâtrée, il se dirigeait vers le portail de la Magic School, sans produire aucun infime bruit de pas ou autre. Un silence juste.

Ses pas le dirigèrent vers la ville. Les lumières s'allumaient petit à petit, rendant le décor agréable et emprunt d'un certain charme. Une foule de gens venait par-ci par-là, entraient dans divers magasins, discutaient entre eux...un spectacle bien banal donc le jeune homme s'enivrait chaque soir où le sommeil lui manquait. Oui banal...à l'exception de ceci.

Akiro fut soudainement tiré de ses pensées quand il senti quelqu'un le percuter. La connexion avec la réalité fut donc immédiate, laissant paraître une expression de surprise sur son visage blanc. Il regarda vivement la personne qui l'avait bousculée : une jeune fille aux longs cheveux roses courrait à toute allure, poursuivie par des voyous armés de batte. Cette scène fit naître de l'interrogation dans le cœur du sorcier, même s'il était habitué à ce genre de scène : pourquoi une telle course poursuite ? Cette question le démangeais quelque peu, aussi décida t-il de suivre les voyou afin de satisfaire sa curiosité. Après tout, il n'avait rien d'autre à faire, alors autant tuer le temps « intelligemment ».

Le jeune homme était à présent coincé dans un amas compact de gens. Quasiment impossible de circuler ou de voir quoi que ce soit. Hormis des battes de base ball, plus voyantes que discrète, se détachant du reste de la foule. Les battes de base-ball s'éloignèrent lentement ayant visiblement abandonné leur chasse. Puis une petite voix s'éleva à côté de lui, une voix qui innocemment disais « Tu t'en mordra les doigts, quand ça aura fait le tour du web ! ». Akiro tourna doucement sa tête et perçut la chevelure rosée qu'il avait vue quelques minutes plus tôt. La jeune fille tenait dans ses mains un appareil photo numérique, affichant une photo d'un des voyou en train de se préparer à abattre froidement sa batte sur la photographe. Le jeune homme ne quitta pas une seconde des yeux, la photo affichée. Puis doucement, il lança d'une voix en quelque sorte dénudée d'émotions :

«  C'était donc pour cela qu'ils te poursuivaient..? »

Akiro détacha son regard de glace de la photo et le planta dans les yeux saphirs de la jeune fille. Son air froid et dur habituel refaisait alors surface. Il était comme cela, avant l'année dernière. Et au fond il l'était toujours un peu. La preuve sur l'instant. Ce regard de glace, effrayait tellement les gens, le rendait tellement repoussant aux yeux des autres. Cela ferait peut-être le même effet maintenant, ou peut-être pas...quoi qu'il en soit, le bandage qu'il avait à la tête et le plâtre qu'il avait au bras gauche le rendait encore plus..effrayant.

« Tu ferais mieux d'effacer la photo tu ne crois pas ? Au cas où ils reviendraient... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « City Reporter   Ven 31 Déc - 22:17

Une voix fit sursauter la jeune fille. Elle se retourna vivement tandis que son sang circulait plus vite pour oxygéner ses muscles, accélérant sa vitesse de réaction au cas où il y aurait un danger. Le corps n'est-il pas tout à fait fascinant ? A la moindre alerte, il se préparait à fournir l'effort qui lui permettrait de survivre. Juste au cas où. Alcyone était toujours impressionnée de ces réflexes de survie qui échappaient à sa conscience, comme si tout son être, indépendamment d'elle-même, était doué d'un puissant désir de vivre. C'était sans doute l'une des raisons qui la poussait –sciemment ou non– à tester ces réflexes, à tester son corps, et à savourer le grisant effet de l'adrénaline dans les situations dangereuses. Pour l'heure, cependant, le danger semblait véritablement passé. Elle ne vit qu'un jeune garçon, qui devait avoir plus ou moins son âge ; un adolescent. D'ailleurs, ce genre de remarque était étrange également, venant de la jeune fille. Pour une louve, elle était particulièrement âgée. Pour une louve normale, s'entend. Une louve dégénérée –le terme n'est pas péjoratif, ici, mais les loups que les humains connaissent n'ont plus rien à voir avec les ancêtres de leur race : ils ne sont plus qu'à moitié Loups. A l'origine, les Loups se rapprochaient plus de ce que, dans le folklore humain, on appelle Loup-Garou. Cette race, presque hybride, a toujours hésité entre deux espèces : loups et humains. Les Loups d'origine peuvent passer d'une forme à l'autre à tout moment, et l'influence de l'autre espèce se fait toujours sentir, quelque soit la forme choisie. Ces Loups ont des capacités physiques qui dépassent ce loin celles des simples humains, plus grandes même que celles des loups normaux. Cela leur assure souvent un métabolisme plus solide, et donc une plus longue durée de vie. En moyenne, ils vivent entre cent et cent-cinquante ans. Mais, de par leur nature ardente, ils n'ont pas toujours l'occasion d'affronter le temps de la sorte, et laissent souvent les combats les emporter avant l'heure. Les loups que les humains chassent de leurs forêts sont issus des Loups d'origine. Ce sont des individus qui étaient plus loups qu'humains, et leur mode de vie, à force, leur a fait perdre les affinités qu'ils avaient avec la race des hommes, leur a fait oublier leur forme humaine. La génétique les a peu à peu fait évoluer en ce sens, créant avec le temps une nouvelle race d'individus, affaiblis par rapport à leur ancêtres. Pour la plupart, ils ne savent plus faire usage de la magie, et leur don de naissance reste enfoui au plus profond d'eux-mêmes, endormi pour toujours. Quand aux humains, Alcyone a des doutes. Elle n'en parle pas en général, préférant éviter de s'aventurer sur un terrain glissant. Les humains sont-ils, comme les loups courants, nés des Loups d'origine ? Ne sont-ils qu'une branche issue de arbre, ou bien existaient-ils avant, indépendamment ? Quelques fois, tandis qu'elle vivait dans la société des hommes, cachant sa véritable nature, elle craignait de perdre son côté loup, elle aussi, et elle était pris d'angoisses qui ne se calmaient qu'au moment où elle prenait sa forme de louve, sentait les mouvements familier de ce corps qu'elle connaissait, cet autre corps qui était et demeurait le sien. Il lui arrivait de quitter la maison au milieu de la nuit, de s'enfuir dans un champ et de se transformer pour courir pendant une heure, hurler à la lune, chasser. Il fallait qu'elle se sente entière, car elle avait peur de perdre une partie d'elle-même. A présent qu'elle était ici, il lui serait plus facile de rester en contact avec ses instincts lupins. C'était un soulagement.

Le garçon, donc, était assez jeune. Sa personne était particulièrement froide, il dégageait une impression distante. L'adolescente ne s'en formalisa pas : ce n'était pas la première fois qu'elle ressentait cela au contact d'une personne. Chacun est plus ou moins froid ou chaleureux. Ce qui l'intriguait davantage, en revanche, étaient les bandages qui couvraient une partie de son crâne et le plâtre qui protégeait son bras. Elle se demandait quel type d'incident avait pu être la cause de telles blessures chez un adolescent comme lui. Un accident ? S'était-il battu ? L'inconnu parla de nouveau, rappelant à la jeune fille qu'elle n'avait pas répondu à sa première question —qui semblait être davantage la conclusion d'une certaine réflexion qu'une question à proprement parler. Elle sourit, amusée.

« Je ne compte pas les laisser s'en tirer comme ça ! Ils s'en prenaient à un gosse. Avec cette photo je vais au moins pouvoir prévenir les gens qu'il faut s'en méfier. Et puis ils ne me font pas peur. Je sais me battre. »


Elle était une Louve. Petite, il lui était arriver de jouer à la bagarre avec Raphaël, ou même, plus rarement, avec sa soeur. Mais elle ne s'était jamais vraiment battue. Petite, elle avait peur des chiens du quartier. Toujours, quoi qu'il arrive, elle avait peur, et Raphaël était là pour a protéger. C'est encore ce qu'il a fait, à sa mort. Lorsque les Vampires les ont attaqués, quelques jours auparavant, elle n'a su que courir et le laisser en arrière, alors qu'il se battait pour elle. En cet instant, alors que les émotions de cette soirée revenaient au grand galop, Alcyone aurait pu pleurer. Au lieu de ça, elle sourit, vaillamment, avec chaleur. Elle chérissait ce sourire comme il l'avait chéri toute sa vie. Elle était rayonnante.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « City Reporter   

Revenir en haut Aller en bas
 
« City Reporter
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Panel 6 boutons Astro City
» Converter Sega Naomi V2 et écran Astro City?
» City Life sur Macbook ?
» Génération City passe à la taille XL !
» [Vends] Versus City, Systeme Taito Ty X2, kof xiii et ssfae

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Serenia Academy :: Corbeille : archives du forum :: RP terminés/abandonnés-
Sauter vers: